Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 22
Invisible : 0
Total : 24
· Personne0 · wippi
13528 membres inscrits

Montréal: 26 jan 01:09:41
Paris: 26 jan 07:09:41
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: les impersonnels Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Echo


"le bonheur n'est jamais grandiose" On verra bien...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
1068 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
9 juin 2013
  Publié: 14 mai 2009 à 14:51 Citer     Aller en bas de page

Les impersonnels


Lui, elle
Vous autres
Les pronoms impersonnels
Décolorent la vie

Et puis à quoi servent les noms ?
Quand les numéros effacent
Les visages que l’on associe
Aux sentiments de tous les jours
Ma colère et la votre
Nos amours
Leur tristesse
Et nos rires

Eux, nous
Celui d’en face
Comme si personne
Ne comptait

Et que nous reste-t-il après ça ?
Après les murs cimentés d’indifférence
Érigés entre deux humains
En manque d’identité
Tout va bien
A ce que l’on dit
Et mon voisin
Qui est-il ?

Moi, les autres
Ceux qui restent
C’est au final la même chose
Nous sommes des éclats de rien

Mais pourquoi chercher de la tendresse ?
Puisque alors que l’on meurt de froid
Les sourires synthétisés ont la chaleur
De la lumière artificielle
Vos soleils
Mes étoiles
Noyés dans l’immense
De l’anonymat

Celui-là, les gens
Ceux dont on se fout
Et l’on s’essaie aux rêves
Entre deux nuits blanches

Et pourquoi vouloir se réveiller ?
Quand il n’y a personne dehors
Pour briser les vitres de silence
Nos fenêtres ne donnent sur rien
D’incroyable
Ou de beau
L’horizon
N’a rien de vrai

Celle-ci, quelqu’un
Le fond de l’humanité
Et l’on aimerait tant
Trouver un peu d’amour

Mais ça ne rime à rien, pas vrai ?
Alors on continue de se fuir
Et le matin on dit bonjour
A un miroir qui nous rend nos sourires
Mais le temps passe
Nos rêves
Et nos révolutions
Sonnent creux




Echo

  Là où l'on brûle les livres on finira bien par brûler les hommes...
innamoratto

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
138 commentaires
Membre depuis
12 février 2008
Dernière connexion
30 décembre 2016
  Publié: 14 mai 2009 à 16:40 Citer     Aller en bas de page

jolie poeme...mais sa tristesse ne se voit car c'est très profond..innamoratto

 
Idou

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
189 poèmes Liste
3746 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
22 mars 2017
  Publié: 14 mai 2009 à 16:53 Citer     Aller en bas de page

une profondeur lointaine et sûre que j'ai aimé lire ...

merci

  Seirén - ©
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1047 poèmes Liste
16886 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 15 mai 2009 à 06:56 Citer     Aller en bas de page

C'est vrai qu'il y a une réflexion de fond dans ces mots qui est très pertinente et subtile !
C'est une lecture longue, mais ça ne gène aucunement tant du début à la fin, tu as su retenir l'attention avec des idées très bien "mises en vers" !
bravo à toi pour cela !
je t'adresse mes amitiés les plus sincères.
pyc.

 
Echo


"le bonheur n'est jamais grandiose" On verra bien...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
1068 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
9 juin 2013
  Publié: 15 mai 2009 à 14:05 Citer     Aller en bas de page

innamoratto, Seirén et amendine:
Profond? vraiment? Ça fait drôlement plaisir!
Merci beaucoup à vous trois
Je vous embrasse

Et de gros baisers à toi pyc!
Très heureuse que ma plume t'ai plu
En fait j'avais vraiment peur que ce poème ne soit trop long
Tu me rassures, merci

  Là où l'on brûle les livres on finira bien par brûler les hommes...
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 16 mai 2009 à 12:01 Citer     Aller en bas de page

Oh que c'est beau ! ! !

La lecture de ce poème m'a littéralement émerveillé, tant par tes mots que par les métaphores ... c'est tellement vrai ce poème


Celle-ci, quelqu’un
Le fond de l’humanité
Et l’on aimerait tant
Trouver un peu d’amour

.... et c'est tellement important dans la vie de chacun !

très amicalement

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Montaron Tran


Jouons!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
58 poèmes Liste
275 commentaires
Membre depuis
8 novembre 2008
Dernière connexion
3 octobre 2020
  Publié: 20 mai 2009 à 06:04 Citer     Aller en bas de page

 
Echo


"le bonheur n'est jamais grandiose" On verra bien...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
1068 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
9 juin 2013
  Publié: 20 mai 2009 à 14:12 Citer     Aller en bas de page

Thanks a lot

  Là où l'on brûle les livres on finira bien par brûler les hommes...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1512
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0251] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.