Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 31
Invisible : 0
Total : 32
· Luciole123
13194 membres inscrits

Montréal: 3 mars 16:58:24
Paris: 3 mars 22:58:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: L'arbre à cent noms Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 30 sept 2007 à 14:54
Modifié:  30 sept 2007 à 14:54 par Rouge
Citer     Aller en bas de page


L’Olivier n’est pas seulement beau. L’Olivier a un monde de soupirs derrière la pupille, et ses silences valent plus d’or que l’or lui-même.

J’aimerais savoir tant ce qui se cache derrière sa rétine que les ombres dessinées à ses lèvres;


Parce qu’un sourire de l’Olivier vous prend aux tripes,
puisqu’il me faut l’écrire,
que ma bouche est cousue de cent façons,
que ses gestes éteints
pendent mes yeux à son corps
et mon corps pour ses yeux,
puisque ses branches se brisent,
tombent une à une comme le feraient les soldats;


Je veux l’Olivier en entier, de ses fruits du poison au bout des racines;

Parce qu’un regard de l’Olivier
Un regard
- ou les yeux qui tuent -
m’arrache quelque épine à chaque jour
m’en plante au cœur comme dans le creux de la paume,
puisqu’il me faut le dire,
puisqu’il me faut crier pour qu’on entende

Que je veux écrire ces pages
Qui défilent entre son iris
Plus que tous les textes du monde
En toutes les langues et polices
- Des mots par ses yeux -
Et les réciter à voix haute, les crier
Rien que pour nous,
Rien que pour lui;
Un jour j’irai

… je n’ai d’engrais que pour ses bourgeons…
Oserais-je imaginer que son nom fleurisse et renaisse en ma bouche;


Parce qu’il suffit de son prénom
- L’Olivier est la plus belle des chansons-
parce qu’il suffit d’un petit mot
pour que la terre déraille
et puisque ses branches se brisent,
tombent une à une comme le feraient les soldats,
alors j’irai crier son nom
j’irai chanter dans toutes les langues
à quel point l’Olivier est beau
À quel point ses gestes
Peuvent renaître
Encore
et
encore

L’Olivier n’est pas seulement beau. Sa pluie s’égrène en soleil et ses rayons s’abîment à la vitre un peu plus chaque jour, parce que rien n’est meilleur que l’Olivier à la saison des récoltes.


 
ABRACADABRA


la passion des poèmes vous accueille à bras ouverts, il ne sera procédé à aucun test ADN
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
751 commentaires
Membre depuis
28 mai 2007
Dernière connexion
27 juin 2019
  Publié: 30 sept 2007 à 16:43 Citer     Aller en bas de page

J'ai bien aimé....Peut-être un peu de chauvinisme puisque je suis du midi.....
J'aime bien aussi la branche d'olivier.....


bizoux
robert

  Le propre d'une main c'est d'être sale
Mademoiselle Phébus


Just let me fall out the window with confetti in my hair. (Tom Waits)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1548 commentaires
Membre depuis
9 mars 2005
Dernière connexion
7 mars 2020
  Publié: 1er oct 2007 à 10:45 Citer     Aller en bas de page

La Princesse Ballerine (Clara)
Avec son brin d'Olivier
Dans les cheveux.

19 septembre 2007


Parce que je l'aime à travers toi
Cet Olivier de tes rêves.
Si tu savais, Princesse...

La semaine prochaine, je suis en relâche t'sais
Et t'es prévu à mon horaire, bella,
Ça te dis?

J'aime. J'aime. J'aime.

  (Là-haut l'absence entière et le bleu charbonnant.) Par le jour se levaient des géants tristes, un violon en carton-pâte sous le rêve. (Fernand O. -Le Soleil sous la mort)
aeligwen


toujours avec le coeur ainsi est ma devise ainsi est mon chemin.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
159 poèmes Liste
316 commentaires
Membre depuis
16 mars 2006
Dernière connexion
31 mars 2019
  Publié: 1er oct 2007 à 13:54 Citer     Aller en bas de page

je reviens ce jour sur la toile
pour découvrir si belle étoile
que l'émotion me gagne encore
quand sonne ainsi ton chant du cor
je sais pourquoi j'aime tant écrire
a l'heure ou je viens de te lire.
parce que

tu m'as touché j'ai apprécié ton style

a très bientôt
amitié aeligwen

  je vous porte dans mon coeur
Nullepart (Ailleurs)


Tiens..une fleur...je vous l'offre! Tiens...un sourire...je vous l'offre aussi!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
2749 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2013
  Publié: 1er oct 2007 à 18:30 Citer     Aller en bas de page

Je suis soufflée...
Je suis essoufflée...
Laisse moi reprendre mon souffle...

