Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 5
Invisible : 0
Total : 5
13194 membres inscrits

Montréal: 27 juin 23:52:11
Paris: 28 juin 05:52:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Les radars du Vatican vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] 2 :: Répondre
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 9 sept 2005 à 04:47
Modifié:  12 sept 2005 à 12:18 par patrick dabard
Citer vertical_align_bottom

Les radars du Vatican

Les routes de l’amour
Sont pleines d’imprévus
Parsemées de carrefours
Qui prennent au dépourvut.

Au détour d’un virage
J’ai croisé le chemin
D’une panne d’embrayage
De sexe féminin.

Son rustre de mari
Un vrai fieffé tocard
Manu-militari
L’avait mise au rancart

En prétextant, c’est moche
Que sa jolie frimousse
Et sa crinière rousse
Lui prenaient la caboche.

La belle délaissée
Mis son cœur orphelin
Et son âme blessée
Entre mes bras câlins.

De baisers en caresses
Jusqu’au petit matin
Nos joutes de tendresse
Prirent un ton libertin.

Nos corps désinhibés
Suivirent à l’unisson
Les voies dévergondées
Qui mènent au grand frisson.

Mais les soudards de Dieu
Toujours prêts au combat
Espionnaient c’est odieux
Nos sulfureux ébats.

Et nos yeux étonnés
Virent s’approcher dare-dare
Un gars ensoutané
Qui tenait un radar.

D’un doigt accusateur
Ce bougre au crane d’œuf
Montrait sur le compteur
Le chiffre soixante neuf.

Et sa voix monocorde
Fit sans explications
Et sans miséricorde
Cette énumération.

« non respect , dit l’abbé
des principes sacramentaux
et usage prohibé
des organes génitaux ».

puis en bon théocrate
déclare sur un ton enflammé
« suppression immédiate
de vos permis d’aimer ».

Sans perdre un seul instant
Je m’en vais voir l’évêque
Qui beugle, c’est révoltant
Va t’faire voir par les grecs.

Dernière tentative
Au palais du Saint Père
Mais cette initiative
Attisa sa colère.

En désespoir de cause,
Au diable les interdits,
Sans m’accorder de pause,
Je file au paradis.

Et c’est à Dieu lui même
Que j’eus l’immense honneur
D’exposer mon problème,
Il m’accorda une heure.

Je ne fus pas étonné
Au bout de mon récit
De voir sa mine consternée
Et se yeux endurcis.

« je m’absente deux jours *
pour prendre du bon temps
un tout petit séjour,
du reste fort envoûtant

et une bande d’excites
en costume de carnaval
s’amusent à édicter
sans avoir mon mon aval

des lois contre nature
et font de mes préceptes
une caricature
qui fait fuir les adeptes

au diable s’écrit-il
ces empêcheurs d’aimer en rond
ces cerveaux infantiles »
en crachant des jurons.

A mon retour sur terre
La meute des vautours
Disparut par mystère
Des routes de l’amour.

En marchant dans la rue
J’ai bien cru entrevoir
Une chose incongrue
Et difficile à croire.

Arpentant le bitume
Un homme au regard vide
Dans un drôle de costume
Lançait des mots acides.

Le pape excommunié
Et l’église dissoute,
Les grenouilles de bénitier
Pédalent dans la choucroute.

Ceci est pure fiction
Mais méfiez vous quand même,
Un jour d’inspection
Le grand chef suprême

Pourrait bien se permettre
Avec moultes raisons
De descendre remettre
De l’ordre dans la maison.

* « mille ans sont à te yeux comme le jour d’hier » Psaumes 90 : 4



Ce texte est la propriété de Patrick Dabard.
Tout droits réservés ©
Toute modification interdite sans l’accord de l’auteur.



  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
GENTIPOETE
Impossible d'afficher l'image
Le plus beau vêtement pour une femmes, sont les bras de l'homme qu'elle aime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
1324 commentaires
Membre depuis
29 janvier 2005
Dernière connexion
31 juillet 2012
  Publié: 9 sept 2005 à 04:57 Citer vertical_align_bottom

Bonjour Patick

Voilà une façon originale de voir l'église et ses dogmes
qui me plait beaucoup et avec laquelle j'adhère entièrement.

Amitiés Gérard

  Dieu a donné la parole à l'homme pour travestir sa pensée.
Mystic4Ever


Le tant me manque et toi bien plus encore!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
763 poèmes Liste
10473 commentaires
Membre depuis
21 mars 2005
Dernière connexion
3 décembre 2021
  Publié: 9 sept 2005 à 05:03 Citer vertical_align_bottom

j'adore , merci Patrick

Psyché

 
chimay Cet utilisateur est un membre privilège



Méfiez-vous du premier mouvement, il est toujours généreux. (Charles-Maurice de Talleyrand-Perigord)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
5040 commentaires
Membre depuis
12 août 2002
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 9 sept 2005 à 06:27 Citer vertical_align_bottom

de chez , un humour aigre-doux, mordant
là où il faut et plein de bon sens.

amitiés,
chimay

  La musique danse, la poésie chante
Balandras Marie-Fran


Vivre au jour le jour et ne rien rater
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
295 commentaires
Membre depuis
30 août 2005
Dernière connexion
23 octobre 2005
  Publié: 9 sept 2005 à 06:59 Citer vertical_align_bottom

Tu n'y va pas avec le dos de la cuillière, pour ce texte magnifique, en plein d'actualité.... "mille ans sont à tes yeux comme le jour d'hier, quand il est passé et comme une veille durant la nuit....." (pour terminer le psaume 90. 4 !!!!!!) je le nomine.... pour des motifs très personnels...

