Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 8
Invisible : 0
Total : 8
13346 membres inscrits

Montréal: 17 mai 00:23:37
Paris: 17 mai 06:23:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Cheveux blancs Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Vers cassés


Dans tout ce qui vit, sommeille une belle poésie !!!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
1984 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2012
Dernière connexion
25 février 2019
  Publié: 3 févr 2013 à 02:11 Citer     Aller en bas de page






Cheveux blancs






La forme avant le fond
Autarcie monotone, autonome, ou indépendance
Tous ces maux qui épousent la solitude avec grâce et précision
Les peines qu'on porte, le poids des regrets et des incompris sur la chair
Les graisses d'Hiver et de sommeil, ces plaisirs exagérés qui vous enracinent aux pleurs
Ce goût qu'on a de ne pas être comme les autres
A croire que même les autres ne se ressemblent pas
Que de joies traîtresses et ingrates qui, la nuit tombée, s'étiolent sans fumée
Il n'en reste plus que ces fibres de souvenirs à mâcher
Quand on porte le monde sur sa tête, sans la malice du repos d'un instant, d'une vie
Les convulsions d'un souffle timide et paresseux, qu'on pourra résumer en un seul mot

Inachevé

Ces paroles hâtives à l'ambition brève qui déteignent la peau de sa maturité
Comme ces cheveux blancs, cette barbe et la bedaine des adolescents
Qui sont trop jeunes pour la vie mais que la vie a vieilli pour des raisons d'affinité
L'audace de vivre dans la beauté de l'anarchie
L'harmonie qu'on ne peut trouver que dans le regard des passants
La vie et ses goûts, le temps qui parfois lève le voile trop tôt
Sur nos espoirs, dans nos gênes, sur nos têtes
Quand les miroirs refoulent, la coquille épaisse qui nous protège du bleu de la nuit
La fin de ce qui aurait dû commencer
Ce qui sera, nul ne saura.
Est-ce déjà l'âge des cheveux blancs?
À croire qu'il n'y a d'âge pour rien dans l'univers du temps
.




  Vers Cassés
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 3 févr 2013 à 09:23 Citer     Aller en bas de page


Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Vers cassés


Dans tout ce qui vit, sommeille une belle poésie !!!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
1984 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2012
Dernière connexion
25 février 2019
  Publié: 3 févr 2013 à 12:14 Citer     Aller en bas de page




Sincères remerciements Marcel

Merci une fois encore de passer apprécier si généreusement

Vers Cassés

  Vers Cassés
Vers cassés


Dans tout ce qui vit, sommeille une belle poésie !!!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
1984 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2012
Dernière connexion
25 février 2019
  Publié: 4 févr 2013 à 14:02 Citer     Aller en bas de page


Ô Joy, chère Joy

Mille et un merci de passer encore une fois me lire

Evidemment, " Ne verra que qui vivra "

Mes amitiés

Vers Cassés

  Vers Cassés
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 936
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0169] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.