Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 101
Invisible : 0
Total : 106
· Erédys · Xuyozi · ode3117 · AllantVers
Équipe de gestion
· Ashimati
13565 membres inscrits

Montréal: 16 sept 12:31:59
Paris: 16 sept 18:31:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Contes fantastiques :: Les faces cachées des vampires angéliques, fin Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aakhasha


"J'étais un vampire qui venait de naître, pleurant sur la beauté de la nuit"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
91 commentaires
Membre depuis
19 mai 2005
Dernière connexion
16 octobre 2006
  Publié: 25 mars 2006 à 06:07
Modifié:  13 juil 2010 à 06:53 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

XIX – De découvertes en fuite.


Je suis restée immobile pendant un temps qui m’a semblé interminable. C’est Rosée qui m’a sortie de ma catatonie :
« Nabila, s’il te plaît, si c’est fini, on s’en va. J’ai peur, moi.
-Elle a raison, a renchéri Seven en posant sa main sur mon épaule.
-D’accord. Mais il faut absolument faire disparaître tout ça. Personne ne doit savoir ce qui s’est passé ici, ai-je répondu en me tournant vers lui, vous avez bien une réserve avec des armes et des explosifs ou quelque chose comme ça ?
-Ben, on a essentiellement de la nitro, alors…
-C’est très bien, la nitro.
-Mais Nabila, on n’a rien pour l’exploser à distance !
-T’as pas vu « Vertical Limit » ? Visiblement non. La nitro réagit au soleil. Juste une chose, cette planque n’est pas près d’habitations, j’espère ?
-Non, nous sommes très isolés. Mais Nabila, « Vertical Limit » n’est qu’un film !
-Eh bien on tirera dedans ! Tu devrais savoir qu’il n’en faut pas beaucoup pour que ça explose. Allez, on se dépêche.
-Attends. Primo, je n’ai plus de balle, secundo, t’es au courant de la portée d’une explosion ? On sera beaucoup trop près en tirant un coup de feu !
-Des armes, on en trouvera avec les explosifs. Et puis je tirerai : je ne crains presque rien.
-Bon, si tu y tiens. Allons-y. »
Nous avons suivi Seven à travers le labyrinthe. Comment faisait-il pour s’y retrouver dans tous ces couloirs ? Je l’ignorais. Peut-être avait-il un flair à la Wolverine ? Toujours est-il que nous sommes arrivés devant la porte intitulée « Réserves » en très peu de temps. Cependant, je m’en suis vite désintéressée.
« Seven, vas-y avec Rosée et vois la quantité de nitro nécessaire. Moi, ai-je dit en essayant d’ouvrir une porte nommée « Documentation », zut, fermée. On va donc employer les grands moyens.
Et je l’ai enfoncée. Je me suis retournée vers Seven :
-Il y a peut-être des choses intéressantes là-dedans. Je vais y jeter un coup d’œil. Va avec Rosée. »
La plupart des documents étaient des plans pour des missions, des notes, des factures, … de l’administratif, quoi. Il y avait également quelques bouquins répertoriant la plupart des créatures, saintes ou diaboliques. Je m’en suis emparée. Cela pouvait toujours servir. Puis un gros livre a attiré mon attention. Il faisait très bouquin de « L’Histoire Sans Fin ». Je l’ai ouvert mais impossible de savoir ce qu’il racontait : il était couvert de signes pour le moins étranges.
« Personne n’a jamais su déchiffrer ce qu’il y avait d’écrit.
-Merci, je m’en serais doutée. Je vais le prendre quand même : il m’intrigue. Il a été écrit avec du sang. Du sang de femme.
-Comment peux-tu affirmer ça ?
-Flair de vampire. Bon, on se casse.
Mais Seven m’a prise par le bras et m’a forcée à me retourner :
-En parlant de sang, tu n’as pas eu de sérum depuis bien longtemps. Tu n’es pas en manque ?
J’ai eu un sourire bestial :
-Ne t’en fais pas, j’ai pu me rassasier. »
Nous sommes sortis et avons disposé de la nitro tout autour et dans le bâtiment.
« Bon, ai-je dit à Seven et Rosée, je vais compter jusqu’à cent une fois que vous aurez démarré la voiture. Roulez le plus vite possible et venez me chercher après l’explosion. »
Ils ont donc fait ce que je leur ai dit. Une fois partis, je me suis planquée et ai compté jusqu’à cent. Puis j’ai tiré dans le bloc de nitro.


