Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 48
Invisible : 0
Total : 48
13206 membres inscrits

Montréal: 6 oct 12:13:24
Paris: 6 oct 18:13:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: nuit de poussière (chanson) vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
dav


Je fais mourir de faim l'amour pour qu'il dévore ce qu'il trouve. (Octavio Paz)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3319 commentaires
Membre depuis
14 mars 2005
Dernière connexion
3 mai
  Publié: 17 sept 2005 à 07:21
Modifié:  26 déc 2005 à 20:34 par dav
Citer vertical_align_bottom



Poussière de larmes
océan d'amertume
j'ai poursuivi ton ombre
jusque sur la lune

Poussière de larmes
océan d'amertume
ton souvenir frêmit
au vent des certitudes

Le temps se fige
en infini prélude

tu bats le fer
sur mon coeur-enclume

La nuit découpe
des contours étranges
sur tes mots
au parfum d'orange

Elle dépose maintenant
une image papier
un sourire découvrant
tes dents acidulées

La nuit étouffe
le murmure du désir
elle étire l'évidence
l'absence de souvenirs

La nuit s'ennuie
les étoiles aussi
regarde moi mourir
sur tes paupières endormies

Messieurs-dames s'il vous plaît
présentez larme
qu'elle puisse entamer
et briser ses charmes

Messieurs-dames approchez
frôler du regard
les taxis interdits
les trains hagards

Veuillez vous arrêter
et pisser sur le mur
érigé par ses yeux
sans la moindre rature

Veuillez vous en aller
et laisser en arrière
cette route improbable

au bout il y a l'amer.





  L'Art du guerrier consiste à équilibrer la terreur d'être un Homme, avec la merveille d'être un Homme. (assAssin)
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
71 poèmes Liste
6523 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
5 octobre
  Publié: 17 sept 2005 à 09:49 Citer vertical_align_bottom

Ton poème précédent se prolonge ici, s'éclaircit par la nuit pour s'assombrir, encore que le coeur-enclume du précédent annonçait cette suite, enfin c'est bien comme celà que je l'avais vue.
En gros ce que je veux dire sans rien enlever à celui ci, c'est que le premier en quelques mots gardait toute sa force et sa part de mystère.
amitié
jc

  Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
21 juin 2021
  Publié: 19 sept 2005 à 12:19 Citer vertical_align_bottom

Une nostalgie quelque part entre les regrets et la rancoeur... Enfin, c'est ce que j'ai compris!

Puisse ce coeur-enclume s'adoucir et retrouver de meilleures fortunes!

Amicalement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 28 sept 2005 à 08:16
Modifié:  28 sept 2005 à 08:46 par patrick dabard
Citer vertical_align_bottom

La bière vient souvent à bout des rancoeurs les plus tenaces.
J'ai une nouvelle fois apprécié de te lire.
Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1485
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0220] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.