(favoris favoris favoris)

  Faut brosser ses dents!
Lorna
Impossible d'afficher l'image
Le rêve est un monde.... la vie est notre réalité...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
1109 commentaires
Membre depuis
22 juin 2004
Dernière connexion
25 mars 2011
  Publié: 1er oct 2007 à 20:03 Citer     Aller en bas de page

Que peut-on dire du regard de ce beau olivier?... Une joie immense, qui nous réchauffe le corps,... que par ses deux prunelles ombragées de désir... l'amour !!

Bien écrit! Adorable comme poème!

Bien à toi
Lorna

  Nous sommes libre depuis notre premier soupir, mais dans la vie, il y a des exceptions. Alors je souhaite qu'un jour,ils connaitront la liberté à leur tour!!
Joey


Ce ne sont pas les choses qui nous troublent, mais nos opinions (Epictète)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
1438 commentaires
Membre depuis
19 février 2007
Dernière connexion
4 février
  Publié: 2 oct 2007 à 05:19 Citer     Aller en bas de page

De l'admiration pour cet Olivier, son mystère semble t'enchanter... vrai qu'on ressent bien là ta poésie
Amicalement
Jonathan

 
Tendresse54
Impossible d'afficher l'image
Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. Anaïs Nin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3229 commentaires
Membre depuis
9 mars 2006
Dernière connexion
28 novembre 2015
  Publié: 4 oct 2007 à 11:38 Citer     Aller en bas de page



"Parce qu’un sourire de l’Olivier vous prend aux tripes,
puisqu’il me faut l’écrire,
que ma bouche est cousue de cent façons,
que ses gestes éteints
pendent mes yeux à son corps
et mon corps pour ses yeux,
puisque ses branches se brisent,
tombent une à une comme le feraient les soldats;"


Oui, sans conteste, un olivier symbolique, mais un arbre au "sans nom " auquel tu en as donné beaucoup..




"Parce qu’il suffit de son prénom
- L’Olivier est la plus belle des chansons-
parce qu’il suffit d’un petit mot
pour que la terre déraille
et puisque ses branches se brisent,
tombent une à une comme le feraient les soldats,
alors j’irai crier son nom
j’irai chanter dans toutes les langues
à quel point l’Olivier est beau
À quel point ses gestes
Peuvent renaître
Encore
et
encore"

Un texte poignant et écrit avec élégance ! Bravo !

Chantal tendresse

  ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part...
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
721 poèmes Liste
3006 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
3 mars
  Publié: 4 oct 2007 à 12:45
Modifié:  4 oct 2007 à 12:46 par pluriels
Citer     Aller en bas de page

Cueillette égrenée d'un amour par l'Olivier et, par toutes les branches de son corps, tout un chant...

Mes Pluriels (enchantés).

 
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 26 oct 2007 à 20:16
Modifié:  26 oct 2007 à 20:19 par Rouge
Citer     Aller en bas de page

Manon:
Oui, enfin ! Je lui cherchais un titre... j'crois que c'est mon plus beau titre jusqu'à maintenant. Il englobe bien toute l'idée... enfin on s'en fout.

Merci d'être passée. Et merci d'avoir (re)commenté.
Je t'embrasse à distance...


Sanguine:
De cet "amour"... oui enfin... je ne sais même pas moi même, c'est confu dans ma tête. Ce que je sais par contre, c'est que cet Olivier fait sortir les mots, il les fait vomir même...
Merci.


edna:
J'essaie d'écrire avec mes tripes, le plus souvent possible, oui. Ou ça vient naturellement. Je ne sais plus.


Abracadabra:
N'est-ce pas la branche d'Olivier.
On peut s'y pendre, s'y accrocher. Merci.


Thib:
Merci à toi.
J'sais plus quoi dire. Ça me touche. Vraiment.


In Popo:
Symbolique, je ne sais pas.
Et je ne sais pas non plus pour ses olives, je ne les goûte pas souvent vois-tu.
Merci.


Jade:
Oui, ça me dit. Samedi même. Haha.
Merci pour ça, belle.
Et pour tout le reste.


aeligwen:
Quel commentaire, merci. C'est trop d'honneur.
Sincèrement.