XX – Essaie de rédemption.


Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis ressortie carbonisée de l’explosion, mais presque. Je suis restée dans le coma près d’un mois et sans Rosée, je le serais sans doute restée beaucoup plus. Ma sœur s’était découverte, avec l’aide de Damien, un pouvoir guérisseur qui a considérablement renforcé le mien.
Après la disparition de mes sœurs, ma tante, qui avait leur garde a malheureusement été déclarée inapte à élever Rosée. Cette dernière a séjournée quelques temps chez moi, avec Seven, puis a été confiée à la famille de mon regretté Julien, profondément affectée par la disparition de celui-ci. Je suppose qu’avoir Rosée à leurs côtés était un moyen de masquer son absence, sans pour autant le remplacer. De mon côté, j’étais rassurée que Damien soit près d’elle. Là-bas, elle serait en sécurité et entourée d’une attention que je n’aurais certainement jamais su lui offrir.
J’ai également découvert, en vivant avec Seven, qu’il existait un autre mode de vie que celui que j’avais eu avec Christophe, fait de violence. Seven ne partageait pas le même désir morbide de vengeance et il m’a interdit de continuer de m’occuper de la distribution du sérum, et, surtout, de poursuivre mon extermination de tueurs de vampires. Je me suis donc remise en question et ai abandonné mon ancienne existence, délégant mes « pouvoirs » à des gens en qui j’avais confiance et qui avaient repris « La Source De Sang ».
Quant à Christophe, il n’avait pas réapparu et je m’en portais très bien. Mon existence avec Seven était à la limite de la perfection et le vampire en moi s’était endormi pour longtemps.
J’ai également réussi à déchiffrer le mystérieux bouquin que j’avais ramené de chez mes sœurs. Pour cela, j’ai requis l’aide de Damien, d’Internet et de connaissances de « La Source De Sang ». Il y était répertorié les différents statuts de l’armée angélique… et je n’y étais pas trop mal placée étant donné que j’étais unique. Puis, on y relatait l’histoire de différent personnages plus ou moins important. Notamment celle de l’incarnation de la pureté et de sa protectrice, la Petite Fille. Autrement dit, Rosée et moi-même.
L’incarnation de la pureté a été envoyée sur Terre afin d’éviter les éventuels débordements du « mal ». C’était cette pureté qu’elle pouvait matérialiser entre ses mains et qui servait à peu près à tout et n’importe quoi. Cependant, elle n’a pas le droit de l’utiliser pour faire du mal à une créature de l’armée des anges ou soigner une créature du mal. Quant à moi, j’ai été créée pour être un bloc. Je dois être inébranlable pour protéger Rosée. J’ai été choisie en fonction de mon caractère marqué et indépendant, et on m’a donné une force peu commune. Ce bouquin m’a beaucoup appris sur ma nature et mes semblables ainsi que sur la façon dont tournait vraiment le monde.
Puis, un jour, alors que tout allait bien chez moi, je suis rentrée et ai trouvé Seven baignant dans son sang. Enfin, je me suis doutée que c’était lui car il était mutilé d’une horrible manière. Et, sur le mur, écrit avec des lettres de sang, il y avait les paroles d’une chanson que je ne connaissais que trop bien. Inutile de se demander qui était rentré de vacances…




XXI – Le dernier des combats.


