Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 58
Invisible : 0
Total : 62
· Scelta · ***Cocci*** · Avraham
Équipe de gestion
· Catwoman
13339 membres inscrits

Montréal: 18 avr 07:12:27
Paris: 18 avr 13:12:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Rubrique exceptionnelle : "13 novembre" :: Lettre d'une Française musulmane. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Samira Poétesse Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
157 commentaires
Membre depuis
8 mai 2013
Dernière connexion
8 août 2019
  Publié: 15 nov 2015 à 20:38
Modifié:  16 nov 2015 à 06:48 par Samira Poétesse
Citer     Aller en bas de page

Salam aleikum wa rahmatullah,

En tant qu'artiste française et musulmane, engagée pour un message de Foi et de Paix, je me joins à toute "l'humanité" pour condamner la tuerie de Paris et pour exprimer mes sincères condoléances aux familles endeuillées.
Je suis profondément triste car la France qui a accueilli mes parents il y a 50 ans, aujourd'hui a été lâchement agressée et meurtrie. Quand j'entends que l'un de ces barbares crie "ALLAHU AKBAR", j'ai encore plus mal car ma religion est encore une fois souillée...

Restons solidaires, calmes, et non aux amalgames.

A/ A l'attention des crétins fanatiques de DAESH :

Vous n'êtes pas des guerriers !!!
Vous n'êtes pas des soldats !!!
Vous n'êtes même pas des hommes !!!
Vous êtes des lâches...
Vous êtes des faibles...
Vous n'avez RIEN en commun avec notre Bien-aimé Prophète صلى الله عليه و سلم (Paix et Salutations sur Lui)...
Vous êtes injustes...
Vous êtes minables...
Vous êtes manipulés...
Vous tuez et rêvez de tuer des innocents, à des moments où ils ne s'y attendent pas, alors qu'ils ne peuvent pas se protéger ou même se défendre !!
Mais vous êtes complètement fous !!
Réveillez-vous !!!!
Par ALLAH réveillez-vous !!!!
Non, ceci n'est pas l'islam et je continuerais à le dire haut et fort jusqu'à ce qu'ALLAH me reprenne la vie.

B/ Réponse à ceux qui demandent aux musulmans de faire le " ménage " chez eux.

Je réponds d’abord que la musulmane que je suis est une citoyenne comme vous, et comme vous, est accablée par les événements et impuissante face à cette sauvagerie qui vient de déferler sur notre pays.

Je réponds également qu’étant une citoyenne exactement comme vous l’êtes, je n'ai aucun pouvoir sur la haine qui déborde de certains mauvais cœurs en feu.

Je réponds également que le fait de me demander cela à moi, me désigne auprès de vous comme un citoyen différent, chose que je ne suis pas, et qui n’est juste pas concevable.

Mais je vous dirais aussi que condamner une religion qui compte un milliard et deux cents millions de paisibles fidèles à cause de quelques terroristes, reviendrait à condamner tout l’amour à cause de quelques crimes passionnels.

Mais ces tueurs aveugles qui crient « Allahu Akbar », avant d’assassiner au nom de ce même Coran qui proclame : « Celui qui tue une âme équivaut au meurtre de tous les hommes, et celui qui en sauve une, a sauvé l’humanité », se moquent d’abord de Celui qu’ils désignent comme leur Dieu avant de se moquer de leurs semblables dont la vie a été rendue sacrée par ce même Dieu. Nous les redoutons comme vous et nous les condamnons de toutes nos forces. Hier, aujourd’hui, demain.

Comprenez donc bien chers concitoyens que les musulmans de ce pays sont accablés, meurtris, et encore plus inquiets, car c’est l’avenir de leurs enfants qui est en jeu. Les musulmans de France et d’Occident sont aujourd’hui exposés aux pires amalgames et aux pires des soupçons, et sont déjà tenus par certains irresponsables comme responsables d’une situation qui leur est totalement étrangère et à laquelle ils ne peuvent rien du tout.

Mais ces mêmes musulmans sont également convaincus que l’avenir se construit ensemble, au-delà des appartenances, des couleurs et des origines.

Aujourd’hui, il n’y a plus de communauté musulmane, chrétienne, juive, agnostique ou athée, ou encore noire, blanche, ou jaune… il n’y a plus qu’une seule communauté et c’est la communauté humaine.


Avec toute la fraternité dont est capable mon cœur.

Samira, citoyenne du Monde.

