Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 120
Invisible : 0
Total : 121
· Flora Lynn
13208 membres inscrits

Montréal: 29 sept 20:16:47
Paris: 30 sept 02:16:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Mystiques vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Volcane


Et s'il n'en reste qu'un je serai celui-là ! (Victor Hugo )
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
1991 commentaires
Membre depuis
29 septembre 2003
Dernière connexion
25 novembre 2004
  Publié: 3 oct 2003 à 04:49
Modifié:  29 nov 2009 à 06:10 par Lunastrelle
Citer vertical_align_bottom

Les rues sont vides et blêmes
Visages perdus qu'indiffèrent
La nuit tombée les étoiles
Les étoiles qui les regardent...

Dans le brouillard les condamnés
Vers quel gibet quelle potence
Quel échafaud pour vos têtes consentantes
Vers quelle mort vos pas s'égarent ?...

Villes violées de part et d'autre
Ouvertes en cris inhumains
S'élèvent les plaintes pleuvent les coups
Il fait froid soudain sur la Terre.

Ils marchent en rang bien serrés
Comme on leur a dit
Obéissants
Croyants fervents et sans amour.

Des idoles plein leurs yeux ternes
Des chiffres plein leurs mains vides
Et du silence plein le coeur
Vers quel Eden décomposé ?

Demain l'aube viendra
Je voudrais être là pour la voir et mourir
Je voudrais que ma terre soit sauve
Quand j'ouvrirai les yeux dans le soleil briller !


  VOLCANE
Volcane


Et s'il n'en reste qu'un je serai celui-là ! (Victor Hugo )
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
1991 commentaires
Membre depuis
29 septembre 2003
Dernière connexion
25 novembre 2004
  Publié: 3 oct 2003 à 07:41 Citer vertical_align_bottom

Merci à toi, Valter, qui colore chacun de mes poèmes de tes mots d'enthousiasme...
L'actualité et la société me dégoûtent parfois à un point difficile à imaginer. C'est d'une réaction comme ça qu'est né ce poème, en souhaitant de toutes mes forces que ce monde ne recèle pas que de tels "prisonniers" comme ceux que j'ai décris.

En tout cas merci beaucoup pour ton commentaire !

Volcane, très touchée...

  VOLCANE
prune-aile


coucou!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
828 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2003
Dernière connexion
3 octobre 2003
  Publié: 3 oct 2003 à 07:54 Citer vertical_align_bottom


et je continue cette belle promenade .
j'aime ce rejet en répétition " les étoiles dans ta première strophe c'st une construction que je préfère à la rime la sonorité est présente mais déplacée

Villes violées de part et d'autre
Ouvertes en cris inhumains
S'élèvent les plaintes pleuvent les coups
Il fait froid soudain sur la Terre.

belle strophe

Des idoles plein leurs yeux ternes
Des chiffres plein leurs mains vides
Et du silence plein le coeur

ce passage aussi..


  toujours avoir un papier à portée de main pour éponger les débordements de pensée
carl


Communément ----Appelé --------- Raleur ----------- Lymphatique
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
264 commentaires
Membre depuis
19 janvier 2003
Dernière connexion
25 mai 2004
  Publié: 4 oct 2003 à 00:25 Citer vertical_align_bottom

Ah ! Paris
Ville où tout est gris
Où les gens vivent par procuration
Où les gens vivent de fausses illusions

Fred

 
Volcane


Et s'il n'en reste qu'un je serai celui-là ! (Victor Hugo )
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
1991 commentaires
Membre depuis
29 septembre 2003
Dernière connexion
25 novembre 2004
  Publié: 4 oct 2003 à 05:00 Citer vertical_align_bottom

Merci Prune-Aile pour ton commentaire précis et détaillé, je suis heureuse que tu aimes ce que j'écris...

Et toi, Carl, merci aussi d'avoir déposé quelques vers à la suite des miens... Contente que tu sois passé par là !

  VOLCANE
prune-aile


coucou!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
828 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2003
Dernière connexion
3 octobre 2003
  Publié: 5 oct 2003 à 09:15 Citer vertical_align_bottom

suis revenue pour le nominer celui-ci ; il fait vraiment partie des meilleurs et hop! dans mes favoris.

  toujours avoir un papier à portée de main pour éponger les débordements de pensée
Volcane


Et s'il n'en reste qu'un je serai celui-là ! (Victor Hugo )
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
1991 commentaires
Membre depuis
29 septembre 2003
Dernière connexion
25 novembre 2004
  Publié: 6 oct 2003 à 05:31 Citer vertical_align_bottom

Merci Bashô pour ta sincérité et ta franchise. Le principal je pense n'ets pas de mettre un commentaire spécifique, de faire une analyse littéraire, quand on aime...C'ets juste d'exprimer ses sensations. Je suis touchée que tu me fasses part des tiennes à la lecture de Mystiques.

Prune-aile, mille mercis pour ta nomination et ton enthousiasme !!!