J’ai évidemment eu quelques ennuis avec la police puisque cela faisait quelques années que des morts suspectes s’accumulaient autour de moi. Ce qu’ils ne comprenaient pas puisque je donnais l’impression d’une fille équilibrée, si l’on mettait de côté la déco de mon appart’. Pour couronner le tout, ils voulaient me mettre sous protection, à cause des paroles car ils craignaient que le tueur ne s’attaque encore à moi. J’ai quand même réussi à y échapper.
J’ai ensuite employé mon temps à chercher Christophe. J’espérais qu’il ne soit pas reparti après avoir commis son crime, car à part les paroles de la chanson, je n’avais aucun indice. J’ai donc demandé à quelques amis de m’aider, en leur conseillant de rester prudent : je n’avais aucune idée de l’état dans lequel Christophe était et ce qu’il était capable de faire. C’est Max, le portier de « La Source De Sang » qui l’a trouvé. Il est arrivé chez moi, un soir :
« Nabila, c’est épouvantable !
-Tu l’as retrouvé ?
-Oui. Et dans un tel état que même moi je n’ai pas pu me retenir de gerber. Il vit vers le quartier des S.D.F., entouré des cadavres de ceux dont il s’est nourri.
-Il t’a vu ?
-Non. Sinon, j’imagine que je ne serais pas là. Ça va être dur Nabila.
-C’est toujours dur. »
Je l’ai congédié, ai pris une francisque et me suis rendue à l’endroit où était censé se trouver Christophe.
C’était pire que tout ce que j’avais pu imaginer. Lorsque je suis arrivée, il dormait sur un monceau de cadavres qui dégageaient une odeur pestilentielle. Il avait vraiment l’air d’un clochard : ses cheveux et sa barbe avaient poussé et étaient sales, et ses vêtements, en piteux état.
« Malgré ce que tu es devenu, tu arrives encore à dormir ! ai-je crié.
Il a relevé la tête et c’est à peine si je l’ai reconnu tellement son visage était déformé par son côté vampirique.
-Ah… Ma charmante petite Nabila, ma Petite Fille. Tu vois ce que tu m’as forcé à faire ? J’aurais tout donné pour toi, mais tu m’as été infidèle…
-Je ne t’ai pas forcé. C’est toi qui es parti et qui a décidé tout ça. Tu es le seul responsable de tes actes.
-Tu m’as rendu fou : je t’aimais tellement, a-t-il répondu en grimaçant un sourire hypocrite.
-Oui, aimais. »
Il a poussé un grognement et a fait un saut bestial pour me sauter dessus. Je l’ai évité et lui ai entaillé le ventre. Malheureusement, ce que je craignais s’est produit : la douleur lui fit reprendre son visage et son esprit humain. Je n’avais pas pu le tuer du premier coup. Allais-je avoir la force de le faire maintenant ?
« Nabila… J’ai mal ? Que s’est-il passé ? Qu’est-ce que j’ai fait ?
-Ce que tu as fait ? ai-je ricané, tu m’as abandonnée pour te taper une poulette au soleil pendant que je me faisais torturer par mes sœurs. Pendant qu’elles assassinaient Julien, Marie, Mickaël. Pendant qu’elles faisaient du mal à tous ceux que j’aimais. Elles voulaient même tuer Rosée ! me suis-je écriée en pleurant.
-Je suis désolé Nabila ! Désolé… Je m’en veux tellement. Je t’en prie, pardonne-moi.
-Oui, je te pardonne… »
C’est sur ces mots que je lui ai tranché la tête. Tout était alors fini. Pour lui, du moins. C’en était trop pour moi. Les yeux dans le vague, je me suis enfermée dans un autre monde où tout était beau et ai commencé mon errance sur Terre…





Et voilà. Désolée, mais il faudra attendre pour le dernier volet vu que je ne l'ai pas fini... Mais je vais faire aussi vite que possible, promis!
Un grand merci à tous ceux qui m'ont lue! Et en plus, plein de bisous à Tchika et Lorna.

  Aakhasha
Mustaleski

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
423 commentaires
Membre depuis
12 février 2006
Dernière connexion
6 avril 2010
  Publié: 25 mars 2006 à 12:37 Citer     Aller en bas de page

Braavo! Bravoo!

Triste Final.. Mais Nabila s'en sort toujours.. bien qu'elle perd tous petit a petit elle reste forte!

Tous comme toi en écriture!

