Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 163
Invisible : 0
Total : 166
· ode3117 · Avraham · AllantVers
13354 membres inscrits

Montréal: 25 sept 03:03:42
Paris: 25 sept 09:03:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: Portrait d'un poète de génie Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 5 juin à 16:05 Citer     Aller en bas de page

* Se trouve-t-il une rubrique Portrait sur le site de La Passion des Poèmes ? Ne l’ayant pas trouvée, j’insère le portrait qui suit dans la rubrique Journal, puisque le poète analysé exerce une influence prégnante sur la psyché de votre serviteur. *

AVERTISSEMENT : si quelque lecteur virtuel se trouve pressé à s’écrabouiller par un temps devenu impitoyable à nos époques de temps sadique, qu’il passe son chemin et qu’il aille lire quelque triste commentaire twittérien, ailleurs, dans le vide cosmique ou cybernétique — je lui laisse le choix.



Portrait d’un poète de génie

C’est un poète de génie, du génie de l’artifice, de l’étincelle. Des feux d’artifice, pour être précis. D’une intelligence prodigieuse, extrême, inouïe*, voire encore plus géniale que géniale — oui oui, non non, n’ayons pas peur des mots, géniale plus que géniale — il n’habite que les régions les plus ténues des valeurs « sigma » ( σ ) des écarts types, jamais en deçà de 4σ, et ce, sur toutes les échelles connues et inconnues des QI et des IQ, où il batifole à son aise, bien que bien seul dans les démonstrations de ses cabrioles mentales ou intellectuelles, exécutées, l’une ou l’autre, selon les jours pairs et impairs qui l’affectent toujours grandement, étant lui-même neutre de nature, démonstrations époustouflantes et souvent époustouflées, qui, à la vérité, n’étaient comprises que par Kim Peek en personne**, et encore, à jeun le matin. En fait, seulement 4 (quatre) personnes au monde en pouvaient apprécier toute la richesse et l’originalité (dont moi, il va de soi…). (vous venez de rencontrer 2 fois le chiffre 4, égale 8, symbole de l’infini — est-il besoin d’explication supplémentaire ?)

Créateur d’un logiciel linguistique hyperquelquechose, dans lequel il avait introduit des variables heuristiques inconnues et si poussées, si puissantes, que Bill Gates en personne avait dû faire appel au mini-génie verbal de Noam Chomsky pour les décoder. Ce qui engendra une querelle inénarrable entre eux et notre poète, ce dernier étant d’avis que seuls des génies authentifiés par lui pouvaient, à la rigueur, et sur la demande expresse de notre poète, se permettre d’apprécier son œuvre. Par ailleurs, et qu’on s’en souvienne pour la postérité poétique qui l’attend de pied ferme (sur ses 12 pieds, pourrait-on dire), il avait si bien assimilé les algorithmes machinaux de son invention qu’il pouvait désormais s’en passer tout à fait et faire de tête ce que sa machine ne faisait plus qu’à reculons — devant l’extrême magnitude du QI de son inventeur, sa machine avait même commencé à en éprouver de la gêne… humaine ! Ça déteint, le QI humain. Pour le QI animal, je ne sais pas, les études sur les chats surdoués n’étant pas très avancées à ce jour.

Je passe ici à dessein sur les coefficients de corrélation, les coefficients de variation et la répartition optimale de Neyman des valeurs uniques décrochées par notre rêveur, par manque de temps et de place, par rapport aux incommensurables valeurs verbales, verbomotrices et spatio-temporelles de l’intelligence de l’intéressé (qui, en effet, s’intéresse beaucoup à sa propre intelligence… et qui n’est, en effet, n’est-ce pas, jamais désorienté, lui, dans son propre espace spatio-temporel mental déjanté…).