#FrançaiseMusulmaneTriste
#FrançaiseMusulmaneSolidaire

  ]La Sanctuaire[
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ne m'approchez pas, je pique.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
454 poèmes Liste
14894 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
18 avril
  Publié: 16 nov 2015 à 01:35 Citer     Aller en bas de page

Ces mots nécessaires, je les comprends. Ton cri était nécessaire, est nécessaire. Dire "On n'est pas ça" est important même si c'est injuste.
Il y a eu hélas des précédents : Lors des attaques racistes dont avaient été victimes des immigrés maghrébins et d'Afrique noire en 1983-85. Le peuple français, qui n'avait rien à voir, dans son immense majorité avec les fanatiques, s'est insurgé et a clamé son refus d'une France raciste. Il a défilé et crié haut son refus, comme tu viens de le faire.
Hélas, lorsque le mal est incarné par certains membres d'une communauté, c'est la communauté entière qui est souvent montrée du doigt et qui est amenée à se justifier. Je me souviens de mon oncle qui baissait la tête lorsque des criminels tels que Guy Georges ou Thierry Paulin ont sévi dans les années 1987-90. Il n'avait rien à voir avec eux mis à part le fait d'être antillais lui-même.
Ton cri du cœur, ton cri de douleur est nécessaire autant qu'il est magnifique.
Merci.

Ishtar

  Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
812 poèmes Liste
22951 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
16 avril
  Publié: 16 nov 2015 à 04:52
Modifié:  16 nov 2015 à 04:53 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Merci pour ce texte puissant et sans équivoque Sanctuary.

Nous avons tous un terrible besoin d'être ensemble, de se consoler ensemble et de montrer fermement et ostensiblement que les Françaises et les Français ne font qu'un, par delà les convictions personnelles et religieuses.

Je t'approuve et je te remercie de parler non seulement en ton nom, mais au nom de ta religion qui, pour n'être pas la mienne, a comme point commun de l'amour du prochain.

Il me paraît indispensable, plutôt que de "lisser" les individus, de les reconnaître et de se faire reconnaître dans ses différences ET ses VALEURS communes.

Les victimes de vendredi et les cibles de ces "mutants" (admirable expression de Abid) sont des jeunes gens de tous horizons et de tous milieux, nous sommes frappés dans notre jeunesse et nous nous relèverons d'un seul corps.

Dès que nous pourrons le faire, nous serons tous réunis physiquement dans notre ville pour faire bloc contre la bêtise sanguinaire et Inch Allah se débarrasser de ces poux de terroristes.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Samira Poétesse Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
157 commentaires
Membre depuis
8 mai 2013
Dernière connexion
8 août 2019
  Publié: 16 nov 2015 à 06:46 Citer     Aller en bas de page

Merci pour votre présence sous mes mots chers amis !

Merci pour votre compréhension ! Oui nous devons rester unis, unis, unis !

Toutefois, j'aurais une petite question quant à cette question d'unité qu'on souhaite toutes et tous de tous nos coeurs. Oui nous avons condamné la barbarie et sommes toutes et tous d'accord pour vouloir éradiquer ce fléau, cette plaie intolérable que le terrorisme fanatique !

Toutefois, en France, depuis un trop long nombre de décennies, la souffrance des Français d'origine arabe et musulmane est ignorée. Être une femme voilée est toujours un symbole antinomique de la femme française, une arabe est toujours une voleuse d'emploi, d'allocations, de logement, une plaie pour ce pays qu'est la France. Des commentaires puants contre les migrants assimilés tous musulmans, alors qu'ils vivent depuis des années ce que nous avons vécu en une soirée, ne cessent de pleuvoir et ne sont pas punis.

Il y a un challenge, un défi que la France va devoir relever. On parle d'unité, d'avenir et la jeunesse en fait partie. Si la jeunesse française arabo-musulmane ne perçoit pas cette acceptation de sa spécificité de la part de la Nation, il y aura encore des drames. On nous demande toujours à nous les musulmans de faire toujours patte blanche, de toujours justifier notre patriotisme, mais lorsque des mamans voilées sont refusées pour accompagner lors de sorties scolaires, quel message croyez-vous que la France envoie à ces parents et à leurs enfants ? Lorsque dans les plus hautes sphères de l'Etat, on dit qu'on peut porter avec fierté sa kippa en France, mais que le voile est un combat de la République ?

Il y a liberté d'être homosexuel et d'embrasser en public, il y a liberté de modifier son corps et d'exhiber ses tatouages, des piercings, mais être musulman, et exprimer notre amour pour Dieu, là cela pose problème....

Une relation ne se fait pas de manière unilatérale. Dans tous les pays civilisés occidentaux, les musulmans sont libres d'être ce qu'ils veulent, Angela Merkel, par exemple, est sortie dans la rue pour manifester contre le mouvement Pegida qui souhaite effacer l'image de l'islam en Allemagne, mais en France, rien n'est fait en ce sens.

Les musulmans sont les premières victimes du terrorisme, or qui donc a la moindre petite once de compassion pour eux ? On ne veut pas reconnaître cette vérité... Il y a les Rohynghas musulmans en Birmanie qui subissent un génocide de la part de Bouddhistes, qui se lève pour arrêter cette barbarie équivalente à Daesh ?

