Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 32
Invisible : 1
Total : 34
· Vieille Cabane
13217 membres inscrits

Montréal: 2 déc 14:44:38
Paris: 2 déc 20:44:38
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Elles se taisent vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 30 jan 2014 à 14:42
Modifié:  19 déc 2015 à 16:26 par Jeanne
Citer vertical_align_bottom



Elles se taisent



Son enfant est si beau, son sourire la fait fondre.
Il est si doux quand il l'embrasse,
Si tendre quand il tend vers elle ses petits bras potelés,
Si lumineux quand éclate son rire perlé ...
Elle ne peut pas...
Ses cris le feraient pleurer,
Ses larmes de mère l'anéantiraient,
Son sourire se perdrait...

Elle se tait.
Elle ne dit rien de ce flot quotidien d'indifférence et de mépris,
Elle ne dit rien de ces nuits d'horreur.
Elle se tait et elle mange sa peur.
Elle étouffe sa rage en petits gâteaux secs,
Elle engloutit sa soif dans le thé des voisines,
Passe encore trop de temps toujours dans sa cuisine.
Elle se voudrait légère, insouciante, ravie,
Nourrie de beaux espoirs et libre de sa vie
Elle s'enivrerait d'un rien,
D'un regard tendre
D'un rayon de soleil derrière la colline
De l'éclat délicat d'une goutte de rosée...
La rage, la peur et la soif sont là,
Tapies en elle, enveloppantes,
Gardées au fond comme un ultime trésor
Inviolable, lui.
Elle tient son ventre comme un enfant à naître
Pour ne pas perdre de vue qu'un jour elle se donnera naissance.
Déjà, elle l'entend dire qu'elle est folle,
Qu'elle n'est capable de s'occuper de rien sérieusement.
Elle l'entend dire qu'elle ne sait pas ce qu'elle dit,
Qu'heureusement il est là pour mettre de l'ordre
Elle l'entend dire qu'elle complote,
Qu'elle n'est vraiment pas capable ....
Alors...
Dans le silence feutré de la maison,
Elle mord son oreiller pour ne pas hurler quand il l'assaille
Elle l'attrape pour que ses mains ne commettent pas l'irréparable.
Elle nourrit son être à naître de tout ce qu'elle trouve
Et elle mange et elle mange,
Anonyme.
Elle se dira longtemps qu'il n'est pas si mauvais
Qu'il a ses raisons
Elle cherchera ...
Elle l'observera quand il rentre et se souciera de ses ennuis de santé,
Elle lui épargnera des scènes en sortant du travail
Et puis...
Elle se dira qu'il ne peut rien lui voler au fond
Que ses secrets
Au moins ses secrets
Sont bien à elle.

Un jour, l'enfant partira.
Alors elle le regardera vieillir et aura depuis longtemps perdu de vue cette main posée sur son ventre.

Dans le quotidien feutré des maisons,
Trop de femmes étouffent encore leurs cris.



 
Adamantine Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
458 poèmes Liste
15231 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 31 jan 2014 à 00:45 Citer vertical_align_bottom

Tu emploies des mots justes, des mots anodins mais qui mis bout à bout sont d'une telle force... Seule une femme imparfaite peut corrompre un homme parfait... Elles restent souvent pour leurs enfants ou simplement pour ne pas être seules.
C'est un texte magnifique dans sa forme et son contenu.

Magali

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
17555 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 31 jan 2014 à 09:33 Citer vertical_align_bottom

sublime

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
KYRICE
Impossible d'afficher l'image
Proverbe arabe: L'oeil est un arc, dont les flèches atteignent toujours leur cible.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
191 poèmes Liste
1151 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
15 août 2017
  Publié: 1er févr 2014 à 12:11 Citer vertical_align_bottom


Jeanne

Elles se taisent

Dans le quotidien feutré des maisons
Trop de femmes étouffent encore leurs cris.


Tout est dit dans ce magnifique poème
jac


  jb
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
702 poèmes Liste
28473 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
2 décembre
  Publié: 1er févr 2014 à 12:34 Citer vertical_align_bottom

Terrible ce poème et combien émouvant et réel.
Il fallait l'écrire ce texte magnifique dans tout son désarroi, tu l'as fait avec des mots percutants
Merci à toi
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Alicette
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
57 commentaires
Membre depuis
1er février 2014
Dernière connexion
9 mars 2021
  Publié: 1er févr 2014 à 15:16 Citer vertical_align_bottom

C'est magnifique. Effectivement, tout est dit.

