Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 108
Invisible : 0
Total : 109
· Lilu
13218 membres inscrits

Montréal: 10 déc 04:13:39
Paris: 10 déc 10:13:39
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Aller simple pour l'échafaud vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 22 avr 2015 à 14:13
Modifié:  22 avr 2015 à 15:56 par Stegobulle
Citer vertical_align_bottom

J'essaie de m'endormir au son de tes silences
Pernicieux souvenirs au parfum d'une essence
Flottant dans tous les airs que capte ma mémoire
Se brisant d'un éclair dans les vapeurs du soir

Les murs ont la couleur de l'absence exécrable
Et l'odeur des regrets que dégage mon âme
Qui m'étreint et me glace d'une peur insondable
Ces murs ont pris le teint d'un avenir de larmes

Cet oreiller inerte souvent assouvit
Des assauts répétés à te donner ma vie
N'est plus que le reflet déchu de nos envies
Qui se perdent en écho hurlant au fond d'un puits.

Ces draps, mon dieu ces draps que j'entends murmurer
Depuis ces matins morts aux aurores corrodées
Étouffent mes visions, me laissant exposé
Aux litanies morbides de mon coeur usé

Tu as fait de ma vie le mouroir de mes rêves
Le mouroir de mon âme où s'enfoncent mes grèves
Ce chaos ténébreux par tes yeux pervertis
Par d'autres courants chauds, par d'autres alchimies

J'irai rejoindre l'échafaud des mauvais sorts
Où des anges arrachant leurs ailes en bégayant
M'obligent à faire la pute en quémandant la mort
Me bavant sur l'épaule et me dévisageant

J'avais cru trouver Dieu en dormant dans tes bras
En qui je croyais fort et que je trouvais beau
Me reste la douceur de ta main sur ma peau
Que j'arrache en lambeaux pour ne plus être moi

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Emme

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
150 poèmes Liste
4287 commentaires
Membre depuis
22 août 2011
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 22 avr 2015 à 14:15 Citer vertical_align_bottom

Tristement beau.
Touchée
Amitiés.
Emme

  la vida son dos dias...vivelos !
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
15027 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
3 janvier
  Publié: 22 avr 2015 à 17:40 Citer vertical_align_bottom



Bonsoir Stegobulle,

Merci pour le partage de tes émotions !
Très émouvant et triste !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 23 avr 2015 à 11:56 Citer vertical_align_bottom

@Emme : Merci à toi d'être passée par ce "mouroir des rêves".

@Sybilla : Merci à toi

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 754
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0193] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.