Et je sais bien que je vais recevoir plein de commentaires agressifs à la suite de ce commentaire. Parce que je vais être considérée comme radicalisée, extrémiste, etc, etc... Mais je pense qu'il va falloir que tous fassent des efforts pour que le vaisseau France, non pas seulement les musulmans de France...

  ]La Sanctuaire[
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
812 poèmes Liste
22951 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
16 avril
  Publié: 16 nov 2015 à 07:39 Citer     Aller en bas de page

Je comprends ce que tu exprimes, ce ras-le-bol d'être stigmatisée. La France a une fâcheuse tendance au jacobinisme, c'est à dire qu'on ne voudrait ne voir qu'une seule tête : l'assimilation et l'intégration à la française a abouti à l’acculturation d'une partie de la jeunesse et à sa perte de repères. On sait que les fanatiques terroristes sont souvent des jeunes dénués de toute éducation qui ne se reconnaissent pas comme français, souvent petits délinquants multirécidivistes qui se cherchent une cause et sont manipulés par de faux théologiens.

Oui la France a longtemps mis cette poussière sous le tapis des ghettos. Oui, en cela elle a fait le lit de la haine et de la frustration qui ont permis la montée de la radicalisation d'une part et du FN d'autre part. On assiste aussi depuis des années aussi au jeu ambivalent des financiers de réseaux terroristes étrangers qui tirent les ficelles tout en faisant du business. Ne soyons plus dupes.

Il est indispensable de ne pas faire d'amalgames et de reconnaître à tous, et pas seulement aux lobbies bien placés, le droit d'être différent. Il est nécessaire également de s’intéresser à l'Autre et cette saine curiosité ne peut qu'enrichir notre peuple. J'espère sincèrement que cet effort sera fait sans lequel nous retomberions dans l'obscurité.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
671 poèmes Liste
18645 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 16 nov 2015 à 16:54
Modifié:  16 nov 2015 à 17:27 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Sanctuary,

La question que tu poses est intéressante à plusieurs points de vue car elle permet d'entrevoir les points de friction potentiels et de remettre en lumière, le fait qu'une société multiculturelle ne se bâtit pas sur de la juxtaposition des populations mais bien sur leurs interpénétrations.

Je vais essayer d'expliciter ce que je veux dire par là.

En premier lieu, la caricature (l'arabe qui vole l'emploi)... Cette image est bien entendu à bannir, c'est évident. Cela dit, cela se fera avec l'implication de tous... Car il faut arriver à débusquer les raisons qui sont à la source de cette image. Cela passe très sûrement par la lutte contre la xénophobie mais cela passe aussi par une analyse aussi des comportements qui sont à l'origine de cette xénophobie. Je ne fais pas faire une liste à la Prévert de ces comportements, ici : ce que je sais et ce que j'observe, c'est, par exemple, que la manière de percevoir par exemple, l'aide sociale est très souvent pointée du doigt. Par contre quand on analyse un peu la chose, on se rend compte que cette "attitude" n'est pas l'apanage de "l'arabe" mais bien un "sport" généralisé. Seulement ce qui va faire ressortir le cliché, c'est qu'on va nécessairement "faire le portrait-robot" de la population pointée du doigt à partir de celle qui est majoritaire... et manque de chance, on va nécessairement tomber sur certains quartiers certaines villes... Mais pourquoi ? Parce que les gens ont toujours eu tendance à se rassembler en mode communauté plutôt qu'en mode mixité... Donc nous avons un défi à relever sur le sujet pour tout le monde à réintroduire cette mixité pour éviter qu'une réalité économique se transforme en chaudron à caricature... Je conçois qu’il est naturel de vivre se rapprocher de ses pairs, c’est humain et c’est la première réaction qu’on va avoir mais je pense qu’il est du devoir de chacun de voir le danger de cloisonnement que ce réflexe naturel entraîne.
De même l'on a à réapprendre aux gens (là je vais largement dériver du sujet principal mais il est connexe) dans leur ensemble que les allocations, les aides au logement ne sont pas un du mais bien des dispositifs de solidarité et de redistribution… C'est à dire que si l'on n'a pas le besoin essentiel, on n'a pas à le réclamer… Les réalités sociales sont suffisamment dures et le besoin de solidarité suffisamment criant pour éviter d'y greffer par-dessus, la nature "ben je suis dans les cases pour demander, donc on me le doit"… C'est un des plus grands défis de société toutes composantes inclus : retrouver le sens de la solidarité et cette solidarité ne s'arrête pas mon cercle familial et d'amis. Dans le discours, beaucoup de personnes sont d'accord avec cette conception de la solidarité, puis en off, c'est la chasse aux aides… Mais bref, là, je me suis éloigné du sujet donc je vais revenir aux différents points que tu soulignes.

