Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 20
Invisible : 1
Total : 24
· JH.Metz · Duchesse Emilie · Avraham
13218 membres inscrits

Montréal: 8 déc 04:58:06
Paris: 8 déc 10:58:06
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Au bout de l'aiguille... vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 25 mai 2009 à 19:27
Modifié:  24 mars 2015 à 14:38 par Stegobulle
Citer vertical_align_bottom

J'ai noué à ton bras le futur anémié
J'ai fait rouler tes veines entre mes doigts absents
Nous riions défoncés dans ce monde troublant
Sous des néons trop blancs de nous voir écroulés

On rêvait au long cours, à des lieux de lumière
A des pays de joie où les monstres reculent
On a rêvé cent fois à l'odeur de la mer
Mais nous voilà reclus, où les requins pullulent

Seuls, ensemble et meurtris, obligés de jouer
Aux enfants décharnés par la rouille souillée
Quand se vident les corps en laissant échapper
Les esprits démembrés, spiritueux glacés

On rêvait d'oiseaux blancs s'envolant sous les vents
A des fleurs aux couleurs que tes yeux me renvoient
A t-on rêvé ainsi dieu sait combien de fois !
Mets ta vie dans la mienne et perdons notre temps

Sur sa lame émoussée, le reflet de nos vies
Dans sa main, doigts serrés nous voyons nos destins
Gangrenés de l'inox arrivant à ses fins
Faisant des trous obscurs, injectant le délit

On a rêvé autant qu'auront souffert nos cœurs
Puis des ombres malignes ont recouvert nos peurs
Tu m'as pris dans tes bras, pleurant comme une sœur
Et nos souffles malades ont perdu leurs douleurs



Stegobulle

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
23748 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 26 mai 2009 à 10:13 Citer vertical_align_bottom

un poème bien triste , pourtant ils y a des images qui font de ce texte une poèsie merveilleuse !

toutes mes amitiés
james

  Membre de la Société des poètes Français.
Echo


"le bonheur n'est jamais grandiose" On verra bien...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
1068 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
9 juin 2013
  Publié: 26 mai 2009 à 14:26 Citer vertical_align_bottom

Pas vraiment de mots pour décrire le coup de coeur qui me laisse plantée là
Juste merci à toi

  Là où l'on brûle les livres on finira bien par brûler les hommes...
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 28 mai 2009 à 03:56 Citer vertical_align_bottom

Bonjour et Merci à tous les trois ! Encore un coup de blues qui se termine en texte peu joyeux, c'est mon lot mais il vous plaît alors j'en suis heureux.

James, mes félicitations pour la parution de ton recueil.

Au plaisir.

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 922
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0198] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.