Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 868
Invisible : 0
Total : 869
· Personne
13327 membres inscrits

Montréal: 1er mars 17:17:24
Paris: 1er mars 23:17:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Les proies du temps Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Drakkar
Impossible d'afficher l'image
Rêver est le seul pont vers un seul paradi se trouvant sur terre.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
691 commentaires
Membre depuis
13 mai 2007
Dernière connexion
6 septembre 2020
  Publié: 4 juin 2008 à 19:52
Modifié:  6 juin 2008 à 16:44 par Drakkar
Citer     Aller en bas de page

Les proies du temps


C'est sans raison qu'on avait tort
De s'en vouloir dans nos sourires
On s'aimait trop sans moins haïr
Prisant le pont de nos efforts

Autant d'affront pour souvenir
Et tant d'espoir en nos accords
Que de projet pour l'avenir
Que d'illusions qui nous dévorent


C'est l'ambition qui sème l'ire
L'échappatoire d'esprit retors
Des jeux violents pour l'assouvir
En rémission des nuits d'alors


C'est bien trop long que de t'écrire
Dans la version du mauvais sort
Sur le versant de mes désirs
Des ''Au revoir je t'aime encore''


Il nous fait don de tout s'offrir
De tout savoir ce qu'on ignore
Et au moment de nous le dire
Le temps se fond dans le décor


De grand frisson pour nous ouvrir
Ce froid couloir vers notre mort
Des yeux fuyants pour le franchir
Et l'impression de vivre encore


Il prend ceux qu'on aime chérir
La joie de voir quand on s'endort
Le vieux parent de ce plaisir
Qui nous répond a bras-le-corps


Il rend le peu que l'on en tire
Louvoie les soirs d'égaux remords
Vers feus instants venu périr
Aux horizons qui nous adorent

Aux vents l'enjeu de son empire
Ou croît l'histoire d'entre nos corps
D'heureux vivants pour s'en nourrir
A la façon du grand condor.



Martin[/i]

  Avec l'ombre d'une épée tous les coups sont permis
D a r l i n'


Le néant me semble à présent un peu moins triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
524 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2015
  Publié: 4 juin 2008 à 22:33 Citer     Aller en bas de page

J'ai bien aimer ma lecture, merci pour le partage.


DÉSINVOLTURE

 
Eliawe Cet utilisateur est un membre privilège


Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
71 poèmes Liste
8937 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2007
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 5 juin 2008 à 10:07 Citer     Aller en bas de page

Je ne sais pas quoi dire. Je me contenterais d'un merci pour ce partage.

 
luna78


chi non ama non sarà amato mai
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
878 commentaires
Membre depuis
8 mai 2008
Dernière connexion
18 novembre 2015
  Publié: 5 juin 2008 à 17:34 Citer     Aller en bas de page

"De grand frisson pour nous ouvrir
Ce froid couloir vers notre mort
Des yeux fuyants pour le franchir
Et l'impression de vivre encore"
triste et émouvant ma lecture m'a ravie ,merci

 
okana


Plume légère, aquarelle du coeur, partager mon bonheur, sur la page de mes douceurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
7801 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2007
Dernière connexion
30 décembre 2012
  Publié: 9 juin 2008 à 23:19 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Martin, ton écriture est toujours plus belle, je suis heureuse de t'avoir lu. Bravo. Amitié. Okana tendresse... c-coeur

C'est bien trop long que de t'écrire
Dans la version du mauvais sort
Sur le versant de mes désirs
Des ''Au revoir je t'aime encore''


Il nous fait don de tout s'offrir
De tout savoir ce qu'on ignore
Et au moment de nous le dire
Le temps se fond dans le décor


De grand frisson pour nous ouvrir
Ce froid couloir vers notre mort
Des yeux fuyants pour le franchir
Et l'impression de vivre encore

  Nicole chaput. *Okana *...
okana


Plume légère, aquarelle du coeur, partager mon bonheur, sur la page de mes douceurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
7801 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2007
Dernière connexion
30 décembre 2012
  Publié: 9 juin 2008 à 23:19 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Martin, ton écriture est toujours plus belle, je suis heureuse de t'avoir lu. Bravo. Amitié. Okana tendresse... c-coeur

C'est bien trop long que de t'écrire
Dans la version du mauvais sort
Sur le versant de mes désirs
Des ''Au revoir je t'aime encore''


Il nous fait don de tout s'offrir
De tout savoir ce qu'on ignore
Et au moment de nous le dire
Le temps se fond dans le décor


De grand frisson pour nous ouvrir
Ce froid couloir vers notre mort
Des yeux fuyants pour le franchir
Et l'impression de vivre encore

  Nicole chaput. *Okana *...
Drakkar
Impossible d'afficher l'image
Rêver est le seul pont vers un seul paradi se trouvant sur terre.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
691 commentaires
Membre depuis
13 mai 2007
Dernière connexion
6 septembre 2020
  Publié: 21 juin 2008 à 20:12 Citer     Aller en bas de page

Merci a vous tous pour ces gentil commentaires

Désolé de ne pas vous répondre individuellement mais je n'en apprécie pas moins votre passage.

Je ne suis qu'une proie du temps ....tout comme vous

Martin.

  Avec l'ombre d'une épée tous les coups sont permis
saldday


Lorsque souvent au fond de mon coeur penetre comme un trait le souvenir de tes mots....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
2351 commentaires
Membre depuis
28 août 2007
Dernière connexion
17 février
  Publié: 23 août 2008 à 17:05 Citer     Aller en bas de page



Et le condor passe!!!
magnifique!



" C'est bien trop long que de t'écrire
Dans la version du mauvais sort
Sur le versant de mes désirs
Des ''Au revoir je t'aime encore''

J'aime !

Saldday.

  Nous sommes le temps qui nous reste.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 979
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0238] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.