En second, le port du voile mais, ce point n'est un chiffon qu'on agite et qui cache l'incapacité des gens qui composent notre société actuelle à trouver la bonne recette pour faire vivre le multiculturalisme et surtout l'enseigner. Personnellement, pour avoir été plongé dans le sujet de très dans les premières "affaires de voile" que les médias ont relayées, j'ai vu se transformer un truc qui ne faisait pas de vagues au départ et faisait l'objet d'un consensus en un mur de Berlin dont l'absurdité a relevé des positions de principe et de la radicalisation des points de vue. Que ce soit d'un côte ou d'un autre, alors que la situation était parfaitement gérée dans tous les domaines (les moments où on met le voile, où les circonstances exigent de le retirer, les repas à la cantine -adaptation au mieux des repas avec parfois des loupés mais c'est pas grave parce que bah, y a rien de dramatique à faire des entorses de temps à autres au menu -c'est le principe même de la vie en collectivité avec des gens qui viennent de culture différente et des habitudes différentes, à un moment donné, on doit pouvoir entendre qu'on fait au mieux : j'entends que ça va pas boucher le tr** du c** de personne de manger une fois de temps en temps soit du casher soit du halal, ou de la côte de porc : c’est pas comme si on nous filait à manger de la mort-aux-rats… Après tout, on est dans l'échange culturel et si on met dès le départ, dans les établissements ou l'on est sensé apprendre à vivre ensemble, des frontières et surtout pas de l'interpénétration culturelle, l'on n'est mal barré pour que demain, nos gosses soient capables d'être à la fois fiers de leur identité -parce que la faire découvrir aux copains et découvrir celles des copains, c'est bien et parfois même amusant- mais aussi capables de compromis pour vivre en société). De la même manière, toujours sur le sujet du voile (ou de toute autre signe ou habit), il faut être aussi capable de reconnaitre de ce qui tient du choix et ce qui tient de la coercition et cela, sans tabou, ni position idéologique : j’entends que poser la question du choix n’est pas un tabou. Comme il ne doit pas être un tabou de lutter contre le racket, contre les maltraitances (entre élèves ou bien parentales), contre les ségrégations de toute sortes. La société s’est construite sur l’idée de liberté et cette idée doit être respectée. Personnellement, j’aurais toujours le poil qui s’hérisse si j’entends un parent qui me dit « mon fils passera son bac scientifique parce que son frère l’a fait », que le gamin le veuille ou non, autant que d’un parent qui me dit « ma fille portera le voile parce que c’est sa religion » que la fille le veuille ou non. Je continuerai de taper du poing sur la table, en disant : « Non. Ce n’est pas comme ça qu’une société de liberté se construit et on ne doit en aucun cas piétiner de plein pieds ce fondement. Après, j’entends qu’on veuille en tant que parents que son enfant soit imprégné de la culture dont on est issu mais on doit entendre aussi que l’enjeu est aussi que notre enfant soit prêt et puisse s’intégrer en société. Il ne pourra pas le faire sous la contrainte ou s’il ne défend de par ses « tripes » son choix.
Enfin : "Lorsque dans les plus hautes sphères de l'Etat, on dit qu'on peut porter avec fierté sa kippa en France, mais que le voile est un combat de la République ?"
Je pense qu'il serait bien de sortir le politique du débat et de remettre cela dans les mains de la société civile, car elle, a les pieds sur terre et trouvera bien plus rapidement la solution au problème et avec la qualité du pragmatisme... Mais c'est conditionné a une chose : que cette société civile ne soit pas déjà contaminée par le réglementarisme... C'est à dire cette propension a vouloir graver dans le marbre des décisions qui doivent en permanence évoluer pour s'adapter a des réalités changeantes et des compromis temporaires... et qui conduit à des situations absurdes alors qu'avec quelques graines de bon sens et de dialogues, ben c'est pas compliqué de trouver la moins mauvaise des solutions...

Pour le reste, je ne suis pas loin de partager ton point de vue dont la manière dont tu l’exposes. Je dis cela car je pense, et je crois que tu en conviendras, on ne peut sur des sujets complexes comme cela jamais être en accord total. Ce serait d’un, totalement naïf et de deux, assez suspect, tellement la manière de percevoir une même réalité peut prendre des interprétations différentes.

Sur les Rohingyas, j’avoue que j’en sais assez peu sauf qu’il y a réellement un souci et un nettoyage ethnique. Après comprendre à la faveur de quelle situation géopolitique, le problème n’est pas pris en compte au niveau des autorités internationales, j’avoue que je l’ignore… Sûrement un enjeu ou un non-enjeu économique ? En général, on relèvera facilement que dans l’histoire, les seuls moments ou la communauté internationale est intervenue, c’est à la faveur un contexte géopolitique qui l’y contraint. Et est-ce bien étonnant ? La communauté internationale n’est pas un état fédéral donc par nature, elle est tiraillée par les intérêts particuliers de ses membres et très rarement par l’intérêt commun. Même le climat fait l’objet d’un marchandage alors, les populations… Mais bon, il faut rester optimiste sur le sujet car cette communauté internationale est sûrement la première étape d’un long processus qui nous emmènera peut-être à cette gestion d’intérêts communs dans la pluralité des situations et non un marchandage basée sur un échange d’intérêts particuliers… En revanche, une petite remarque, je sais bien qu’il est parfois difficile de choisir les bons mots : mais j’ai toujours du mal avec la « simplification ». Lorsque tu dis « Bouddhistes », je pense que tu fais référence au gouvernement Birman « bouddhiste intégriste » et non aux bouddhistes en général… Le distinguo est bien à faire surtout si l’on fait l’analogie avec le sujet des amalgames qui nous préoccupe ici.

