Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 167
Invisible : 0
Total : 172
· monthery · plume-éphémère · ÉternalFreedom12 · Avraham · ode3117
13218 membres inscrits

Montréal: 10 déc 03:28:06
Paris: 10 déc 09:28:06
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: Impromptu 2... (le Fennec et la Lune) vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
(...) Cet utilisateur est un membre privilège

Impossible d'afficher l'image
De deux choses Lune.. l'autre c'est le soleil... (Prévert)
   
Statut: Hors ligne
Statistiques de l'utilisateur
253 poèmes Liste
12928 commentaires
Membre depuis
24 mai 2005
Dernière connexion
4 novembre 2009
  Publié: 17 oct 2006 à 11:57
Modifié:  25 oct 2006 à 14:06 par (...)
Citer vertical_align_bottom

Il n’était pas une fois.. Pas du tout..
Il était ! Tout simplement…

Lune, comme à son habitude, batifolait dans la nuit..
Insouciante, inconsciente…

- Oh Petit Prince, sais-tu ce qu’il se passa cette nuit-là ?
Non, ne me demande pas de te dessiner un mouton.. tout le troupeau suivrait et nous nous endormirions tous deux…
Assieds-toi sur mon croissant … Ecoute ! Regarde ! -

C’était une de ces nuits sans fard.. sans monde… à bailler à rien… pour rien…
Le monde absent, somnolait… qui pouvait la voir ?
Le loup peut-être… qui hurle ses draps au rocher des souvenirs…
Ou l’océan, qui sait, quand ses vagues se lèvent comme s’il tentait de la toucher du bout de son eau…

En fait, Lune était bien trop préoccupée pour s’en soucier cette nuit-là… Elle cherchait un nouveau jeu.. ou comment faire une natte de toutes les queues de comètes qui sans cesse passaient devant ses yeux pour la faire loucher…

Un vœu ? Pourquoi faire ? Les vœux sont bien affaire d’humains ! Elle ne voulait pas de vœu, elle désirait le feu ! Le vrai ! Celui qui brûle à s’en griller la tranche.. à éblouir la plus sombre des fosses marines…

Lune, comme à son habitude rêvassait… tellement, qu’elle s’appuya par mégarde sur le rebord d’un nimbus en un long soupir qui l’impulsa aussitôt pour heurter de plein fouet un cumulus vagabond..

Accident de Nuages !!!

‘’Pardon Lune !’’
- ‘’Pas de mal, ma robe n’est même pas froissée .. Oh ! Un renard !’’ -

‘’Non ! Je ne suis pas un renard ! Je suis Fennec…’’
- ‘’Un fennec dans mon ciel ?’’ –

‘’Mais.. les rêves nous emmènent où nous le désirons !’’
- ‘’ Et quel est ton rêve petit Fennec ? ‘’ -

‘’Je cherche le marchand de sable.. je voudrais tant dormir !’’
- ‘’Du sable ? Il y en a plein ton désert ! Si tu comptes ses grains un en un, tes grands yeux se fermeront tôt ou tard ! ’’ –


(Non, Petit Prince, ne commence pas à compter les grains de sable… l’histoire n’est pas terminée…)

‘’Hélas ! Les hommes ont déréglé le temps du sommeil ! Je veille nuit et jour pour ne pas me faire surprendre par leurs flèches ! Je t’ai entendue chanter l’autre soir… j’ai voulu te rencontrer… Je suis certain que tu le connais ce marchand de sable !’’
- ‘’Oh moi tu sais, je passe mes nuits à veiller, à surveiller, à bien-veiller… mais il y a si longtemps que je ne dors plus ! Ai-je jamais dormi d’ailleurs ?’’ -

‘’Mais que fais-tu de toutes ces heures, perdue dans l’obscurité ?’’
- ‘’J’éclaire mon ami ! J’éclaire ! Ou du moins je tente d’éclairer ! Crois-tu qu’ils savent, eux, en bas, que lorsque le jour me chasse de leur ciel, je fais demi-tour pour aller éclairer l’autre côté de l’Univers ? Comprennent-ils, comprendront-ils enfin pourquoi je suis si fatiguée ?’’ -

