Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 706
Invisible : 0
Total : 706
13395 membres inscrits

Montréal: 9 déc 00:07:24
Paris: 9 déc 06:07:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: sanglante histoire de conscience Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
aigle royal


Le face vient simplement appuyer le côter fort du pile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
1027 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2008
Dernière connexion
28 juillet 2019
  Publié: 4 juin 2009 à 23:34
Modifié:  15 déc 2009 à 10:04 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Sanglant, délirant, je me suis battu!
J’ai frappé mon prochain avec mes points.
J’évite les coups tel un Dieu trop déchu.
J’esquive dans une danse frénétique chagrin.
Le sang a giclé, les murs sont souillés.
Je frise le blasphème et l’éternité.
Tel un boxeur, je passe au round suivant.
Maugréant que mon temps s’arrête grinçant.
La cloche a sonné, mon tour est fini.
Triomphant de cette gloire en grandissant.
Profiter de l’heure faiblesses assortie.

Je suis ce boxeur, dans le coin rouge, nu.
Qui va sans l’ombre d’un doute beaucoup trop loin.
Je suis ce boxeur, sans remords, perdu.
Je suis celui qui gagne, celui qui feint.
Celui dans ce coin là, traumatisé!
Celui trop souvent ridiculisé.
Je voguerai dans un firmament.
Paradoxalement, je suis pansement.
Je calme les moindres pleurs par la vie, ma vie.
Attention! Je suis là! Seul paysan.
Profiter de l’heure faiblesse assortie.

À moi le coin bleu, à toi d’être vaincu!
Je lève déjà les poings sûrs de moi, tiens!
Tu me donnes l’espace, tu te mou vois, j’ai vu.
Je suis rapide, une n’attend pas l’autre, bien.
Première de tes larmes de sang versée.
Triche tant que tu veux, mais je vais gagner.
Nul n’est plus fort que moi, pas même l’enfant.
Ma conscience te domine, mon subconscient!
J’ai mis mes points aux bons endroits, ta vie!
Je profite de ton agonie, tellement !
Profiter de l’heure faiblesse assortie.


Nouveau round, je vois les sous-entendus.
J’aperçois ma vie en songe, dans le coin.
Entrebâillée par cette porte prétendue.
La barrière s’estompe, l’effet du joint?
Pourtant, je n’ai rien pris, rien consommé!
Je vois mon reflet, la personne cachée.
Dans ce miroir que tu transmets pourtant.
Beuglant l’ignorance en te suppliant.
Cache-moi le, je ne veux pas de l’abri!
J’essayerai de t’appeler Nathan.
Profiter de l’heure faiblesses assortie.

Jonathan, Nathan, fainéant perdu.
Je suis celui qui hait, celui taquin.
Je ne veux pas y penser! Pas vaincu?
Je me sauverai comme un pingouin.
Je sais que tu me rattraperas, fée.
Je suis conscient, malgré tout, contre ton gré.
Je vaincrai, malgré mes tremblements.
Tel un combat d’épée, triomphalement.
Mais dis moi, suis-je l’unique abruti?
Mais pourquoi ceci me prend tant de temps?
Profiter de l’heure faiblesse assortie.

Je ne pense pas pouvoir te vaincre à temps.
Je sais que je succomberai, pourtant,
pour moi, fais que ça soit une maladie.
Pour que je puisse en guérir, inconscient.
Profiter de l’heure faiblesse assortie.



  La vérité apparaît toujours à ceux qui savent attendre.
aigle royal


Le face vient simplement appuyer le côter fort du pile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
1027 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2008
Dernière connexion
28 juillet 2019
  Publié: 5 juin 2009 à 17:54 Citer     Aller en bas de page

merci à toi.

heureux que ce texte t'es fait réfléchir.

oui lui est relativement profond comme texte je pense. Du moins si tu comprend le thème du fond.

Merci pour ton passage katia.

Heureux que tu as apprécié ta lecture.

aigle royal(cd)

  La vérité apparaît toujours à ceux qui savent attendre.
aigle royal


Le face vient simplement appuyer le côter fort du pile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
1027 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2008
Dernière connexion
28 juillet 2019
  Publié: 15 juin 2009 à 19:15 Citer     Aller en bas de page

merci à toi d'être venu par ici.

Je dépeint un monde étrange à travers des mots.

aigre doux, j'avoue au mcdo c'est la meilleurs sauce pour les mccroquettes.

si ce huh partage là ta plus alors je suis heureux.

aigle royal( et non aigre royal) bon ok était poche je sort

  La vérité apparaît toujours à ceux qui savent attendre.
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 15 déc 2009 à 10:05 Citer     Aller en bas de page

aigre royal, c'était royal en effet comme joke !
(Je me nexte)



Mis à part ça, je trouve ton texte très brut, mais travaillé sur la profondeur. Une mise en perspective qui effraie un peu celui qui cherche à comprendre le sens de tes vers. Moi ça ne me déplaît pas en tout cas!

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
aigle royal


Le face vient simplement appuyer le côter fort du pile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
1027 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2008
Dernière connexion
28 juillet 2019
  Publié: 10 jan 2010 à 22:42 Citer     Aller en bas de page

bonjour à toi

merci de ton commentaire, heureux que tu apprécie ces quelques vers.

désolé pour le temps de réponse, j'étais plutôt absent du site ces temps si et je viens de revenir de France donc j'étais coupé pendant deux semaine du monde.

a.r.

  La vérité apparaît toujours à ceux qui savent attendre.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 886
Réponses: 4
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0194] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.