Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 107
Invisible : 0
Total : 109
· Jean-Louis · ***Béné***
13219 membres inscrits

Montréal: 5 déc 15:42:12
Paris: 5 déc 21:42:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: je hais les photographies. vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1]
silence.


chut...tais-moi.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
493 commentaires
Membre depuis
1er décembre 2008
Dernière connexion
28 novembre
  Publié: 3 jan 2009 à 08:19
Modifié:  20 jan 2009 à 02:22 par silence.
Citer vertical_align_bottom

Les pas des violons traînent sur les lignes
de fuite d’un tableau, bien trop vaste pour tes bras
bien trop fou pour tous les poèmes que je n’ai pas osés
l’archet glisse sur les cordes gémissantes depuis trop longtemps
il est bien trop tard pour enlever les mains du feu
trop tard pour fouiller encore les sols humides de nos forêts pluvieuses
de la terre collés sous des ongles à moitié rongés
je ne veux plus fouiller nos tripes
depuis que les pierres ont cessé de parler la langue du fleuve : elles coulent
comme coule un corps lourd de tes yeux indifférents
je n’aime plus
les fumées enfantées par l’aube
ni toi, évidemment
Une chambre est vide. Un couteau gris, quatre murs et des images
vont s’aimer dans les airs lourds et mes mains
celles d’un homme fou comme tiré d’un livre de Kafka
juste une pointe sur ta gorge, une entaille dans le bois, dans le papier
des gestes clairs, des courbes nettes
si tu voyais tes yeux, tes lèvres se froisser dans le crachat de briquets insomniaques...
Je veux faire souffrir une photographie, comme une revanche ridicule
muette, sourde et folle
de ne plus savoir ton nom
mais voila, on n’arrache pas les pages d’un livre
comme on déchire un vieux poème, sa feuille, son encre sèche
les souvenirs
ne
nous appartiennent
plus

 
Page : [1] :: Réponses non permises

 

 



Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3869
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 2 - Voir

Page : [1]
Poèmes de l'année 2009
Décerné le 6 juin 2010
18e position dans le choix des membres.

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0157] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.