‘’Mais.. tu ne te reposes donc jamais ?’’
- ‘’Mon repos ? Ce sont mes jeux ! Tu vois, parfois je fais pousser les récoltes dans les grands champs.. Parfois je me cache à moitié pour que les humains s’inquiètent de ne plus me voir.. (mais s’en inquiètent-ils seulement ?) Il m’est arrivé aussi d’aller embrasser le soleil sous leurs yeux ébahis.. (quelle effronterie n’est-ce pas ?).. Quelquefois encore je leur offre mon profil, le gauche ! C’est celui qui m’avantage le plus et qu’ils prennent en photo ! Et oui ! Ils ont tellement apprécié, qu’ils ont voulu y marcher dessus !’’ –

‘’Ils t’ont fait mal ?’’
- ‘’Un peu oui… Ma mer de la tranquillité a été un peu agitée, mais que veux-tu ? Les hommes aussi s’ennuient ! Le bien leur paraît si fade qu’ils s’amusent à se faire cruels.. Et toi ? Que fais-tu pour occuper ton temps ?’’ -

‘’Moi ? Je regarde vivre le monde en transparence au travers des papiers colorés des bonbons acidulés.. Un jour rouge vif, un autre orangé, un autre citronné, un autre bleuté, un autre... C’est stupide n’est-ce pas ?’’
- ‘’Oh non ! Loin de là ! Je comprends si bien, moi qui ne le vois que dans sa noirceur ...‘’
-

Fennec et Lune restèrent là, face à face… à soupirer… à s’inspirer.. à se respirer…


Dis, Lune, comment as-tu fait pour l’apprivoiser le renard ?
- Mais je ne l’ai pas apprivoisé ! Il est là, tout simplement… Il est ! -

Dis, Lune, vous avez passé toute la nuit à parler ?
- Oui Petit Prince, nous avons parlé, longtemps, très longtemps.. et nous parlons encore… -

Dis, Lune, pourquoi parfois je ne te vois pas ? Tu te caches derrière les Nuages ?
- On le dit.. On dit aussi que je m’amuse à les percer pour faire pleuvoir.. Personne ne sait que c’est moi qui pleure ! Laissons-les croire ce qu’ils veulent après tout ! -

Mais…

- Mais ? Le ciel est ma maison… il est aussi mon isoloir, mon royaume.. Je suis reine de la nuit… j’en connais tous ses recoins secrets… Et quand la folie des hommes me brouille, je vais me réfugier dans mon Grenier… C’est là que le petit renard me retrouve la nuit.. C’est de là que nous regardons tous deux le monde en couleurs, au travers des papiers transparents des bonbons acidulés… -


Dis, Lune, je pourrai y venir aussi ?

- Bien sûr Petit Prince ! Toi tu es de notre monde !
Viens, allons nous y reposer tout de suite.. Fennec nous attend..
Oh, n’oublie pas ta rose ! Nous avons encore besoin d’elle pour parfumer nos idéaux… -



© LR

  Si l'amour s'écrivait avec des grains de sable, j'en écrirais des plages et des plages...
dav


Je fais mourir de faim l'amour pour qu'il dévore ce qu'il trouve. (Octavio Paz)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3319 commentaires
Membre depuis
14 mars 2005
Dernière connexion
3 mai
  Publié: 19 oct 2006 à 09:31 Citer vertical_align_bottom


...

La prose te va à ravir.

Un vrai moment de poésie, il y avait longtemps que je n'en avais lu un pareil, sincèrement.

"C’était une de ces nuits sans fard.. sans monde… à bailler à rien… pour rien…
Le monde absent, somnolait… qui pouvait la voir ?
Le loup peut-être… qui hurle ses draps au rocher des souvenirs…
Ou l’océan, qui sait, quand ses vagues se lèvent comme s’il tentait de la toucher du bout de son eau…

En fait, Lune était bien trop préoccupée pour s’en soucier cette nuit-là… Elle cherchait un nouveau jeu.. ou comment faire une natte de toutes les queues de comètes qui sans cesse passaient devant ses yeux pour la faire loucher…"

J'aime beaucoup.