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
23748 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 7 avr 2014 à 12:16 Citer vertical_align_bottom

Bonjour

Une très belle poésie que j'ai énormément apprécié ! Merci beaucoup de ce magnifique partage

Mes amitiés
James

  Membre de la Société des poètes Français.
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 9 mai 2014 à 15:48 Citer vertical_align_bottom

Ishtar, Mido Ben, Kyrie, Ode, James, Alicette,

Toutes mes excuses pour avoir mis si longtemps à vous répondre ; j'ai dû m'absenter quelques mois... Je redécouvre ce poème qui tente de faire entendre ces voix muettes, ces voix meurtries qui ne s'accordent pas le droit d'être, qui ont peur et finissent par penser qu'elles n'en valent pas la peine, encore trop nombreuses. Merci pour vos mots très touchants.
Amitiés
Jeanne

 
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
4107 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 19 mai 2014 à 17:05 Citer vertical_align_bottom

Je viens de lire ce texte poignant, déchirant tous mes sens en émoi.... Je tenais simplement à vous le dire... Tous les autres mots viennent déjà être écrites...
Merci de la mise en partage de ce terrible constat des silences qui emprisonnent tant de femmes battues.
actuaire.

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 20 juil 2014 à 17:38 Citer vertical_align_bottom

Merci pour ces mots qui me touchent beaucoup.
Amitiés
Jeanne

 
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1056 poèmes Liste
17043 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
17 novembre
  Publié: 19 sept 2014 à 06:02
Modifié:  19 sept 2014 à 06:03 par pyc
Citer vertical_align_bottom

Bonjour...

J'ai vraiment ressenti la tristesse dans cette lecture, on en ressort tout retourné et en partageant ce constat dramatique que tu établis, en effet beaucoup ne disent rien, endurent, mais concernant ces femmes, je préférerais qu'on puisse les aider de manière efficace en les respectant et en les accompagnant, plutôt qu'en les critiquant parce qu'elles laissent faire...je crois que la réalité doit s'affranchir de ce jugement, tant la situation est bien plus complexe, en vérité.
J'apprécie que tu aies su évoquer ce sujet avec ce réalisme et cette émotion.
Amitiés sincères à toi.
pyc.

 
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 19 sept 2014 à 15:43 Citer vertical_align_bottom

Merci pour ce commentaire attentif Pyc. Tu as raison, les relations qui se tissent dans le secret des maisons et les liens de dépendance mutuels sont toujours bien plus complexes qu'il y paraît.
Quelqu'un m'a fait la remarque que ce texte concernait surtout les femmes d'autrefois, qu'aujourd'hui, tout cela avait changé et que les femmes s'étaient affranchies et ne subissaient plus. Sans doute les choses ont elles changé un peu, oui. Je l'espère. J'aimerais le croire totalement mais j'en doute fort. La culpabilité a encore de beaux jours devant elle hélas...
Amitiés à toi
Jeanne

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2045
Réponses: 11
Réponses uniques: 9
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Ah qu'il serait (Amitié)
Auteur : Sybilla
Full Despair (Tristes)
Auteur : Ashimati
(Tristes)
Auteur :
Un crayon de soleil (Tristes)
Auteur : Audrey Deroze
Humeur du ciel (haïku) (Autres)
Auteur : Bernylys
Le bruit de mes yeux. (Amour)
Auteur : James
L'essence de notre Amour (Amour)
Auteur : Sybilla
Le choix... (Tristes)
Auteur : Andesine
Ses Notes Essoufflées (Tristes)
Auteur : La Brune Colombe
Les canards sauvages (Autres)
Auteur : Rousselaure
Les poètes tristes (Tristes)
Auteur : Xenia
Décembre (Amour)
Auteur : MUSCADE
Ma bouteille (Tristes)
Auteur : marchepascal
Ô Femme-chrysalide ! (Amour)
Auteur : James
L'hiver a cessé d'être (Tristes)
Auteur : Bernylys

 

 
Cette page a été générée en [0,0302] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.