Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 117
Invisible : 0
Total : 119
· ode3117 · monthery
13218 membres inscrits

Montréal: 10 déc 03:43:59
Paris: 10 déc 09:43:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Nostalgia Berseker vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 30 mars 2011 à 08:31 Citer vertical_align_bottom

Le soir au coin du temps se noient mes souvenirs
Vieux alliés boitillants, impalpables et mourants
Vous vous évaporez, vous fuyez mes printemps
Souriant tristement, me regardant vieillir

Pour toi ma pauvre amie, je ne sais que pleurer
Tu épluches mon cœur de ta lame souillée
Te frayant un chemin dans mon cerveau rouillé
Ramenant sous mon ciel mes idées, eaux usées

Piétinant des cadavres devenus fantômes
Tu rabats sur ma gueule un voile de regrets
Tu as fait de ma vie des arènes de Rome
Où combattent ces êtres surgis du passé

Disséquant chaque larme renfermant l'histoire
Des serments, des promesses et des vœux que l'on fait
Tu appuies sur le mal, celui qui a fait croire
Qu'on a été quelqu'un dans ces automnes usés

Je n'entends que les cris provenant du trou noir
Qui grandit à mesure que s'englue l'espoir
De revivre à nouveau ces moments délicieux
Déclinant maintenant dans mon esprit vaseux

Sentiment d'impuissance en regardant derrière
Me vient l'odeur étrange de l'amande amère
Tous ces moments partis vers un temps absorbé
Lui qui a fait ma vie, mais j'ai peur d'oublier...

Stégo.

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Iloa


Un sourire ou une Grimace...au choix !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
127 commentaires
Membre depuis
28 mars 2011
Dernière connexion
2 mai 2012
  Publié: 30 mars 2011 à 10:51 Citer vertical_align_bottom

J'aime.

 
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 31 mars 2011 à 04:17 Citer vertical_align_bottom

Merci

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Pageruler

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
43 poèmes Liste
284 commentaires
Membre depuis
10 mars 2011
Dernière connexion
10 octobre
  Publié: 31 mars 2011 à 13:12 Citer vertical_align_bottom

Je suis absorbé dans l'univers de ton poème, j'aime beaucoup....

Amicalement,

 
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 6 juil 2011 à 10:53 Citer vertical_align_bottom

Un grand merci à vous, Papillon, oui j'ai le malheur d'être un grand nostalgique, parfois c'est bon, parfois, comme tu le dis, c'est douloureux, mais ce la ne me déplait pas puisque j'en tire toujours quelque chose de positif
Presqu'il(e), merci d'apprécier, je sais que parfois j'ai du mal à faire ressortir mon esprit dans les mots, heureux que cela te plaise

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 938
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0346] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.