  Marie-France Balandras
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
303 poèmes Liste
19416 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
27 juin
  Publié: 9 sept 2005 à 07:04 Citer vertical_align_bottom

Coucou Patrick

Je nomine car j'ai vraiment adoré
Il me touche carrément ce texte .. bravo !

Amitié, Vinie

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
JPH21
Impossible d'afficher l'image
Nous sommes nés pour mourir, Alors brûlons cette vie sans regrets
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
4761 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2003
Dernière connexion
20 octobre 2020
  Publié: 9 sept 2005 à 08:11 Citer vertical_align_bottom

Sait-on jamais ami Patrick
Jusqu’où l’interdit pourrait aller ?
Je me suis amusé comme un petit fou
A lire ton texte ! Il est génial !
Il à juste cette acidité qui convient
Pour expliquer la bêtise humaine.
Amitiés,
Jean-Paul

  Amoureux de la vie, des femmes et du vin (Car je suis fier d'être Bourguignon
cartouche


… Mais la voix me console et dit : Garde tes songes
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
177 poèmes Liste
1191 commentaires
Membre depuis
19 mars 2005
Dernière connexion
3 août 2021
  Publié: 9 sept 2005 à 09:53 Citer vertical_align_bottom

Je te voyais parti comme le "Baiser" d'Alain Souchon .
Et te voilà pourfendeur des bétises des dogmes ..

Bravo
c'est drole et talentueux

Amicalement

Antoine

  Cartouche
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 9 sept 2005 à 10:45 Citer vertical_align_bottom

Merci à vous tous et mort à la bêtise!

Amitiés à tous.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Marianne


Tout est beau dans ce que l'on aime. Tout ce que l'on aime a de l'esprit.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
841 commentaires
Membre depuis
21 novembre 2003
Dernière connexion
23 novembre 2013
  Publié: 9 sept 2005 à 11:35 Citer vertical_align_bottom

Un texte génial embrassant l'interdit sur un fond d'actutalité...
J'ai vraiment aimé ma lecture,

amitiés
Marianne

  La vie quotidienne est transcendée par l'amour.
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 10 sept 2005 à 11:27 Citer vertical_align_bottom

Merci Marianne.

Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
dav


Je fais mourir de faim l'amour pour qu'il dévore ce qu'il trouve. (Octavio Paz)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3319 commentaires
Membre depuis
14 mars 2005
Dernière connexion
3 mai
  Publié: 28 sept 2005 à 09:14
Modifié:  28 sept 2005 à 09:15 par dav
Citer vertical_align_bottom

J'adore ce texte!
Brassens aurait pu le chanter, son répertoire n'en aurait pas rougi !

« suppression immédiate
de vos permis d’aimer ».

Ah! les salauds!
"aime ton prochain tous les dimanches matin" c'est d'une chanson de Lofofora, un groupe énervé...

Génial!

amitiés

dav

  L'Art du guerrier consiste à équilibrer la terreur d'être un Homme, avec la merveille d'être un Homme. (assAssin)
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 28 sept 2005 à 09:50 Citer vertical_align_bottom

J'aime les groupes enervés.
Merci pour ce nouveau commentaire.
Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
21 juin 2021
  Publié: 29 sept 2005 à 23:23 Citer vertical_align_bottom

Moi j'ai vraiment aimé ma lecture, vive la liberté d'aimer!

Amicalement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 30 sept 2005 à 02:25 Citer vertical_align_bottom

Oui Yvano au diable les entraves de toute sorte.
Merci pour ton commentaire.
Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Marine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
4952 commentaires
Membre depuis
14 septembre 2002
Dernière connexion
23 mars 2015
  Publié: 1er oct 2005 à 02:05 Citer vertical_align_bottom

ouahh ! et dire que j'ai failli louper ce texte...

ça c'est du Patrick... super !

Marie

 
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 3 oct 2005 à 02:17 Citer vertical_align_bottom

Merci Marie.
Bisous.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Nicolas Reuge

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
1037 commentaires
Membre depuis
27 octobre 2004
Dernière connexion
24 novembre 2020
  Publié: 14 déc 2005 à 17:05 Citer vertical_align_bottom


J'ai adoré ! Bravo !!!
Amitiés

Nicolas

  Electron libre, un point c'est tout.
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 16 déc 2005 à 11:42 Citer vertical_align_bottom

Heureux de t'avoir fait marrer un peu.
Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 8 jan 2006 à 13:24 Citer vertical_align_bottom

Des missiles j'ai pas fini d'en envoyer crois moi, merci pour ce nouveau commentaire.
Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
(...) Cet utilisateur est un membre privilège

Impossible d'afficher l'image
De deux choses Lune.. l'autre c'est le soleil... (Prévert)
   
Statut: Hors ligne
Statistiques de l'utilisateur
253 poèmes Liste
12928 commentaires
Membre depuis
24 mai 2005
Dernière connexion
4 novembre 2009
  Publié: 8 jan 2006 à 13:59 Citer vertical_align_bottom

"au diable s’écrit-il ces empêcheurs d’aimer en rond"

Je ne rajouterai rien de plus, sinon que j'adore !

  Si l'amour s'écrivait avec des grains de sable, j'en écrirais des plages et des plages...
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3387
Réponses: 25
Réponses uniques: 16
Listes: 1 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0425] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.