Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 95
Invisible : 0
Total : 97
· pyc · Melchior DEMEST
13218 membres inscrits

Montréal: 7 mai 03:55:53
Paris: 7 mai 09:55:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Regarde-moi faner Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aeshne

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
2872 commentaires
Membre depuis
22 mars 2008
Dernière connexion
3 avril
  Publié: 8 juin 2013 à 08:16 Citer     Aller en bas de page

Les amoureux sont las quand le soleil se couche
Et machinalement, au crépuscule gris,
Un baiser mécanique à l'orée de la bouche
Vient tiédir la lèvre aux ornements flétris.

Pétales en couronne au milieu des cheveux
Flânant tout doucement, il manque l'étincelle
Regarde-moi faner – j'ai soufflé mes aveux
Au creux de son oreille, j'ai défait la dentelle.

Mes soupirs désolés rêvent de notre aurore
De ces autres matins où résonnait encore
L'ardeur émerveillée des premiers jours heureux;

Dans nos mains enlacées, il reste quelque chose
Un suave relent qui rappelle la rose...
Serait-ce le parfum vieilli des amoureux ?

 
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
15565 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
6 mai
  Publié: 8 juin 2013 à 08:39 Citer     Aller en bas de page

Un très beau et très nostalgique sonnet aux accents du temps passé...

"Dans nos mains enlacées, il reste quelque chose
Un suave relent qui rappelle la rose...
Serait-ce le parfum vieilli des amoureux ?"

Alexandra

 
Bombadil

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
660 commentaires
Membre depuis
16 décembre 2012
Dernière connexion
7 mai
  Publié: 8 juin 2013 à 08:41
Modifié:  8 juin 2013 à 08:47 par Bombadil
Citer     Aller en bas de page

Merveilleux!
Tu dépeins le saccage du temps avec une maîtrise incroyable.
J'adore ce "il reste quelque chose", j'aime croire qu'après tout, ce reste est encore séduisant. Le suspense reste : combien de temps encore cet amour va résister à ce terrible travail de sape?

  Je suis Charlie
Aeshne

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
2872 commentaires
Membre depuis
22 mars 2008
Dernière connexion
3 avril
  Publié: 8 juin 2013 à 11:08 Citer     Aller en bas de page

Jeff, le malgré n'a pas sa place... C'est bien la tristesse qui est belle, nul paradoxe.

Alphonse blaise, ah, ça fait longtemps
Ton avis compte... Merci.

Bombadil, merci
Pour le suspense, je suppose qu'on verra. Si jamais, mes textes suivront.

 
L'Architecte


Entre beauté stylistique, profondeur émotive et subtilité métaphorique
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
1514 commentaires
Membre depuis
6 juin 2010
Dernière connexion
18 janvier 2018
  Publié: 9 juin 2013 à 10:23 Citer     Aller en bas de page

Aeshne

Une tristesse que vous dépeignez avec élégance, tendresse et finesse
La subtilité de votre maîtrise du verbe est presque enchanteresse.
On se laisse insensiblement bercés et c'est agréable
Bien cordialement
Amitiés poétiques
L'Architecte

 
Textes protégés sous Copyright numéro 00049021
Aeshne

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
2872 commentaires
Membre depuis
22 mars 2008
Dernière connexion
3 avril
  Publié: 10 juin 2013 à 10:50 Citer     Aller en bas de page

Merci

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
234 poèmes Liste
16963 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
6 mai
  Publié: 17 juin 2013 à 11:05 Citer     Aller en bas de page

parler du passe avec beaucoup de finesse
mes amitiés

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
23680 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
6 mai
  Publié: 30 juil 2013 à 13:44 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Marine,

Je reste toujours bouche bée devant ta très belle encre !



James

  Membre de la Société des poètes Français.
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
246 poèmes Liste
5878 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
6 mai
  Publié: 9 avr 2017 à 00:08
Modifié:  9 avr 2017 à 00:10 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

Je n'étais jamais passé sous vos textes. J'ai suivi un lien depuis chez Bombadil et je découvre cette écriture ciselée comme un diamant, d'une fluidité rassurante, et touchant au cœur. J'ai aimé lire ce parcours d'un temps amoureux s'approchant du déclin.

Je ne peux m'empêcher de penser à Malherbe :
"Et rose elle vécut ce que vivent les roses,
L'espace d'un matin".

Merci pour la découverte. Coup de cœur !

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2447
Réponses: 8
Réponses uniques: 7
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Monsieur-papa (Tristes)
Auteur : JVK
Posture (Autres)
Auteur : Billie
mes scènes orientales (Autres)
Auteur : Vaayou
Antre-temps (Autres)
Auteur : Amandarine
J'écoute le Silence... (Autres)
Auteur : Mustang (libre)
Jade rémanente (Amour)
Auteur : Lykan
Elle Se Marie (Tristes)
Auteur : mido ben
(Autres)
Auteur :
Un jour... (Tristes)
Auteur : Tanuki
Les couleurs du silence (Tristes)
Auteur : Loup8084
Sceptique (Autres)
Auteur : Catwoman
Re-belle (Autres)
Auteur : Catwoman
Ma Prière (Молитва ) (Poèmes par thèmes)
Auteur : Bibenja

 

 
Cette page a été générée en [0,0260] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.