Cela dit, merci de t’être posée ici pour publier ce texte avec cette clarté de mots, de sentiments.
Ça fait du bien à lire.

Merci
Amicalement
Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Samira Poétesse Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
157 commentaires
Membre depuis
8 mai 2013
Dernière connexion
8 août 2019
  Publié: 18 nov 2015 à 09:49
Modifié:  18 nov 2015 à 10:52 par Samira Poétesse
Citer     Aller en bas de page

Pour tous mes amis non musulmans,

Merci infiniment pour vos mots ! Ils me touchent beaucoup !

Toutefois, je vous ferai remarquer qu'on ne veut pas de l'Islam en France. La droite ainsi que l'extrême droite, la gauche via le premier ministre, ne cessent de vouloir combattre le voile de la femme musulmane. En France on peut être fier de porter sa kippa, sa croix mais le voile est un combat de la République. Les Arabes, tout comme les Noirs d'ailleurs, depuis bientôt 40 ans que je vis dans ce pays qui m'a vue naître, sont des voleurs d'emploi, d'allocations etc, et donc leur présence n'est pas vraiment souhaitée sur le territoire... Et ce ne sont pas que des Français lambda qui disent ces mots là mais également des politiques, des journalistes, des intellectuels, ce qui fait beaucoup trop de monde qui nous voue une haine implacable...

Il y a une question dont je sais très bien la réponse. Est-ce que la France va cesser pour de bon cette exception vis à vis d'une partie de sa population ? Va-t-elle enfin accepter que nous sommes Français à part entière dans tout ce qui fait notre composante ? Il y a un langage franchement décomplexé dans ce pays ! On n'a plus honte de voter FHaine, on n'a plus honte de détester les arabes et les noirs, de cracher sur la misère des réfugiés parce qu'on les assimile musulmans et donc leur détresse face au même terrorisme qui nous a frappés vendredi soir n'émeut personne, même les Français musulmans morts ce terrible soir de vendredi sont moindres ! On me parle de radicalisation, mais franchement, un gamin de 8 ans dont on refoule sa maman de l'école parce qu'elle est voilée, croyez-vous sincèrement qu'il va aimer son pays et être patriote alors que l'institution rejette sa maman ?

Notre pratique ne dérive en rien des valeurs de la République ! Le vrai Français n'est pas uniquement celui qui prénomme ses enfants des noms de saints chrétiens, qui boit du vin, mange du porc, etc, etc... Parce que cette image est vraiment dangereuse ! C'est vouloir créer un moule unique d'une vision du Français et donc revenir à des idées pas si lointaines que cela où seule une race était valable et l'autre l'ennemie de la Nation... Et oui, un crime commis par un Français arabe ou noir n'est pas pire que celui d'un autre ! Aussi, arrêtez de créer cette échelle des vilains en mettant toujours les arabes et les noirs parmi les pires ! Dernièrement il y a eu un énorme scandale de pédophilie parmi le corps enseignant, est-ce qu'on a été dire nous les arabes et musulmans que tous les Français enseignants et directeurs d'école sont à bannir de la société, qu'ils sont des parias ?

Autant je suis révoltée, furieuse, malade de ce qui s'est passé vendredi soir dans mon pays, toutefois, nous avons besoin que notre pays se solidarise avec nous, car les efforts pour relever le challenge d'unité nationale ne doivent pas encore et toujours venir uniquement des arabes, noirs et musulmans de ce pays mais également de tout le reste de la population et de la classe politique française ! Beaucoup de mosquées font des portes ouvertes pour expliquer l'islam, beaucoup de musulmans sont sur le terrain associatif, beaucoup de musulmans créent des sociétés et contribuent à l'économie de ce pays, aussi arrêtez de les rejeter !

Parce que si on continue sur ce traitement à deux vitesses, punir la haine djihadiste d'un côté et autoriser l'autre sans la punir finira par mener une guerre civile qui va nous frapper et là on n'aura plus que nos yeux pour pleurer...

  ]La Sanctuaire[
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
671 poèmes Liste
18645 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 18 nov 2015 à 16:08
Modifié:  18 nov 2015 à 16:20 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Sanctuary,

Je me permets un commentaire.

Attention de ne pas tomber dans le piège des symboles... On n'est pas en train de faire une course à l'échalote. Parce qu'à focaliser sur ces symboles, c'est justement la technique pour cristalliser un débat et faire en sorte que les parties se radicalisent. Pendant qu'on reste sur les symboles, les vrais problèmes, on ne les règle pas.

