Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 66
Invisible : 0
Total : 71
· Xuyozi · Morteüs · Danalore · zouzou31
Équipe de gestion
· Ashimati
13738 membres inscrits

Montréal: 29 juil 17:45:57
Paris: 29 juil 23:45:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: La nostalgie d'alexandre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Mr Barnabooth


Je suis mon régicide et ma propre victime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1543 commentaires
Membre depuis
27 novembre 2008
Dernière connexion
2 août 2013
  Publié: 22 sept 2009 à 08:09
Modifié:  3 jan 2011 à 13:54 par Mr Barnabooth
Citer     Aller en bas de page

_ Te souviens-tu du temps ? Tu écrivais les flots,
Sur des duvets de dune emprisonnés au vent,
Quand tu brossais la mer en te baignant de mots,
Et le regard ouvert pour paraître vivant.

J’aimais les moqueries de ta tendre infortune,
Puisque tu étais fou et rêveur des marées,
Tu souriais le soir aux rayons de la lune
Quand nous errions fins soûls dans les nuits délabrées.

Le vers dans l’insouciance, on gênait les badauds,
Et l’alexandrin libre exultait de l’écume,
Un doigt pour les bourgeois, fustigeant les salauds
Qui nous prenaient de haut, les lèvres dans la brume.

Mes pleurs, tu les fondais, en rompant leur potence,
Les ombres se taisaient sous le mors du soleil,
La vie est un fardeau quand l’on meurt d’impuissance,
Mais tu me rassurais autant que le sommeil.

_ Te souviens-tu du temps ? Tu décrivais les flots,
La plume jeune et vierge, à la prose ravie,
Puissant comme le vent, les grains de sable en mots
Que tu puisais sans fin pour redorer ta vie.

Le temps est si féroce en ses mauvais hivers,
Ta dose est venue forte et il te faut toujours
Lutter contre l’ennui en écrivant des vers
Dans ton inspiration mourante au fil des jours.


22/09/09
Mr B.

  Si tu copy mes textes, je te casse la gueule ! ... Right, mec ?
chimay Cet utilisateur est un membre privilège



Méfiez-vous du premier mouvement, il est toujours généreux. (Charles-Maurice de Talleyrand-Perigord)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
256 poèmes Liste
5038 commentaires
Membre depuis
12 août 2002
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 22 sept 2009 à 08:16 Citer     Aller en bas de page

un instant de poésie vivace, il vibre ...

amitiés,
chimay

  La musique danse, la poésie chante
Rousselaure


J'aime les mots de ciel bleu. J'en écrirai jusqu'à ma mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
192 poèmes Liste
5644 commentaires
Membre depuis
5 juillet 2009
Dernière connexion
13 mars 2019
  Publié: 22 sept 2009 à 08:36 Citer     Aller en bas de page

Belle écriture avec des rimes parfaites. Merci pour la leçon. Amitiés.

  je suis et resterai celle qui t'attends
Aeshne

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
2873 commentaires
Membre depuis
22 mars 2008
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 22 sept 2009 à 08:59 Citer     Aller en bas de page


Mes pleurs, tu les fondais, en rompant leur potence,
Les ombres se taisaient sous le mors du soleil,
La vie est un fardeau quand l’on meurt d’impuissance,
Mais tu me rassurais autant que le sommeil.

Ma strophe préférée est celle-ci, pour ses trois premiers vers -le quatrième, bof.

J'aime beaucoupl les images que tu fais passer, on visualise les scènes...

(J'ai eu beau vérifier le nombre de pieds, pas moyen de trouver UNE SULE erreur... Et dire que j'ai compté sur mes doigts pour rien... )

J'aime toujours autant.

 
Mariesarah

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
3769 commentaires
Membre depuis
6 février 2007
Dernière connexion
20 octobre 2010
  Publié: 22 sept 2009 à 09:05 Citer     Aller en bas de page

Mr. B.,

Ta tristesse rend ta plume sublime .... est-ce malgré toi ? Ton verbe créateur serait-il plus fort que ta nostalgie et ton spleen....