  VOLCANE
jeep67
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
46 commentaires
Membre depuis
2 octobre 2003
Dernière connexion
14 juillet 2004
  Publié: 7 oct 2003 à 04:06 Citer vertical_align_bottom

Chère volcane.
Ce nouveau texte, est fantastique, au sens littéraire du terme.
J'aime le mouvement, ce défilé de mots et d'âmes perdues.
Je pourait le lire en boucle en écoutant le boléro.
En réponse je t'envoie un texte écrit depuis quelques temps et que tu connais sûrement.
Amitiés jean pierreDésert

La chaussée portait le deuil, la pluie perlait le pavé
Comme autant de larmes versées pour lui rappeler
Toute l’inutilité d’une rue inanimée
La rue était frustrée, pas même un pas feutré
Déambulation des spectres sur ses trottoirs
Débâcle de la vie, sentiment dérisoire d’avoir
le devoir de voir
Des toits les gouttes au nez suintantes sur les pignons.
Et avoir Le silence pour unique compagnon
Plus de couple amoureux évitant réverbères
Aucun baiser fougueux sous une porte cochère
Pas de guitariste assis sur le bitume
Plus de pièce à donner pour chasser l’amertume

Le temps c’est figé sur un tableau crevé.



La place du marché n’était plus que gruyère
Les rares victuailles virtuelles évaporées
Sous la chaleur du feu des missiles bien réglés
Pour anéantir les instruments de guerres
Un peuple amaigris et aigri des misères
Que leur chef à moustache dans l’ombre des palais
S ‘amuse en son bunker à compter les viscères

Pour meubler solitude dans un Bagdad café


Et dans la blanche maison le roi du monde fulmine
Il a déjà perdu deux tours sur l’échiquier
La bataille des fous maintenant se termine
La victoire au rendez-vous, rien n’est à regretter
Les pions et cavaliers, patriotes au formole
S ‘engouffrent dans les dédales de leur nécropole
Rejoignent leurs pénates leurs les regards sous la terre

Car au-dessus rien à voir qu’une rue solitaire.


La rue était déserte les passants sont cachés
Envahis par la honte

 
Volcane


Et s'il n'en reste qu'un je serai celui-là ! (Victor Hugo )
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
1991 commentaires
Membre depuis
29 septembre 2003
Dernière connexion
25 novembre 2004
  Publié: 7 oct 2003 à 06:36 Citer vertical_align_bottom

Non, je ne connaissais pas ton texte, Jeep67.
Je te remercie de m'avoir dévoilé en réponse aux miens, tes vers pleins d'amertume, et tous ces paysages de désolation et de grandeur perdue...Merci surtout d'être à mes côtés pour regarder le monde...

Darine, je suis touchée de ton enthousiasme à me lire. Merci de tout mon coeur pour tes messages...

  VOLCANE
starnight


Le temps n'est plus si chaque instant est profitable.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
1051 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2003
Dernière connexion
31 décembre 2012
  Publié: 13 oct 2003 à 01:11
Modifié:  13 oct 2003 à 01:20 par starnight
Citer vertical_align_bottom

Encore une réussite Volcane ...

Je n'habite pas Paris, mais je peux t'assurer que ceci s'applique parfaitement à Bruxelles aussi (et je suis certain que d'autres grandes villes contiennent les mêmes images)

Bravo Volcane pour tes descriptions plus que réalistes.

Amicalement,

Sébastien

  Seb
Volcane


Et s'il n'en reste qu'un je serai celui-là ! (Victor Hugo )
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
1991 commentaires
Membre depuis
29 septembre 2003
Dernière connexion
25 novembre 2004
  Publié: 13 oct 2003 à 05:29 Citer vertical_align_bottom

Encore une petite surprise de Seb !!!ça fait trop plaisir de trouver tes messages sur mes poèmes !

En ce qui concerne celui-ci, tu sais, je faisais le tableau que je ressens de toutes les grandes villes de notre temps, qui d'ailleurs se ressemblent souvent à bien des égards. Alors çe ne m'étonne pas que Bruxelles y trouve ses couleurs aussi...

A toi, avec mon amitié.

  VOLCANE
Volcane


Et s'il n'en reste qu'un je serai celui-là ! (Victor Hugo )
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
1991 commentaires
Membre depuis
29 septembre 2003
Dernière connexion
25 novembre 2004
  Publié: 9 jan 2004 à 02:40 Citer vertical_align_bottom

MErci chère petite Licorne...C'ets toujours un grand plaisir pour moi de découvrir tes passages sur mes vers...Je suis très touchée que tu aimes tant mes écrits, et que celui-ci en particulier t'ait appelée, bien qu'il soit sur un thème différent.

amitié sincere et gros bisous

  VOLCANE
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 13 mars 2004 à 18:48 Citer vertical_align_bottom

Une fois de plus te lire est un enchantement, tes mots sont justes et c'est superbement écris.
Comme d'autres l'ont dit ce n'est pas uniquement la couleur de Paris que tu décris, on peut l'appliquer à de nombreuses grandes villes, je me réjouis pour ma part de vivre dans ma petite ile, la Corse, dont on dit souvent beaucoup de mal,(c'est souvent ceux qui la connaissent mal), mais ou il fait pourtant bon vivre.
je partage entierement ton regard sur cette société.
Amitiés.
Patrick

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 4209
Réponses: 12
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0252] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.