Nullepart, Lorna, Joey:
Merci à vous 2


Chantal:
L'Olivier a beaucoup de noms, peut-être. Mais Olivier reste son prénom et celui que je préfère
Merci.


pluriels:
Merci... ta visite me touche.



Je vous embrasse tous...

 
Feu-follet


Je suis le funambule de mon désir...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
491 commentaires
Membre depuis
24 septembre 2006
Dernière connexion
15 janvier 2019
  Publié: 20 nov 2007 à 21:23 Citer     Aller en bas de page

Quelle intensité, C'était une merveille, rien de moins...

Je suis vraiment impressionnée par ta plume, par ces mots qui coulent et m'ont ensorcelée. C'était simplement merveilleux!

Les hommes, parfois, sont cet amour auquel on veut s'abreuver encore et encore... Leurs yeux hypnotiques, leurs belles paroles... leurs belles paroles...

Que de beaux mots pour l'amour...

Amitié, le myocarde éperdu

  À jamais, le feu-follet
Mademoiselle Phébus


Just let me fall out the window with confetti in my hair. (Tom Waits)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1548 commentaires
Membre depuis
9 mars 2005
Dernière connexion
7 mars 2020
  Publié: 26 nov 2007 à 14:28 Citer     Aller en bas de page

Encore plus magnifique à la relecture...

Sidérée.

Parce qu’un sourire de l’Olivier vous prend aux tripes,
puisqu’il me faut l’écrire,
que ma bouche est cousue de cent façons,
que ses gestes éteints
pendent mes yeux à son corps
et mon corps pour ses yeux,
puisque ses branches se brisent,
tombent une à une comme le feraient les soldats;

  (Là-haut l'absence entière et le bleu charbonnant.) Par le jour se levaient des géants tristes, un violon en carton-pâte sous le rêve. (Fernand O. -Le Soleil sous la mort)
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 28 déc 2007 à 16:43 Citer     Aller en bas de page

myocarde,
Que de beaux mots pour l'amour... Parfois il en inspire de moins beaux, il ne faut pas se le cacher. Mais tant mieux si ceux-ci ont su te plaire. Ton commentaire me va droit au coeur.

Jade,
Oui, j'crois que ce texte c'est un souffle que je n'ai toujours pas fini de souffler... j'ai peine à croire que je l'ai écrit moi-même tellement il amène partout et nulle part à la fois... c'est assez étrange comme texte... mais merci... infiniment...

 
(...) Cet utilisateur est un membre privilège

Impossible d'afficher l'image
De deux choses Lune.. l'autre c'est le soleil... (Prévert)
   
Statut: Hors ligne
Statistiques de l'utilisateur
253 poèmes Liste
12928 commentaires
Membre depuis
24 mai 2005
Dernière connexion
4 novembre 2009
  Publié: 27 févr 2008 à 10:51 Citer     Aller en bas de page

Tu sais, il est dans mes favoris depuis un bon bout de temps, et je m'aperçois que je l'avais même pas commenté...

Y'a pas à commenter en fait.. Je l'aime, je le prends, je le garde... parce que.. et c'est suffisant non ?


  Si l'amour s'écrivait avec des grains de sable, j'en écrirais des plages et des plages...
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 27 févr 2008 à 11:50 Citer     Aller en bas de page

J'crois que t'avais commenté par mp, titebulle ^^
Merci encore pour ça.

(oui oui, c'est suffisant ^^)

*touchée

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 12514
Réponses: 14
Réponses uniques: 11
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Je cueillerai tes sourires … (Amour)
Auteur : cartouche
Eclat d'étoile (Autres)
Auteur : Billie
Effluves du désert (Amour)
Auteur : Billie
petit Pierrot (Tristes)
Auteur : d'Eon
A ma ride qui se creuse… (Tristes)
Auteur : LE PASSANT
Papillonne-moi (Amour)
Auteur : THOMAS
Dans les yeux d'un enfant (Tristes)
Auteur : Claire de lune
L'autiste (Tristes)
Auteur : Symphonie
La maison-carton (Amour)
Auteur : Rouge
Juste un regard (Tristes)
Auteur : Epsilon Cygni
tes lèvres cassis (Tristes)
Auteur : xebeche
à tire d'aile (Amour)
Auteur : Rouge

 

 
Cette page a été générée en [0,0350] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.