En tous les cas, je t'embrasse,

Ton amie Marie

et que vive la poésie envers et pour nous.

  ... et si je m'en vais avant toi, dis toi bien que je serai là, j'épouserai la pluie le vent, le soleil et les éléments pour te caresser tout le temps (Francoise Hardy) merci M-Paule (comme une brise bise de mes aimés sur ma joue)
Miroir


"il est un " (poème de Parménide)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
10 novembre 2008
Dernière connexion
20 novembre 2020
  Publié: 22 sept 2009 à 11:09 Citer     Aller en bas de page




j'ai beaucoup aimé

merci pour ce grand moment de lecture

 
Corwin


Le poète est semblable au prince des nuées. Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1218 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
1er mai 2012
  Publié: 22 sept 2009 à 17:19 Citer     Aller en bas de page

Superbe! J'aime beaucoup, Je suis de parti pris, je ne sais résister aux alexandrins classiques. Des images et des rimes bien belles qui charment mon oreille.

Pour répondre à Crépuscule, puis-je dire que le 5 ème vers n'est pas régulier, on ne peut pas avoir la terminaison ées -non élidable- à la césure car cela ajoute une syllabe. (non, non pas frapper, je sors la honte aux joues!)

Amitiés

  De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. P. Desprosges
Echo


"le bonheur n'est jamais grandiose" On verra bien...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
1068 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
9 juin 2013
  Publié: 24 sept 2009 à 12:51 Citer     Aller en bas de page

C'est un instant lumineux que je viens de vivre
Éclairés pas tes mots très clairs, limpides
La poésie frémit sous la peau

Vraiment bien!

  Là où l'on brûle les livres on finira bien par brûler les hommes...
Mr Barnabooth


Je suis mon régicide et ma propre victime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1543 commentaires
Membre depuis
27 novembre 2008
Dernière connexion
2 août 2013
  Publié: 25 sept 2009 à 09:35 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous les lecteurs, et particulièrement, à tous les commentateurs !


Ce poème est une réponse à mon journal publié la semaine dernière et intitulé : "Je suis un drogué".
Ce poème fait référence, vous l'avez compris, à la schizophrénie de l'auteur, mettant en rapport un poète actuel, le "je", mure mais bouleversé par son art, avec son double jeune, le "tu", à la plume moins aguerrie mais transcendé par la fraîcheur de son épanouissement à accomplir.
je ne vois pas ce que je pourrais ajouter d'autre sur ce texte à part qu'il m'a un peu mentalement coûté de l'écrire.

Désolé Murmure mais l'utilisation de la prosodie classique stricte me semblait indispensable à la bonne interprétation de ce texte. Tant mieux si le rythme peut mieux plaire à d'autre !

Merci pour la référence, ma p'tite Griffe, surtout pour Arthur, et tant mieux si mon personnage t'ait apparu aussi jeune et frais que lui ...

Corwin, il faut savoir que j'ai établi mes propres règles depuis assez longtemps sur la prosodie classique, je considère en effet que, outre le placement symétrique et fondamental de la césure, seuls deux éléments sont primordiales aux effets de celle ci, d'une part le respect de l'esthétisme et de la symétrie visuelle et d'autre part la séparation des pieds en fonction de la lecture que j'en fais, donc je me fous des diérèses et autres règles antiques et stupides, je considère que "vieux" se prononce en un pied et que "érection"se lit en trois (que ceux qui me prouvent le contraire en lisant ces deux mots ne soient pas pris pour des pervers !). Donc ton histoire de terminaison en -ées, je n'y prête amicalement aucune attention.

Merci Murmure, tu as bien compris l'essence de mon poème. effectivement le regret et la nostalgie sont deux empreintes voulues et je pense que tu as raison aussi pour la troisième mais la culpabilité reste pour moi une impression complexe que j'aurais du mal à détailler dans cette réponse.