Le plus difficile, et cela est bien triste, si vous ne savez qu’en penser, était pour sa mère, qui l’aimait d’un tendre amour maternel et infini, mais de son aveu même, elle ne comprenait pas ce qu’elle aimait, bien que son fils le lui rendît bien, qui n’aimait pas ce qu’il comprenait de sa mère — mais ça, c’est une autre histoire…

Seul son chat comprend peu ou prou l’immense originalité intellectuelle — je ne dis pas de son maître, qui ne l’est plus, car leur relation a évolué à ce point qu’ils pensent tous deux convoler en justes noces dès que le gouvernement français aura entériné le projet de loi autorisant les mariages mixtes humain-animal ou vice-versa selon l’origine des demandes — ce qui les autorisent, eux, à des entretiens sans fin et ô combien tendres et perfusés d’une compréhension métaphysique de niveau 7, dans les nuits de leur esprit, en dégustant la pâtée préférée de Minet ; c’est que, le couple n’étant pas très riche, il arrive parfois que Minet, éperonné par un amour poétique débridé et très félin à la base, laisse le plus gros des croquettes à notre inventeur qui s’en régale comme Jonas dans le ventre de la baleine, à qui il envoie parfois par poste marine quelques boîtes de ces délices ô combien terrestres… (j’aime beaucoup les ô et les ah ! — ah ! c’est mon côté poétique…)

Voici maintenant — attention, nous tombons ici dans le croustillant ! un aperçu de la méthodologie génialement méthodique exploitée par le poète : il commence toujours par choisir par le plus grand des hasards contrôlés un mot du Petit dictionnaire des mots rares et anciens de la Langue française de Charles Sabatier. Ce choix hasardeux opéré, il associe ce mot à l’un quelconque des millions, voire des milliards de mots qu’il a stockés dans les réseaux neuronaux illuminés illimités de son prodigieux cerveau, incomparable à tout autre sur cette foutue planète débile, qu’on appelle Terre à défaut d’un terme mieux songé et plus terre à terre — autrement, on s’évade, hm ?

Ensuite il mêle dans un chapeau ces deux mots à d’autres tout aussi gratuits tirés de sa mémoire titanesque (il tire parfois les mots de son cerveau pétillant et parfois de sa mémoire en ébullition, selon l’humeur du moment et l’avis avisé de son chat) ; cette délicate opération effectuée, il s’empresse d’avaler à toute vitesse une liqueur cramoisie non identifiée que des OVNIïens lui apporte de la planète Planète, assez mal connue au demeurant. Le tout bien brassé, pas son breuvage, idiots ! mais les mots, qu’il pige au hasard tout en regardant bien pour ne pas se tromper, il pige, dis-je (avais-je déjà dit dis-je ?) pour construire des phrases sures réalistes qui peuvent, de l’avis de Chomski, se passer tout à fait de sens, les mots en eux-mêmes représentant une valeur poétique et esthétique extraordinaire et irréfragable qu’il laisse toute une chacune apprécier en fonction du désagrément ou non de leur c... m..., et parfois même de leurs x.. /z-dû (prononcer « dou » malgré l'accent rude). Et voilà, servir froid et déguster. Indigestion mentale garantie et non remboursable…

L’opération finale consiste — n’avons-nous pas déjà servi ? mais qu’importe ! à faire un tri final entre les mots les plus éclatants combinés aux mots les plus absurdes selon les préceptes qu’André Breton lui avait légués en personnes — des préceptes en personnes, c’est très rare, il faut le reconnaître… et très surréaliste en prime… (Ici, dans un élan de générosité qui me surprend moi-même, j’ai usé des trois points de suspension, ne sachant trop pourquoi ; toujours est-il que mon prochain écrit sera en déficit de deux points — vous ne serez donc pas surpris d’y rencontrer une phrase ou deux sans point final)

Il ne lui reste plus alors qu’à publier ses incomparables poèmes sans jamais s’attendre à des commentaires, commentaires qui l’horripilent au plus haut pile, puisque généralement lesdits commentaires ne contiennent que des mots bien ternes et bien raisonnables, tirés de dictionnaires bien modernes, bien ternes et bien raisonnables, ce qu’il ne peut évidemment pas supporter, ayant transcender depuis belle heurette tout ce que la Terre nous a prodigué, à nous indignes humains ordinaires, bien ternes et bien raisonnables.

