Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 11
Invisible : 0
Total : 11
13326 membres inscrits

Montréal: 28 févr 19:48:29
Paris: 1er mars 01:48:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Solitude Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Monalisana

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
3 commentaires
Membre depuis
23 janvier 2014
Dernière connexion
23 février 2014
  Publié: 23 jan 2014 à 14:50
Modifié:  25 jan 2014 à 09:45 par Bombadil
Citer     Aller en bas de page

Quatrains de solitude

À l’aube soudaine de mes pensées,
Le monde devenu irrationnel
Le souvenir d’avoir rêvé,
D’une feuille à l’arbre cannelle.

Elle était là parmi tant d’autres,
Heureuse d’avoir poussé.
Épanouie auprès de ses apôtres,
Mais pourtant délaissée.

Ensuite, la chaleur vient réchauffer,
Ses veines fraîches et nouvelles,
Remplissant les vides rencontrés
Mais lui brûlant les ailes.

Puis se balançant dans les airs
Ses semblables quittèrent le nid.
Délaissant les cieux pour la terre,
Dans une valse infinie.

Un soir, diverses larmes légères
Firent tanguer la balance fragile.
Devenue un poids pour ce chêne,
Elle tomba dans la noirceur subtile.

Elle n’était plus que le bruit du silence
Que l’ombre du vent,
Que le souvenir du néant.

 
La Brune Colombe Cet utilisateur est un membre privilège


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
268 poèmes Liste
3818 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
30 janvier
  Publié: 23 jan 2014 à 16:06 Citer     Aller en bas de page

j'aime beaucoup, c'est vraiment très beau. J'avoue avoir relu ton poème une seconde fois plus attentivement que la première pour en saisir toute sa subtilité, et ce fut là que je compris le profond sentiment qu'il voulait exprimer à travers cette feuille délaissée.

 
Monalisana

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
3 commentaires
Membre depuis
23 janvier 2014
Dernière connexion
23 février 2014
  Publié: 23 jan 2014 à 16:19 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup J'avoue qu'il est difficile à comprendre ^^

 
Alicette
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
57 commentaires
Membre depuis
1er février 2014
Dernière connexion
20 juin 2019
  Publié: 1er févr 2014 à 16:02 Citer     Aller en bas de page

J'ai dû le relire plusieurs fois moi aussi.
Par contre je pense ne pas être en mesure de saisir la totalité de la subtile signification... Mais je savoure ce texte malgré mon ignorance.

 
alinus babiscus


Les être-anges poètes dévorent nos démons
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
61 poèmes Liste
311 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2012
Dernière connexion
25 janvier 2020
  Publié: 2 févr 2014 à 15:49 Citer     Aller en bas de page

le souvenir du néant...

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23541 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
26 février
  Publié: 7 avr 2014 à 12:19 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ces très belles métaphores
Mes amitiés

James

  Membre de la Société des poètes Français.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 503
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0193] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.