Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 120
Invisible : 0
Total : 122
· monthery · Jean-Claude
13218 membres inscrits

Montréal: 10 déc 04:46:10
Paris: 10 déc 10:46:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Notre fil d'argent vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 6 avr 2015 à 17:34 Citer vertical_align_bottom

Le temps détruit les perceptions
Pauvres silences au fond du trou
Où traînent amours et déceptions
Et les mensonges, et nous les fous

Fous d'avoir un jour trop aimé
Trop aimé l'âme d'une vie
Que nous rêvions dans l'infini
De tous ces destins enviés

Enviés de rires et de toi
Sans y penser nous faisions loi
Crevant les yeux des non-croyants
Leur rire au nez, et nous dansant

Dansant sur des mondes cruels
Dans le cosy de ton coeur, lire
Que nous étions libre de dire
Que l'on s'aimait dans l'éternel

Dans l'éternel, nous avions cru
Aux vraies lueurs de nos corps nus
Où l'on brillait dans cette fable
Qui fermait la gueule à ces diables

Ces diables là ont corrompu
Ont tranché net un fil d'argent
Qui reliait nos sentiments
Qui se sont avoués vaincus

Vaincus de s'être trop aimé
Les yeux cernés d'êtres fermés
Dans l'inconscience et dans le gris
Dans ces matins absents, ternis.

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
117 poèmes Liste
2061 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
2 décembre
  Publié: 7 avr 2015 à 09:04 Citer vertical_align_bottom

Toute une histoire est contée dans cette tristesse, c'est harmonieux et donne une belle poésie

  Critiques acceptées
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 7 avr 2015 à 09:41 Citer vertical_align_bottom

@tristeamourir : En effet. Tout fini par passer sur cette terre, y compris l'auteur. Merci à toi.
@SienKieWicz : malheureusement, ça touche beaucoup de monde, Dieu que la tristesse est difficile... Merci de ton passage.
@Xenia : oui, toute mon histoire. Merci beaucoup de ton passage.

Amitiés à tous les trois. Merci.

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 8 avr 2015 à 10:17 Citer vertical_align_bottom

Je sais ce que j'aimerais qu'il soit en tout cas, ça c'est certain. Mais c'est le cœur lourd que je te dis, oui, on verra demain en effet. Merci beaucoup de ton passage, réel plaisir.

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
15027 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
3 janvier
  Publié: 8 avr 2015 à 17:03
Modifié:  8 avr 2015 à 17:24 par Sybilla
Citer vertical_align_bottom


Bonsoir Stegobulle,

Merci pour le partage de tes émotions !
C'est touchant..
Il faut toujours croire en soi !


Mes amitiés

Sybilla


  Le rêve est le poumon de ma vie
Rosi

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
159 poèmes Liste
1408 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2014
Dernière connexion
23 novembre
  Publié: 8 avr 2015 à 17:08 Citer vertical_align_bottom

Bonsoir Stegobulle,

je te trouve courageux de nous dévoiler toute cette tristesse enfouie au fond de toi. C'est une sensibilité touchante, et c'est une partie de ta vie, que tu nous livre avec beaucoup d'élégance.
Ne jamais perdre espoir et garder cette lumière toujours allumée dans son cœur.
Merci en tout cas pour le partage de tes émotions, puissent-elles t'apporter la délivrance de tes tourments.
Affectueusement à toi

  L'écriture est le chemin, vers l'espoir et la sagesse
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
1773 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
13 janvier 2021
  Publié: 10 avr 2015 à 02:04 Citer vertical_align_bottom

Merci, j'ai aimé la lecture.

 
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 11 avr 2015 à 02:45 Citer vertical_align_bottom

Bonjour Sybilla, merci de ton passage une fois encore apprécié. Croire en moi, un coup j'y arrive, un coup je n'y arrive pas, c'est ainsi jusqu'au rétablissement, jusqu'à la fin de ma rééducation morale et spirituelle.

Bonjour Rosi, il n'y a qu'un seul espoir que j'ai perdu, les autres sont en dormance, quelque part. Merci d'être là.

JCG, c'est un plaisir.

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 943
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0231] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.