Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 63
Invisible : 0
Total : 65
· porticcio
Équipe de gestion
· Catwoman
13322 membres inscrits

Montréal: 13 mai 09:10:29
Paris: 13 mai 15:10:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Les Enfants Fantômes. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Samira Poétesse Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
157 commentaires
Membre depuis
8 mai 2013
Dernière connexion
8 août 2019
  Publié: 6 sept 2015 à 17:34
Modifié:  7 sept 2015 à 16:09 par Samira Poétesse
Citer     Aller en bas de page

Les Enfants Fantômes.


Aujourd'hui, ô ma Terre, le cœur a saigné
Des corps et des larmes de ces enfants fantômes
Et l’âpre silence scelle les hématomes
Qui rougeoient le sein meurtri de l'humanité.

Le remous de la mer expose l'impensable
En ce siècle de découvertes fabuleuses.
La main de l'homme sait toucher les nébuleuses
Et sa puissante cruauté reste incroyable.

Aujourd'hui, ô ma Terre, le soleil n'est plus
Car trop d'anges périssent, et sous le talus
De l'indifférence les drames se déchainent.

Le remous de l'amer est fait de rêves fous,
De vies hallucinées où les espoirs s’éprennent
Des sirènes glaciales aux contours bien flous.





Dédié à tous ces enfants qui fuient la violence, la peur dessinée par la main des hommes...

Puissiez-vous reposer en paix...

  ]La Sanctuaire[
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
15016 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
4 mai
  Publié: 6 sept 2015 à 17:55
Modifié:  6 sept 2015 à 17:56 par Sybilla
Citer     Aller en bas de page


Bonsoir Sanctuary,

Comme tu décris si bien toutes ces horreurs qui sévissent sur notre planète...
Merci à toi d'écrire des pensées humanistes très fortes !
Souhaitons tous qu'un jour, toutes ces atrocités n'existent plus sur terre, et que la fraternité, la paix et l'amour universel règnent et réunissent tous les humains !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Rosi

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
1398 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2014
Dernière connexion
29 avril
  Publié: 6 sept 2015 à 18:25 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Sanctuary,

un poème merveilleusement bien écrit et ô combien triste

Tu as raison, l'homme est capable d'aller toucher la lune, alors que sur la terre, l'humain aurait tant besoin de cette main tendue...

Un grand merci pour eux

  L'écriture est le chemin, vers l'espoir et la sagesse
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
220 poèmes Liste
12948 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
13 mai
  Publié: 7 sept 2015 à 05:03 Citer     Aller en bas de page

Tu appuies là où ça fait mal .... là où ça DEVRAIT faire mal devrais-je plutôt dire ...

Merci.

ISABELLE.

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Unusual

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
39 poèmes Liste
224 commentaires
Membre depuis
7 septembre 2015
Dernière connexion
27 mars 2017
  Publié: 8 sept 2015 à 04:34 Citer     Aller en bas de page

Très émouvant...Puisse cette image marquer notre inconscient collectif au point de faire bouger les choses car ce sont des victimes de notre inconscience collective...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 778
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0183] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.