Une fan qui te restera fidèle

Plein de bisou à toi aussi!

Amitié,

Tchika xxx

  Mustaleski
Lorna
Impossible d'afficher l'image
Le rêve est un monde.... la vie est notre réalité...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
1109 commentaires
Membre depuis
22 juin 2004
Dernière connexion
25 mars 2011
  Publié: 25 mars 2006 à 13:20
Modifié:  26 mars 2006 à 14:19 par Lorna
Citer     Aller en bas de page

C'est triste... mais on peut quand même dire que ça fini bien.... dans un sens...Que ferions nous sans les gens intrépides?

La première fois que j'ai lu ce récit,tu m'as captivé, ensuite tu as arrêté pendant un certain temps, et j'ai un petit peu oublier... mais dès que tu as mis la suite... ta fidèle fane est revenue à l'attaque!!Je vais encore attendre la suite de cette triologie, mais je suis sûr que ça va en valoir la peine!!

FaNtAsTiQuE!!

Bien à toi
Lorna

  Nous sommes libre depuis notre premier soupir, mais dans la vie, il y a des exceptions. Alors je souhaite qu'un jour,ils connaitront la liberté à leur tour!!
Aakhasha


"J'étais un vampire qui venait de naître, pleurant sur la beauté de la nuit"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
91 commentaires
Membre depuis
19 mai 2005
Dernière connexion
16 octobre 2006
  Publié: 26 mars 2006 à 06:33 Citer     Aller en bas de page

Merci les filles!
Je vous promets que le troisième volet sera d'enfer et qu'il ne répondra plus à aucune règles!
Ca me fait vraiment plaisir de vous avoir comme lectrices!

Gros bisous!!!!

  Aakhasha
Mustaleski

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
423 commentaires
Membre depuis
12 février 2006
Dernière connexion
6 avril 2010
  Publié: 4 avr 2006 à 21:20 Citer     Aller en bas de page

Depuis la fin du volet 2 je viens chaque jours pour voir si le 3 arrive.. J'ai hâte que mon coeur fasse un demi tour et le voir écrit..

~*Quelque chose* Des vampires angéliques I~



Je t'attend avec impatience Aakhasha!!!



Tchika xxx


  Mustaleski
Aakhasha


"J'étais un vampire qui venait de naître, pleurant sur la beauté de la nuit"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
91 commentaires
Membre depuis
19 mai 2005
Dernière connexion
16 octobre 2006
  Publié: 5 avr 2006 à 11:44 Citer     Aller en bas de page

Coucou Tchika,
Désolée de devoir te décevoir et réfréner ton impatience, mais le 3è est loin d'être finit et le temps me manque pour l'écriture...
Mais je fais le plus vite possible, promis!
Bisous,

Aakhasha

  Aakhasha
Aakhasha


"J'étais un vampire qui venait de naître, pleurant sur la beauté de la nuit"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
91 commentaires
Membre depuis
19 mai 2005
Dernière connexion
16 octobre 2006
  Publié: 13 mai 2006 à 04:43 Citer     Aller en bas de page

Merci Roxanne, ça fait toujours plaisir de voir quelque chose qu'on a écrit plaire!
Je ne vais pas arrêter, promis, mais je me suis mise en stand by pour l'instant... car les partiels se succèdent et se ressemblent en intensité! Mais je mettrais à profit mes vacances pour avancer, promis!
Amitiés,


Aakhasha.

  Aakhasha
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
14 juin
  Publié: 19 août 2007 à 10:25 Citer     Aller en bas de page

Tu as intérêt de l'écrire cette suite!

Vraiment!


Complètement captivée par ton récit, il y aune telle atmosphère...


Je suis incapable d'être objective et de te dire ce qui pourrait clocher (si, les fautes, mais ça tout le monde en fait, moi la première), le récit m'a emportée et je n'ai pas le courage de le relire pour y voir les éventuels défauts...

J'esprèe que tu vas pouvoir t'y mettre, et que tu reviendras sur lpdp!


Amitiés


JUstine

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2267
Réponses: 7
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0290] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.