Voilà dans ses plus larges détails le modus operandi de notre poète de génie lui-même. Mais, de grâce, ne lui dites surtout pas que je vous ai dévoilé ses secrets, il croirait à un complot de la part de cons plotiniens désœuvrés en quête de l’Un, mais ne trouvant que le multiple de son génie éclaté en myriades de facettes kaléidoscopiques dans un univers trop petit pour les contenir toutes. Voili.

* Ce renvoi correspond à une note qui n’existe pas encore. J’y travaille, ne vous inquiétez pas…

** Absent, Peek faisait toujours mine de ne rien comprendre, en prétextant n’avoir pas bien entendu, bien entendu… vous dites ?

À bientôt, les amis.

X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
340 poèmes Liste
10830 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 8 juin à 04:43 Citer     Aller en bas de page

merci Xuyozi
- ton texte,
est probablement destiné à une présence qu'en MP tu pourrais confirmer les inconforts que tu perçois de cette présence.
- ton texte est riche et agréable à lire.
à bientôt pour des suites de sam.

 
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 8 juin à 10:21 Citer     Aller en bas de page

Cher Samamuse,

Si j'avais des comptes à régler, je le ferais sans intermédiaire.



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
340 poèmes Liste
10830 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 11 juin à 11:40 Citer     Aller en bas de page

c'est quoi les intermédiaires dont tu parles.

 
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 11 juin à 12:12 Citer     Aller en bas de page

Salut Sam,

J'entends par intermédiaire (pour jargonner Spinoza) tous ceux qui ne figurent pas dans mes livres de comptes.



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
594 poèmes Liste
26063 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 5 juil à 13:53
Modifié:  12 sept à 13:33 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

J'ai lu et relu, je me suis contentée, de l'existence du chat, celui qui mange les canaris.
J'ai bien compris, il ne faut pas commenter tes écrits.
Je me suis glissée un peu dans ton monde, SAM, s'est mieux adapté à ton texte si court.
Je n'en reviens pas que tu aies pu faire un poème d'amour qui reste sur mon coeur, que tu dis.
Bises ODE

  OM
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 5 juil à 19:41
Modifié:  6 juil à 16:31 par Xuyozi
Citer     Aller en bas de page

Ne lisez pas trop, chère Ode, ménagez vos jolis yeux !

Vous me devez des explications, vous devenez ésotérique pour un esprit terre à terre comme le mien. Chat, canaris ? Un chat qui mange les canaris ? Des noms, vite !

Au risque de vous décevoir, peut-être, je ne suis pas ce poète que je décris, je suis trop modeste pour avoir pu me mettre en scène. Décodé : envoyez-moi tous les commentaires que vous voulez, j'en serai toujours content.

« Je me suis glissée un peu dans ton monde, SAM, s'est mieux adapté à ton texte si court. », encore là je nage dans le néant de l'incompréhension... M'éclaircirez-vous ce mystère ?

Oui, l'amour, vieille habitude, aime bien se poser sur le cœur des gens. Que voulez-vous, il est comme ça...



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
340 poèmes Liste
10830 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 6 juil à 04:15 Citer     Aller en bas de page

merci XUYOZI (dont je ne saurai jamais pourquoi tu as fait ce choix de XUYOZI, car je ne saurai probablement plus en vie pour le lire)
- je suis rendu au terme de mon existence dans cette enveloppe.
- je me suis cru être un poète, de mon vivant, avec plus de 5000 textes, mes 24 contes, une thèse sur les dilemmes entre consommation et communion, qui ne sera jamais finie, et de mes commentaires de minutes professionnelles sauvegardées sur les emballages, designs et utilités de ces intermédiaires.
qui finiront à la poubelle (voir en delete) par mes proches très prochainement.
à moins que quelqu'un par MP accepte de faire vivre (en recevant mon disque dur), par édilivre ou autres supports, ces sauvegardes nées en juin 2005.
ma vie est entre les décisions de dieu pour jeudi 08-07 date de péremption probable de mon passage sur terre.
de SAM

 
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 6 juil à 12:33
Modifié:  6 juil à 19:40 par Xuyozi
Citer     Aller en bas de page

Salut, monsieur Sam,

Qui vous a dit que vous étiez rendu au terme de votre existence dans cette enveloppe ? Sam, la destinée ou Dieu ?

