Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 13
Invisible : 0
Total : 14
· Jean-Claude
13744 membres inscrits

Montréal: 6 août 00:13:19
Paris: 6 août 06:13:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Et combien dedans? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
henry maivers


Prenez le temps d'avoir le temps.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
367 commentaires
Membre depuis
27 mai 2012
Dernière connexion
15 mai
  Publié: 26 sept 2012 à 07:31
Modifié:  29 sept 2012 à 15:17 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

De plus en plus de gens avec les pieds sur le terrain glissant de la pauvreté, et combien déjà en plein dedans?
Rien pour éclairer l'espoir qui part dans ces machines remplaçant l'humain au lieu de seulement l'aider, tout ça pour que le patronat se remplisse les poches de mieux - en -mieux, mais aussi pour arriver à donner ce que il doit à son racketteur, l'état qui appelle ça la t.v.a. , puis le même état reproche aux gens sans emploi de l'être; certains pour éviter d'y penser ont plonger dans l'alcool, les médicaments, la drogue, et puisque des drogues s'achètent il y a un marché dont on peut rêver de s'emparer même si c'est la seule capacité d'oublier prohibée, et j’ai idée que l'état est un dictateur pour le coup qui dit ce qui est permis de consommer ou pas pour oublier; la police est là pour qu'on ne se hisse pas face à cette obligation de pas vendre ou prendre ça; plus assez de place dans les prisons, tu sais ces endroits où t'es envoyé en compagnie d'autres qui dans leur vie ont commis petit délit comme gros, à répétition ou non, endroit où on t'apprend soit - disant à marcher droit, mais trop de de haine y traîne pour en sortir vraiment clair mis à part exception.
J'en ai assez de voir des gens être considéré comme des tares par d'autres, assez de voir que il y a des gens vivants dans l'opulence pendant que d'autres vivent dans l'errance sur le chemin du presque rien ou rien du tout, assez parce que je sais où ça mène, et ça me met la haine.
Presque tous les états sont endettés, ce qui me fait penser aux huissiers ; mais ça l'état connaît pas, mais si presque tous les états sont endettés ils ont assez pour s'armer, payer des gens prêts à aller tuer ou se faire tuer parce que un ordre de marcher sur le sentier de la guerre ; ça peut être à l'ordre du jour d'un jour à l'autre, mais qui d'autre que un état pour donner cet ordre? C'est passé comme la défense des pays, mais la défense d'un pays par qui le gère peut quand - même déclarer la guerre dans les faits ; et pendant que tous les états du monde ont de l'argent pour ça, moi je connais pas mal de monde qui sont mal lotis... Et vous aussi, puisque comme je l'ai déjà dit, il y a de plus en plus de gens avec les pieds sur le terrain glissant de la pauvreté, et combien déjà en plein dedans?
Pour envoyer des machins dans l'espace avec ou sans humain dedans, on sait dépenser sans compter, mais pour lutter contre la pauvreté c'est aux dons que l'on a recours, pareil pour ses maladies sans traitement, et y'en a pour avoir l'amour de la patrie; ce monde est pire que immonde, mais j'ai pas les mots pour lui dire ce que je ressens vraiment; et c'est sans oublier que nous le polluons; le détruisons petit à petit ; quoique petit à petit est allégorie selon ma vision, nous détruirons bientôt toutes vies ici - bas je crois, au nom de l'enrichissement il y en a toujours pour faire - faire à d'autre n'importe quoi, et ces autres pour si simplement vivre et pas survire accepter , malgré tout ( je le dis pour la dernière fois) il y a de plus en plus de gens avec les pieds sur le terrain glissant de la pauvreté, et combien déjà en plein dedans?

  Henry Maivers
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 558
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0150] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.