Je relève une petite phrase : "On me parle de radicalisation, mais franchement, un gamin de 8 ans dont on refoule sa maman de l'école parce qu'elle est voilée, croyez-vous sincèrement qu'il va aimer son pays et être patriote alors que l'institution rejette sa maman ?"
Où est la personne qui doit lui expliquer le contexte ? Qui doit lui expliquer pourquoi c'est un fait, aujourd'hui, pourquoi ce n'est pas normal et pourquoi, il est important de prendre cela en compte pour demain faire avancer les esprits, débattre et obtenir des changements aussi minimes soient-ils du moment qu'on avance... On sait qu'une société, ça n’évolue pas comme ça, d'un coup de baguette magique (contrairement à ce que vendent ces fameux politiques, journalistes, intellectuels de pacotille).

Je sais bien qu'on est dans une société où l'on se déresponsabilise de tout, « on comprend pas » parce que "y a des gens" qui devraient s'en occuper, qui devraient prendre les bonnes décisions, qui devraient.... Mince ! On confie les choses à d'autres personnes et on attend ?

A-t-on oublie que les avancées sociétales de l'abolition de l'esclavage, aux congés payés en passent par le droit des femmes et même, dans un tout autre domaine comme la recherche contre les maladies orphelines... Toutes ces choses ne sont pas arrivées toutes crues dans la bouche un beau matin... Y a eu des années et des années pour faire changer les mentalités argumentées, démonter les fausses justifications, mettre à bas les intérêts particuliers pour enfin arriver à pondre ça dans la loi, la constitution et surtout, dans les esprits et les mentalités... Qui va expliquer cette réalité à cet enfant pour qu'il comprenne que les choses ne s'obtiennent pas comme des cadeaux à Noël et surtout que, même si certaines luttes ne se sont pas déroulées sans heurts, elles ont toujours finies par aboutir et non, en mode "un camp qui a éliminé l'autre" mais un "camp qui a accepté l'autre". Qui est là pour expliquer cela ?

Une société, ça se construit... Il y a des intérêts particuliers mais ce n'est pas eux qui doivent prévaloir... C'est pour ça, que le voile ne doit pas être le centre d'un débat. On sait si on a la tête bien faite que le problème n'est pas là et on sait que le jour où l'on aura réglé le problème là où il se trouve réellement, l’évidence tombera d'elle-même qu'en dehors des cas que j'ai cités dans ma réponse précédente : on s'en fiche... Qu'est-ce qu'on a besoin de légiférer sur un truc aussi débile... C'est comme si je légiférai pour interdire le port du caleçon...

Tout ça à cause de quoi, la perception des uns et des autres :
* on n'a d'un cote un "camp" qui perçoit cette interdiction de port du voile comme un rejet
* de l'autre, on a un "camp" qui perçoit ce port comme une manifestation d'une non-intégration, ou pire comme un refus de s’intégrer...

Donc plutôt que s'écharper avec des arguments à deux francs six-sous, des gens "socialisées et raisonnables" devraient se poser la question de comment je fais pour faire tomber ces perceptions, quel chemin dois-je faire vers l'autre pour lui enlever ce truc qui lui fait croire a des choses qui n'existent pas (ou qui ne sont pas une généralité)... Une fois ce chemin fait... Je suis prêt à le parier, le symbole tombera tout seul... Si on prend le truc à l'envers, je pense sérieusement que j'aurais les dents sèches depuis des décennies voire des siècles avant qu'on réalise la débilité de la chose...


Enfin... Pour ce qui est du décomplexage... C'est un sujet qui devrait nous préoccuper au plus haut point même si pour ma part, je pense que cette tendance trouve son origine dans la même déresponsabilisation dont je parlais tout à l'heure. Tant qu'on ne redressera pas la barre du "citoyen consommateur" par un "citoyen qui prend son destin en main", on fera les choux gras des politiques, des médias et autres intellectuels pour nous vendre leurs livres au rabais... Et là, on n'a pas cinquante solutions... C'est nous, les gens qui vivons ensemble qui avons la solution, en se raisonnant les uns et les autres, en transmettant les valeurs de la société telle qu'elle est et telle qu'elle devrait être avec des pistes pour "comment on y arrive"...

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Samira Poétesse Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
157 commentaires
Membre depuis
8 mai 2013
Dernière connexion
8 août 2019
  Publié: 21 nov 2015 à 22:20
Modifié:  21 nov 2015 à 22:30 par Samira Poétesse
Citer     Aller en bas de page

J'apprécie la toute fin de ton commentaire. Le "décomplexage" se devrait d'être une priorité absolue pour que ne demeurent plus aucune blessure ni rancoeur dans les coeurs de tous !

