Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 95
Invisible : 0
Total : 95
13206 membres inscrits

Montréal: 7 mars 07:15:37
Paris: 7 mars 13:15:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Au cœur de la République Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Dominique Bouy Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
513 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
6 mars
  Publié: 15 avr 2014 à 18:28 Citer     Aller en bas de page

Ils creusent le ciel jusqu’aux racines de la république,
brûlant les couleurs et les jettent dans le fleuve de la finance.

La terreur des serments envahit les veines pour laisser la mort à pas de sangs, vertiges et mensonges dans ces régions poignardées par le chômage, un pays à la misère aveugle, des enfants jouent avec un fracas.

Sous les kilomètres d’obscurité des vies aux horloges suppliciées comme des oiseaux détressent s’envolent vers le vent chantant l’hymne des pieuvres économiques sur les traînés du bleu sans poésie, le blanc pur sali de fourberie, le rouge infini dans leurs mains assassines.

Attention à la plaie de la république, elle bouscule les événements dans l’ombre et l’inflexion glisse le long de la mondialisation et la pensée se fait sous le talon du deuil.

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
23558 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
5 mars
  Publié: 15 avr 2014 à 19:03 Citer     Aller en bas de page

Citation de Dominique Bouy
Ils creusent le ciel jusqu’aux racines de la république,
brûlant les couleurs et les jettent dans le fleuve de la finance.

La terreur des serments envahit les veines pour laisser la mort à pas de sangs, vertiges et mensonges dans ces régions poignardées par le chômage, un pays à la misère aveugle, des enfants jouent avec un fracas.

Sous les kilomètres d’obscurité des vies aux horloges suppliciées comme des oiseaux détressent s’envolent vers le vent chantant l’hymne des pieuvres économiques sur les traînés du bleu sans poésie, le blanc pur sali de fourberie, le rouge infini dans leurs mains assassines.

Attention à la plaie de la république, elle bouscule les événements dans l’ombre et l’inflexion glisse le long de la mondialisation et la pensée se fait sous le talon du deuil.




Aaaaaah Dominique je te retrouve avec tes convictions !!!!!!!!!

Dans mes coups de coeurs !!!!!!

Mes amitiés

James

  Membre de la Société des poètes Français.
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
10 février
  Publié: 15 avr 2014 à 19:29 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Dominique Bouy,

Au coeur de la République, ahhhh, oui, malheureusement jusqu'ici, il y a eu beaucoup de promesses et pas un seul n'a réussi à résorber le problème du chômage qui s'amplifie d'années en années pour les profits économiques et financiers...
Les délocalisations des entreprises appauvrissent les personnes...
La mondialisation ne fait qu'accroître les problèmes...

Merci d'avoir abordé un sujet qui nous touche tous et toutes!!!



Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Dominique Bouy Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
513 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
6 mars
  Publié: 18 avr 2014 à 17:45 Citer     Aller en bas de page

merci de votre passage.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1054
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0166] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.