Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 17
Invisible : 0
Total : 21
· Xuyozi · ode3117 · zouzou31 · ***Cocci***
13737 membres inscrits

Montréal: 27 juil 10:52:04
Paris: 27 juil 16:52:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: Quai N°2 : Le vagabond - Elle et Lui . Ashimati & Feu Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Nitrox

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
7530 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 7 oct 2020 à 07:35
Modifié:  7 oct 2020 à 08:30 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Quai N°2 : Le vagabond - Elle et Lui



Les hivers s'étaient succédé, plus ou moins doux, plus ou moins froids. La cheminée avait crépité durant des jours, pour elle seule, parfois non. Les printemps avaient pris la place des hivers, fleurissant la côte mais laissant ses sens arides, malgré quelques rencontres, sans vrais lendemains.

Quelques gréements étaient venus poser leurs flancs le long des quais, certains juste pour un jour ou deux, d’autres plus longtemps, laissant s’échapper des hommes dont les peaux cramées de soleil racontaient des histoires sans paroles : des voyages lointains, de sables, de terres inconnues.
Dans leurs yeux on voyait d'autres histoires, mais toujours une lueur étrange, petite étincelle qui parlait elle aussi sans qu’ils n’aient rien à dire : chaque ancre jetée dans un port leur disait :' "tu es arrivé, mais pas chez toi"



Le bois de sa cabine ressemblait à un chalet.
Les grincements de la coque le berçaient quelquefois, quand les flots calmes venaient taper nonchalamment sur les flancs, d’autres fois les coups de boutoirs résonnaient tant qu’on aurait pensé que tout se désintégrait et que le bois allait exploser, les laissant tous trempés et dérivants tandis que le clipper disparaissait dans les flots déchaînés. Mais non, il flottait toujours, les voiles affalées par gros temps ou bien, majestueux filant comme une patineuse sur la glace.
Sa peau tannée lui parlait tous les jours du soleil et de ses reflets sur la surface argentée des océans, L’immensité se reflétait dans ses iris clairs... insondable. Il avait gagné son anneau d'or sur les cinq océans, les sept mers et les trois caps, symbolisant ses fiançailles avec l'océan.

Il savait que bientôt, ce serait relâche pour lui et ses coéquipiers. Un terre se profilerait au loin, une ligne fine et diffuse qui, heure après heure deviendrait plus épaisse et plus détaillée.
Et une fois encore, comme à chaque escale, il irait se perdre de bouge en bouge, caressant des corps sans saveurs mélangés de tafia et d'opium. Il en avait connu des dizaines, de Santiago à Shanghai, mais même les putes de Madame Liu, à l'Araignée bleue, n'avait pu lui faire oublier, le corps luisant auprès de l'âtre de cette femme qui hantait ses pensées.

Sept années qu'il avait pris le large, emportant dans son sac, simplement cette image. À quoi bon se charger, il faut voyager léger quand on ne sait pas si demain peut être un autre jour. Au fil des années, sa peau s'était encrée aux pointes des bambous, pour ne jamais oublier, que quelque part, dans un petit coin perdu, à peine inscrit sur une carte, il y avait une femme, ultime port d'attache.


Un nouvel hiver allait revenir sur la ville. Dans le chalet, l'odeur du bois dans l'âtre devenait plus forte signe de soirs sombres froids et vides. La nature ne connaît rien du cœur des Hommes : Le soleil timide balayait tout de sa lumière froide, la beauté du ciel limpide faisait miroiter les flots calmes du port, les cuivres et les aciers des 'fils du vent' comme elle aimait surnommer les bateaux, quand elle regardait vers les quais. La nature ne connaît rien du cœur des Hommes mais elle savait leur offrir des instants lumineux et cruels, peuplés de couleurs froides et givrées partout dans les ruelles et sur les quais comme en ce jour-là.
Elle, parmi tout ce monde, ce brouhaha, malgré les sourires avenants des hommes, elle glissait au travers de la foule. Elle ne voyait rien ni personne, chaque regard inconnu, croisé dans la ville n’exprimait désormais rien pour elle.