Pour cela, au lieu de persister dans un attentisme et un immobilisme dangereux, il faut que chacun aille à la rencontre de l'autre et apprenne à faire un travail sur soi pour laisser tomber ses à-priori et faire ce chemin pour construire une base solide de reconnaissance de l'autre sans croire qu'on va laisser tomber pour autant une partie de son identité...

Il faudra veiller également à considérer l'autre comme son égal et ne pas l'ostraciser parce que certains aspects de ses pensées ne coïncident pas avec les miennes. La société occidentale, en effet, a fait des "progrès" toutefois sa société n'est pas tout aussi parfaite que cela. Il y a une crise d'identité majeure dans ce pays.

On me dit que toutes les vagues d'immigration en France se sont toutes bien passées sauf pour les arabes et les noirs. Les immigrations européennes se sont bien passées, enfin plus ou moins, parce que le socle chrétien et le mode de vie était plutôt semblable à celui de la France.

Tu me parles de liberté de la femme. Nous sommes d'accord à 100 % : le corps de la femme est libre d'être ce qu'il veut ! Elle est libre de penser ce qu'elle veut, de croire ou non, d'être sexy ou non, d'être couvert de tatouages. Je me rappelle que la femme vers la toute fin des années 70 début 80, elle avait une classe folle ! Elle me manque d'ailleurs ! Mais elle avait sa culture française, son identité française et non ce pastiche ridicule que nous avons à l'heure actuelle de la culture américaine où le trash est une norme ! Maintenant, est-ce que tu peux m'expliquer pourquoi tant de femmes occidentales se convertissent à l'islam si il y a à ce point une entrave et une diminution de l'identité de la femme ? Toutes ne finissent pas kamikazes ou terroristes et sont heureuses de leur identité française et musulmane. Chez nous les arabes, l'islam est plus une culture de famille, mes parents étaient musulmans, donc plus ou moins je le serai en grandissant...

Deuxième point, je me rappelle de nos programmes télévisés qui, autrefois, cherchaient à éduquer un peuple, de ces vrais débats politiques, de ces Balavoine, Coluche qui posaient des questions tellement vraies mais qui n'ont pas eu la réponse escomptée ! Maintenant, on gargarise l'égo de l'homme pour qu'il brille d'une lumière artificielle...

La mondialisation a effacé l'humanité. On ne jure que par un morceau de papier de valeur incertaine.

Tout cela pour revenir à ce cheminement et la société qu'on voudra créer. Est-ce que ce bout de chiffon est autant rédhibitoire pour apprécier la femme qui est en dessous de lui, ou peut-on gratter et voir que nous avons tellement de choses en commun. Nous aimons nos enfants, nous voulons voir un monde meilleur pour eux, nous aimons la bonne chair, les bons petits plats qu'on partage autour d'une table, les sorties entre amis, les séries, les livres, etc, etc...

Si j'ai cette facilité de réflexion, de débat et de critique, c'est parce que la France m'a permise en étant jeune de pouvoir avoir accès à notre culture, à avoir des professeurs qui savaient également nous pousser dans nos retranchements pour nous aider à avoir cette capacité d'analyse, etc, etc... Maintenant, les écoles publiques ne sont composées que presque de maghrébins et de noirs, quelques asiatiques se battent et très peu de français de souche. Parce que l'éducation nationale ne donnant plus de moyens à l'école d'être ce qu'elle doit être. Aussi, les écoles privées ont pris ce relais et fournissent cet accès à une éducation de meilleure qualité, car l'exigence est plus élevée...

Je le constate parce que j'ai une fille en 3è et leurs programmes en sciences humaines et culturelles sont loin de ce que j'avais comme richesse de contenu ! Aussi, si on apporte pas la culture à cette population jeune, il est certain que cela aura un impact fort sur leurs esprits !

Autre chose à propos de la mixité et du vivre ensemble. J'ai lu un article très intéressant de Sarah Roubato.

"On nous raconte qu’on a été attaqués parce qu’on est le grand modèle de la liberté et de la tolérance. De quoi se gargariser et mettre un pansement avec des coeurs sur la blessure de notre crise identitaire. Sauf qu'il existe beaucoup d’autres pays et de villes où la jeunesse est mixte, libre et festive. Vas donc voir les terrasses des cafés de Berlin, d’Amsterdam, de Barcelone, de Toronto, de Shanghai, d’Istanbul, de New York !

On a été attaqués parce que la France est une ancienne puissance coloniale du Moyen-Orient, parce que la France a bombardé certains pays en plongeant une main généreuse dans leurs ressources, parce que la France est accessible géographiquement, parce que la France est proche de la Belgique et qu’il est facile aux djihadistes belges et français de communiquer grâce à la langue, parce que la France est un terreau fertile pour recruter des djihadistes.