Salut Marie, je suis toujours triste quand j'écris, tu sais, c'est ça qui est d'autant plus triste, le poète est complètement différent de l'homme que je suis réellement. Dans la vie de tous les jours, je suis plutôt déconneur, joyeux, voire même un peu foufou mais le poète est quant à lui triste, sérieux, noire, quasi lugubre, entre fatalisme morbide et mélancolie nostalgique. D'où l'intérêt d'exprimer ma schizophrénie par la poésie. Faudra peut être que j'aille consulter un de ces 4 cet aspect de moi même.
En tout cas, merci pour ta poésie et pour ton amitié, je me permets de garder les deux.

Ah les goûts et les couleurs, Crepuscule, parce que moi je ne suis pas très fan de cette strophe là, à part peut être le premier vers qui n'est pas mal du tout. Mais non, c'est loin d'être ma préférée.
Je ressens plus de sensibilité pour la première et la dernière strophe que je considère plus aboutie et mieux ficelé, mais c'est certainement parce que ce sont les deux strophes que j'ai écrites en premier. J'ai d'ailleurs un peu l'impression d'avoir brodé entre les deux même si certains vers m'ont beaucoup comblé au moment de leur rédaction.
En tout cas merci d'avoir recompté pour moi, mais normalement non, il n'y a aucune erreur ... je peux être très perfectionniste quand je le veux

Ravi que cela te parle de près Darya, tu as donc vécu au bord de la mer ou (...) et de rien pour la leçon Rousselaure, qui n'en était réellement pas une ...


A tous ceux qui ont bien aimé ces quelques vers
Amitiés et bisous de Mr B.

  Si tu copy mes textes, je te casse la gueule ! ... Right, mec ?
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 30 sept 2009 à 23:43 Citer     Aller en bas de page

Je ne rien rajouter aux beaux commentaires qui me précèdent. Simplement...je suis enchantée de vous lire. Merci
Amicalement
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Semeur d'Amour


En amour, il y a les jardiniers et les fleuristes
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
2241 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
20 novembre 2016
  Publié: 1er oct 2009 à 02:49 Citer     Aller en bas de page

Je me doute qu'il faudrait étayer, développer et décortiquer... je ne le peux pas. Je vous livre néanmoins un mot "superbe" qui m'est venu suite à cette lecture sombre et profonde... un texte qui me parle bien au delà ce ces mots et dans lequel je me projette étrangement.
Merci pour ce double jeu de plumes et ces rétrospectives de liberté.
En espérant que vous (nous) ne constaterez jamais trop tôt ce décalage des âges et que cette drogue ai toujours le même effet jubilatoire sur vous / nous.
Amicalement,
J'M

 
Mr Barnabooth


Je suis mon régicide et ma propre victime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1543 commentaires
Membre depuis
27 novembre 2008
Dernière connexion
2 août 2013
  Publié: 7 oct 2009 à 05:37 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous deux, Arabesques et le Semeur, de vous êtes arrêter sous mes vers.

Ma plume rougit autant que mes deux joues

Mr B.

  Si tu copy mes textes, je te casse la gueule ! ... Right, mec ?
Mr Barnabooth


Je suis mon régicide et ma propre victime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1543 commentaires
Membre depuis
27 novembre 2008
Dernière connexion
2 août 2013
  Publié: 8 oct 2009 à 07:15 Citer     Aller en bas de page

Merci Dom, ton commentaire me fait vraiment plaisir ... J'aime aussi quand les poèmes donnent vie ...

Amitiés de Mr B.

  Si tu copy mes textes, je te casse la gueule ! ... Right, mec ?
Mr Barnabooth


Je suis mon régicide et ma propre victime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1543 commentaires
Membre depuis
27 novembre 2008
Dernière connexion
2 août 2013
  Publié: 9 nov 2010 à 03:43 Citer     Aller en bas de page

Merci Aglae pour ton commentaire pertinent ...

amitiés de Mr B.

  Si tu copy mes textes, je te casse la gueule ! ... Right, mec ?
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1873
Réponses: 13
Réponses uniques: 10
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0319] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.