Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 100
Invisible : 0
Total : 102
· Jevousaime · redtigers01
13210 membres inscrits

Montréal: 1er oct 19:56:01
Paris: 2 oct 01:56:01
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Le passage du Styx vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 7 jan 2009 à 07:54
Modifié:  7 jan 2009 à 11:53 par Mustang (libre)
Citer vertical_align_bottom

Sur le drap de lin livide,
Tout est vain et tout est vide.
La mort lâche sa bordée,
Sur une vie débordée.

Antigone involontaire,
La femme avance au tombeau.
De l’autre bout de la terre,
Arrive un sombre corbeau.

Dans les yeux de porcelaine
De ce visage endormi,
Le soufre souffle une haleine
De fiel vert et de vomi.

À sa bouche diaphane,
Trois pointes rouillées d’un christ
Clouent une fleur qui se fane,
Sur une moue un peu triste.

Les murs suintent des silences,
De l’effroi et de la peur.
Sous un dais fait de six lances,
La garde emporte son cœur.

Armée de l’ombre inhumaine,
Ton cortège, à pas lourds,
Entoure l’âme et l’entraîne
Aux rives des fleuves sourds.

Au chevet du lit en fer,
Un angelot, à part, a dit :
« Elle vit là, un enfer
Pour gagner le paradis »

Sur le drap de lin livide,
Tout est vain et tout est vide.
Des rimes traînent toujours
Dans le lit de mes amours.






 
Montaron Tran


Jouons!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
58 poèmes Liste
275 commentaires
Membre depuis
8 novembre 2008
Dernière connexion
27 mars
  Publié: 8 jan 2009 à 16:58 Citer vertical_align_bottom

Époustouflant!

J'y vois dans celui-ci un enterrement, une tristesse inguérissable...un être aimé?
Quoi qu'il en soit je suis touché et sous le charme.

P.S: Je me permets de te signaler les 8 pieds du vers "Un angelot, à part, a dit :"
"L'angelot" me parait bien...

Amitiés.

 
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 12 jan 2009 à 07:58 Citer vertical_align_bottom

merci à tous les trois d'avoir lu ce texte écrit à l'encre très noire.

Mon cher Montaron, merci de ta remarque.
les 8 pieds étaient intentionnels, pour souligner le "à part".
effet de style totalement loupé... tu as bien raison de me rappeler à l'ordre.

amitiés à tous.

 
Montaron Tran


Jouons!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
58 poèmes Liste
275 commentaires
Membre depuis
8 novembre 2008
Dernière connexion
27 mars
  Publié: 27 jan 2009 à 18:36 Citer vertical_align_bottom

Je suis confus, vraiment.
Maintenant que tu me l'as expliqué, je trouve que c'est pas mal du tout comme idée, j'aime cette sorte de clin d'oeil. (un peu honteux de ne pas y avoir pensé)
Surtout continue...

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19469 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
1er octobre
  Publié: 10 juil 2009 à 13:57 Citer vertical_align_bottom

"Des rimes traînent toujours
Dans le lit de mes amours."

Emue par cette lecture

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1122
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0210] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.