Combien de fois était-elle restée sur le port le cœur gonflé d’espoir les yeux scrutant l’horizon qui restait muet. Sept ans depuis ce soir de neige quand la lueur de la cheminée s’était fait l’écho de leur dernier regard, si dense, si brûlant si violent même de savoir qu’enfin ils avaient touché l’intouchable…, Mais, cette nuit-là, il partait : prenant son sac il l’a regardée sans un mot … mais de toute la profondeur et l’intensité de ses yeux clairs il lui disait : ‘je reviendrai’.

Depuis, tous les sourires charmeurs des hommes, leurs fleurs ou leurs mots la ramenaient à lui, juste lui. De son regard et ses baisers il avait gravé au fer rouge son être entier.

Le vent soufflait en bourrasques charriant de lourds nuages. Dans le chalet l’âtre réchauffait les murs faisant craquer les boiseries, il planait toujours l’odeur de son amour dans la chaleur du feu et elle regardait les flammes dansantes, qui dessinaient des voiles dans la tempête. La neige ne tarderait pas à revenir sur la ville, et maintenant, seuls les trois mâts gigantesques oseraient braver la passe dangereuse, pour venir jusqu’au port.

Alors elle décida de descendre sur les quais encore une fois,

Il pleuvait un peu ce soir-là, une sorte de crachin breton bien pénétrant. Elle avait posé sur ses cheveux, un carré de soie qui ne la protégeait guère, mais lui confortait un peu de chaleur.

En arrivant devant la grande porte, elle entendit le clac d'un Zippo qui se refermait et instantanément elle reconnut cette odeur de tabac si particulière.

Et elle sut.

Son cœur s'arrêta une fraction de seconde, elle resta là les bras ballants, immobile, sous la pluie qui s'intensifiait, à fixer l'incandescence de la cigarette et soudain, la silhouette prit forme, la démarche, le vieux sac sur l'épaule. Rien n'avait changé depuis tout ce temps.

Et dans la fumée bleue mélangée à la pluie, sept ans venaient de s’évanouir.



FeudAsh
Octobre 2020

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Danalore


Lire Une parenthèse dans le quotidien Ecrire Une évasion qui fait du bien
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
91 poèmes Liste
720 commentaires
Membre depuis
15 mai 2016
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 7 oct 2020 à 12:24 Citer     Aller en bas de page

 
Nitrox

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
7530 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 8 oct 2020 à 18:15 Citer     Aller en bas de page

Citation de Danalore



merci d avoir lu et d avoir apprécié Danalore

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
ode3117

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
575 poèmes Liste
25595 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
27 juillet
  Publié: 11 oct 2020 à 10:56 Citer     Aller en bas de page

Je connais tant cette vie de marin, dans la famille j'en ai entendu de belles mais aussi de tristes histoires.
Un merveilleux écrit, tout y est, les sentiments, la description de tout ce qui parle de bateaux d'océan et il me semble respirer cet air pur et salin de chez moi, là c'est la Bretagne si chère à beaucoup de coeurs.
La fin de cet écrit m'a donné des frissons, le clic du briquet et cette présence ...enfin revenu ce marin tant attendu.
Je relierai cet écrit, il est trop top.
Bises amicales à vous deux.
ODE 31 - 17

  OM
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
848 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 11 oct 2020 à 13:54 Citer     Aller en bas de page

Toujours aussi superbe et intense, je crois que je suis "accro" à cette histoire... L'atmosphère est si bien rendue qu'elle est palpable, on sent le chaud, le froid, le roulis, et on visualise chaque univers. Les émotions de cette femme et de cet homme transpirent à chaque ligne, on retient son souffle, et l'ensemble est une petite merveille. Lucie

 
Nitrox

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
7530 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 21 oct 2020 à 05:38
Modifié:  23 oct 2020 à 13:16 par Nitrox
Citer     Aller en bas de page

Ode - Lucie

Merci pour vos commentaires à toutes deux et pour avoir ressenti les ambiances et sentiments jusqu'au 'clac' final,
(meme la pluie peut être belle vue comme ca)

A bientôt pour une autre histoire.

Amitiés à vous deux.

Feu

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 592
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0287] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.