Oui je sais, la réalité est moins sexy que notre fantasme. Mais quand on y pense, c’est tant mieux, car si on a été attaqué pour ce qu’on est, alors on ne peut pas changer grand chose. Mais si on a été attaqué pour ce qu'on fait, alors on a des leviers d’action :

- S'engager dans la recherche pour trouver des énergies renouvelables, car quand le pétrole ne sera plus le baromètre de toute la géopolitique, le Moyen-Orient ne sera plus au centre de nos attentions. Et d'un coup le sort des Tibétains et des Congolais nous importera autant que celui des Palestiniens et des Syriens.

- S'engager pour trouver de nouveaux modèles politiques afin de ne plus déléguer les actions de nos pays à des hommes et des femmes formés en école d'administration qui décident que larguer des bombes, parfois c'est bien, ou qu'on peut commercer avec un pays qui n'est finalement qu'un Daesh qui a réussi.

- Les journalistes ont montré que les attentats ont éveillé des vocations de policiers chez beaucoup de jeunes. Tant mieux. Mais où sont les vocations d’éducateurs, d’enseignants, d’intervenants sociaux, de ceux qui empêchent de planter la graine djihadiste dans le terreau fertile qu’est la France ?"

"Ma mixité, ce sera d’aller à la rencontre de gens vraiment différents de moi. Des gens qui vivent à huit dans un deux pièces, peu importe leur origine et leur religion. Des enfants dans les hôpitaux, des détenus dans les prisons. Des vieilles femmes qui vivent seules. De ce gamin de douze ans à l'écart d'un groupe d'amis, toujours rejeté parce qu'il joue mal au foot, qui se renferme déjà sur lui-même. Des ados dans les banlieues qui ne sont jamais allés voir une pièce de théâtre. Ceux qui vivent dans des petits villages reculés où il n'y a plus aucun travail. Les petits caïds de carton qui s'insultent et en viennent aux mains parce que l'un n'a pas payé son cornet de frites au McDo. D'habitude quand ça arrive, qu'est-ce que tu fais ? Tu tournes la tête, tu ris, tu te rassures avec un petit "Et ben ça chauffe !" et tu retournes à ta conversation. Si tous ceux qui ont répondu à l'appel Tous en terrasse ! décidaient de consacrer quelques heures par semaine à ce type d'échange... il me semble que ça irait déjà mieux. Ça apportera à l'humanité sans doute un peu plus que la bière que tu bois en terrasse."

Latifa ibn Ziaten, maman d'un des soldats tué par Mérah a dit cette chose frappante d'ailleurs :

"Sans note, en larmes et portant son voile noir et blanc, elle s’est élevée contre ces classes composées à «95% d’enfants d’origine maghrébine» dans les banlieues. «Ils ne peuvent pas avancer, s’intégrer, aimer la France. Pour aimer la France, il faut leur tendre la main, il faut la diversité, il faut la mixité», insiste celle qui milite depuis trois ans pour le dialogue culturel et interconfessionnel. «Mon fils est mort debout et je reste debout à chaque fois que je témoigne.»"

Et des initiatives comme celles de cette maman courage, il y en a partout dans la France mais elles sont seules, sans que l'Etat ne les accompagne et ne les aide ! Pourtant, du courage cette mère de famille n'en manque pas. «Il faut aider les jeunes à sortir de leur vie sans avenir. Dans leur quartier, rien ne s'offre à eux hormis le football et le kebab» déplore la militante. Elle plaide pour aider ces cohortes de jeunes à reprendre le chemin d'une formation, d'une remise à niveau pour au final trouver un emploi et sortir du ghetto.Avec ses mots simples et touchants, elle a demandé «aide» et «soutien» au président François Hollande pour «continuer son combat» et rester «debout». Car aujourd'hui, son association manque de moyens. Son bureau n'a pas de toilettes et malgré des demandes répétées aux autorités politiques et administratives «rien n'avance». «Pour aller aux toilettes nous allons au café en face. C'est comme si l'état ne s'intéressait pas à notre combat» a expliqué Latifa Ibn Ziaten à La Dépêche.

Et puis, il y a une chose assez dérangeante pour moi lorsqu'un étranger devient Français à la mairie. Pourquoi nous propose-t-on si on veut changer de nom si on le souhaite ? Est-ce que Mohamed ne peut pas être aussi beau que Jean ou Philippe pour être un prénom qui résonne Français ?
Autre chose, pourquoi la barbe d'un Mohamed est un symbole d'exclusion, alors que chez les hipsters, c'est une mode élégante et super masculine ?

Tout cela pour te dire que ce n'est plus uniquement que dans les mains des Français d'origine maghrébine que la solution se fera, mais par un travail qui soit réellement commun !

Il va falloir que nous fassions toutes et tous ce chemin vers l'autre, et aussi abolir le système de finance qui fagocite l'humain à un être consommateur, pour qu'on soit acteurs de la vie en commun ! Une relation est faite de compromis et non de rapports de force !

  ]La Sanctuaire[
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1287
Réponses: 8
Réponses uniques: 4
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0372] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.