  L'Art du guerrier consiste à équilibrer la terreur d'être un Homme, avec la merveille d'être un Homme. (assAssin)
Ivy

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
106 commentaires
Membre depuis
12 avril 2006
Dernière connexion
8 juillet 2009
  Publié: 19 oct 2006 à 12:51 Citer vertical_align_bottom

Entre les lignes, les images... entre tes lignes.... je devine....
C'est tout doux, j'ai cru lire saint Ex par moment faut dire que c'est évident mais en fin de comptes c'est bien la griffe de ma mamalou et tout ce qui va avec... tout ce qui fait que tu es Toi...

Biz à toi et aux cumulonimbus (pas sur de l'ortho sur le coup), au renard et tout le toutim!

Tadore

Ivy (qui passe et repars...)

  Quand on aime trop, on aime pas assez
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
21 juin 2021
  Publié: 19 oct 2006 à 12:52 Citer vertical_align_bottom

Derrière un sourire, qui sait quelle douleur se cache? Tout comme cette lune qui donne à manger au rêver, berce l'endormi au mépris de sa propre jouissance. On est souvent ingratement recompensé ici bas! J'ai aimé ce petit conte, aux accents saint-exupériens c'est certain qui dans ses airs d'enfance porte un message bien plus grand qu'il ne veut le faire paraître... comme cette lune qui perce les nuages pour faire croire qu'il pleut alors qu'elle pleure...

J'ai aimé ma lecture Ambre!

Ciaooooooooooo

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
Nuages


Rien n'est sérieux pour l'esprit; tout peut le devenir pour le coeur. (J. Rostand)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
91 poèmes Liste
3656 commentaires
Membre depuis
15 février 2004
Dernière connexion
19 août
  Publié: 20 oct 2006 à 18:00 Citer vertical_align_bottom

Que d'images se bousculent dans ce texte, elle aimerait briller cette lune pour la terre entière, hélas de vilains malins l'empêchent de rêver et surtout de nous faire rêver. Les Nuages sont réparés ils sont doux, reposants, et t'invitent à une partie de cache cache, tu viens dit....

Bisous

Nuages

  Eve Lindep
oiseaulyre


le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
143 commentaires
Membre depuis
20 octobre 2006
Dernière connexion
2 septembre 2008
  Publié: 14 nov 2006 à 13:21
Modifié:  14 nov 2006 à 13:27 par oiseaulyre
Citer vertical_align_bottom

j'ai aimé cette lecture comme tout ce que tu écris, continue de nous faire rêver c'est ce que nous avons de plus précieux "le rêve"

oiseaulyre

  oiseaulyre
oiseaulyre


le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
143 commentaires
Membre depuis
20 octobre 2006
Dernière connexion
2 septembre 2008
  Publié: 14 nov 2006 à 13:21 Citer vertical_align_bottom

bonsoir petite bulle je m'adresse à toi parce que je n'arrive pas à mettre sur mon profil mes poèmes favoris et je suis peinée parcequ'il y en tant que j'aime . réponds moi s'il te plaît amicalement

oiseaulyre

  oiseaulyre
R.


*Yeux gris*
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
993 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2005
Dernière connexion
24 septembre 2020
  Publié: 14 nov 2006 à 18:02 Citer vertical_align_bottom

Oh...
Suis tout chose avec cette lecture.

Un petit moment de bonheur pour mes yeux d'enfants...
Merci à toi...

 
Joey


Ce ne sont pas les choses qui nous troublent, mais nos opinions (Epictète)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
1441 commentaires
Membre depuis
19 février 2007
Dernière connexion
21 août
  Publié: 8 mars 2007 à 20:20 Citer vertical_align_bottom

Peux pas m'empêcher de mettre un p'tit mot...
regarder la vie à travers les papiers de bonbon acidulé pour en oublier parfois le goût amer... un élan d'émotion durant la lecture de cet écrit captivant.
J'ai pas lâché ma lecture une seconde, merci à toi,
Jonathan

 
Tilou8897 Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
678 poèmes Liste
18730 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
4 décembre
  Publié: 9 mars 2007 à 05:33 Citer vertical_align_bottom

tite bulle et merci pour ce texte

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1747
Réponses: 9

Page : [1]

 

 
Cette page a été générée en [0,0296] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.