Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 48
Invisible : 0
Total : 50
· HASSAN ! · ramon78
13206 membres inscrits

Montréal: 7 mars 02:56:28
Paris: 7 mars 08:56:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Champ-de-mars (7) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 25 avr 2009 à 18:08
Modifié:  4 mai 2009 à 09:58 par Rouge
Citer     Aller en bas de page


[5 dec]
VII

C’était l’heure mauve. L’heure à laquelle le soleil se couchait, mais pas trop, l’heure à laquelle l’éclairage était bleu et la lumière des réverbères un peu rosée. C’était l’heure magique. La neige était jeune et blanche, haute jusqu’à ma poitrine. On avait l’impression de marcher sur de la ouate ou d’être des personnages dans un village miniature, une crèche toute petite sous un sapin gigantesque.
L’heure mauve était l’heure des fées, l’heure du sperme et des poumons. Pendant une seconde, je pensai à m’allumer une cigarette mais ne voulant pas briser le silence et le moment – comme suspendu dans le temps, je me ravisai. Pour une fois, c’était moment si calme que même la cigarette me semblait déplacée pour combler quelques trous ou quelques envies, aussi.
[13 dec] Il arriva à l’heure, comme d’habitude. Sa montre intérieure ne se trompait jamais. Il vida ses poches et se mit à compter son argent. Quand il eut fini, il leva les yeux vers moi et, silencieusement, me souffla à l’oreille :
« Viens.
- Où ?
- Tu verras. Mais viens. »
Je le suivi et les routes défilèrent sous nos pieds, sûrement aussi vite que les secondes. Je ne sais pas; j’avais oublié le temps à ce moment là, tout ce qui m’importait était cet homme, là, devant moi.

Il entra dans le métro, moi ensuite.
Il paya un billet de métro. Non deux.
Et nous entrâmes.
Il chanta « Smokers outside the hospital doors ». Je me tus et l’écoutai. C’était beau.
La porte s’ouvrit sur un autre monde, les visages filaient de tous les côtés et mes pieds se posèrent sur le banc d’en avant. Il fit la même chose. Pour une fois, j’étais l’auteure d’un de mes mouvements, la responsable de la grande et infinie tâche de poser mes pieds sur le banc d’en face. C’était merveilleux.
Les grillages qui nous gardaient prisonniers dans la cage aux inconnus cédèrent et je m’élançai la première, comme pour goûter encore un peu à cette indépendance nouvelle que j’avais découverte. Une deux, une deux, gauche droite, gauche. Il ne se pressa pas.
[16 nov] Moi je marchais à la manière de quelqu’un qui dit : « Je suis Libre,
et mes pieds ne font plus mal ».
[24 nov] C’était quelque chose comme la grande classe, et peut-être aussi le bonheur, un peu. Je me tournai pour vérifier.


Il n’était plus là.


 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1025
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0132] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.