Toujours est-il que nous vivons tous jusqu'à la fin chaque seconde, l'une après l'autre.

Edit : Je ne sais trop que dire. D'ailleurs Dieu prend la majuscule, alors si un dieu attend de rendre une décision, alors elle ne pourra être crédible. Entre vous et moi, ça vous donnerait quoi de disparaître ? Sans compter que vous pourriez le regretter ! Et l'ironie, c'est que vous seriez le seul à ne pouvoir constater l'effet de votre absence. À votre place, j'attendrais ; qui sait, peut-être fera-t-il plus beau demain, et le Soleil a assez de ses taches sombres sans s'aveugler à celles des humains avec leurs foutus coups de tête ! Enfin, faites ce que vous voulez, vous êtes seul maître à bord. À chacun sa barque et son port de destination. Ah ! j'oubliais, laissez-moi un petit mot avant de disparaître, ce serait sympa.



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
594 poèmes Liste
26063 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 6 juil à 16:03 Citer     Aller en bas de page

Le chat qui mange des canaris, c'est à la suite d'un jeu de mots que je vous avais concocté.
Le texte si court, c'est une boutade, vous en écrivez toute une page et en toutes petites lettres.
Le texte a des mystères que je n'arrive pas à approfondir.
J'essaierai de faire un poème truculant comme je vous l'ai promis, je chercherai dans la mythologie, pas forcément de celles connues.
ODE
J'ai déjà trois poèmes en préparation

  OM
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 6 juil à 16:19 Citer     Aller en bas de page

Mystérieuse Ode,

Je ne me souviens pas des canaris...

« Le texte si court, c'est une boutade, vous en écrivez toute une page et en toutes petites lettres.
Le texte a des mystères que je n'arrive pas à approfondir » Là je nage en pleine obscurité...

Trois poèmes ? Bravo ! J'attends le résultat avec impatience.



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
340 poèmes Liste
10830 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 9 sept à 09:38 Citer     Aller en bas de page

c'est parce qu'ils étaient nantais.

 
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 9 sept à 23:06 Citer     Aller en bas de page

c'est parce qu'ils étaient nantais.

Ah bon...



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
340 poèmes Liste
10830 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 10 sept à 05:07 Citer     Aller en bas de page

- les canaris, de leur choix de de marque de soutien "pernod" jaune et vert.
ce qui fait d'eux des poètes géniaux, suites à leurs consommations.
* Se trouve-t-il une rubrique Portrait sur le site de La Passion des Poèmes ? Ne l’ayant pas trouvée, j’insère le portrait qui suit dans la rubrique Journal, puisque le poète analysé exerce une influence prégnante sur la psyché de votre serviteur. *
- oui, "portrait sous vers". j'ai moi-même réagit en être prétentieux, voulant être interviewer, alors qu'il faut être choisi.
j'ai toujours en étant prétentieux, fait des textes pour imposer aux pseudos, qui ont su m'en excuser, ce que je croyais être, et non comment j'étais perçu.
- des développements à partir de ces quelques mots serait entrer en polémiques inutiles.
- amicalement cher XUYOZI de la part de MONSIEUR.

 
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 12 sept à 09:06 Citer     Aller en bas de page

Il me semblait, aussi... je ne m'étais donc pas trompé...

X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 233
Réponses: 14

Page : [1]

État du vote : 0/13274

 

 
Cette page a été générée en [0,0330] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.