Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 17
Invisible : 0
Total : 21
· L'ara qui rit. · Dimitryet · JYL
Équipe de gestion
· Ashimati
13218 membres inscrits

Montréal: 8 déc 05:04:48
Paris: 8 déc 11:04:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Du sang dans l'amer vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 25 mars 2015 à 18:54
Modifié:  26 mars 2015 à 03:05 par Emme
Citer vertical_align_bottom

Je sens ton cœur vibrer au vent
De la voix morne de l'ennui
Moi le dépareillé du temps
J'ai disparu au fond d'un puits

L'appel grinçant d'une autre vie
Est venu combler tes envies
J'ai beau nager dans tes yeux gris
Ce que j'y vois en est mon prix

Nous avons fait naître fantômes,
Dans les éthers de nos tourments
Des charlatans aux yeux de chrome
Jouant de mes pleurs dans le vent

Un masque arrogant, grimaçant
Sillonne les plaies de mon âme
Drainant la vie, buvant mon sang
Jusqu'où se joue cet odieux drame

Les gens s'arrêtent devant moi
Et me demandent qui je suis
Alors je réponds mille fois
Je suis un fantôme en sursis

Je pense qu'il est des douleurs
Qui finalement ne meurent pas
Je pense aussi que ton bonheur
Seront des fleurs à mon trépas

Je vois ta vie s'illuminer
À l'autre bout de mes errances
Autour de toi du blanc bleuté
Autour de moi le noir est dense

Puis quand dans ton ventre fleurira
Des alchimies d'une autre union
Alors mon âme s'en ira
Perdue, dans d'autres directions

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
192 poèmes Liste
4182 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
4 décembre
  Publié: 26 mars 2015 à 15:26 Citer vertical_align_bottom

Onirique....et puis j'ai un faible pour les fantômes ;-).
J'ai aimé...

Amicalement
Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Rosi

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
159 poèmes Liste
1408 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2014
Dernière connexion
23 novembre
  Publié: 27 mars 2015 à 17:16 Citer vertical_align_bottom

Bonsoir Stegobulle,

j'ai beaucoup aimé la profondeur de ce poème livré avec beaucoup d'âme.
Merci pour ce partage

  L'écriture est le chemin, vers l'espoir et la sagesse
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 30 mars 2015 à 15:34 Citer vertical_align_bottom

Merci à vous sans doute je reviendrai en hanter quelques-uns une fois le trépas accompli :D

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 599
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0261] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.