Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 86
Invisible : 0
Total : 86
13536 membres inscrits

Montréal: 19 juin 10:35:53
Paris: 19 juin 16:35:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Entre Ici et Ailleurs. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 18 sept 2005 à 14:56
Modifié:  14 nov 2010 à 13:35 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Entre Ici et Ailleurs.

Ton regard détourné vers
L'Ailleurs.
Son monde à Elle.

Tu pars pour un long voyage.
Sans d'autres bagages que ton cœur.
A lui offrir, en arrivant.

Mais, ici, ta présence reste.
- Pour chasser mes nuits. -
Impertinente...

Mes yeux sont encore troublés de toi,
De ta vaporeuse absence,
Submerger de larmes.

Je sombre.
- Tu ne sais donc pas ? -
Sous ton ombre.

Je te vois encore, moi.
Je suis pleine de toi.
A en crever d'amour.

J'ai mal au cœur. Je ne le supporte plus
Mon amour étranger.
Trop loin de toi.

Je le vomis sur tes chaussures.
Je le gâche sur toi.
En souvenir.

Mais tes yeux ne se détachent plus,
Collés aux siens, si doux.
Tu m'oublies.

Tu ne vois vraiment pas comme j'ai mal ?
Je te crache mes nerfs au visage !
Regarde moi !

Ma main frôle ton épaule, triste.
Tu te retournes enfin, mais ton sourire m'écorche,
Comme tes yeux. Plein de rêves réalisés.

Ces étoiles dans ton regard...
Brûlent mon cœur, au plus profond.
Je ferme les paupières, pour ne plus te voir.

Va-t'en. Je ne veux plus.
Et je supplie le temps
D'y faire quelque chose.

Mais, au fond,
Je ne sais même plus
Ce que j'espère...

De toi,
De moi,
De nous.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
triste bibi


Je voudrais que le temps ne s'arrête jamais quand je suis dans tes bras !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
35 commentaires
Membre depuis
1er novembre 2002
Dernière connexion
26 mars 2009
  Publié: 18 sept 2005 à 16:08 Citer     Aller en bas de page

Je ne peux que dire WOW ! J'adore ton poeme... tellement... c'est en plein ce que je ressent... Sa me désole de voir que tu es plus capable que moi même d'exprimer ce que je ressens héhé mais c'est vraiment un TRES TRES beau poeme. Désoler par contre de ce qui t'arriv... je suis de tou coeur avec toi ! N'arrete pas d'écrire c'est tellement beau !!!

Triste bibi

  Aimer c'est accepter l'autre tel qu'il est
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 21 sept 2005 à 15:09 Citer     Aller en bas de page

Merci triste bibi, je suis contente que tu aimes .

Et ravie que ça te touches, que ça corresponde à ce que tu as pu ressentir (j'espère ce que tu ne ressens plus... C'est pas forcément très agréable...).

Merci encore de ton passage.

Amicalement,
Julie.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 17 août 2006 à 12:00 Citer     Aller en bas de page

Je suis contente que tu ai pu t'y reconnaître, et donc le comprendre

Merci à toi d'être passée.

Amicalement,
Julie.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1607
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0199] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.