Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 53
Invisible : 0
Total : 56
· Jean-Claude · Xuyozi · Avraham
13738 membres inscrits

Montréal: 31 juil 14:10:25
Paris: 31 juil 20:10:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Un fou en C4 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
155 poèmes Liste
733 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 6 mai 2017 à 06:41
Modifié:  6 mai 2017 à 11:01 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Un fou en C4

C’est une partie d’échecs entre Karpov et Kasparov. Kasparov a les Blancs. Il joue l’ouverture « italienne » avec le fou en C4. Karpov est directement mis sous pression. Il n’a pas l’occasion de contre-attaquer. Rapidement nous arrivons à la finale, j’analyse la partie sur le net. Proche de l’échec et mat, une chose bizarre se produit, Kasparov n’attaque plus. L’arrêt de son offensive est net et brutal. Que va faire Karpov maintenant qu’il a enfin l’initiative ? Karpov va-t-il pouvoir renverser la situation en sortant une combinaison géniale ? Nous avons affaire à deux grands champions. Les deux joueurs les plus titrés de l’histoire des échecs.

En rejouant cette partie pour m’entraîner, j’ai eu un coup au moral. J’ai pensé à ces films américains de série B où un inspecteur de police conseille au suspect en état d’arrestation de garder le silence. « Tout ce que vous direz, sera retenu contre vous ». Comme c’est triste de perdre. Imaginez une femme qui dirait à son mari « tu es nul, ferme-la ». Je perds et en plus je dois me taire, pourquoi ? Sans doute pour m’empêcher de participer à ma propre débâcle, comme si j’étais stupide au point d’aggraver mon cas par mes propres paroles. A la colère s’ajoute l’humiliation. J’ai presque envie de pleurer. Kasparov a laissé jouer Karpov et il n’a fait que précipiter sa défaite. Plus on s’agite dans le sable mouvant, plus vite on s’enfonce. La défaite a un goût amer. A l’inverse, la victoire a une saveur particulière. Kasparov a dû connaître une joie proche de l’extase. Les derniers coups qui précèdent le mat sont aussi savoureux que le mat lui-même. Et ce bonus qui consiste à voir son adversaire empêtré dans la toile d’araignée tissée spécialement pour l’accueillir.

J’ai tellement bien mené ma stratégie pour conquérir Lulu-La trottinette qu’elle est passée à l’improviste hier soir à mon appartement. Depuis quelques jours, je sentais que le fruit était mûr. Toutes nos activités communes la rapprochaient inexorablement vers moi. Je n’avais plus rien à faire. Plus rien à ajouter, juste attendre. Elle m’a fait languir pendant quelques semaines, finalement elle s’est livrée elle-même comme une pizza qui viendrait toquer à ma porte. Lucienne était pressée de me voir au point qu’elle n’a pas voulu attendre l’ascenseur au rez-de-chaussée. Elle est monté par l’escalier de secours jusqu’au troisième. Elle a gravi les marches quatre à quatre. Essoufflée, elle a sonné, j’ai ouvert. Elle m’a embrassé, puis s’est précipitée dans la salle de bain. Quelques minutes plus tard, elle est apparue au salon pieds nus sur la moquette. Elle portait mon peignoir bleu mal fermé avec un sein presque entièrement découvert. Une moue sur son visage signifiait qu’elle était déterminée à aller jusqu’au bout. Cela se voyait, rien ni personne n’aurait pu l’arrêter. « Que regardes-tu ?» « L’ourlet de tes oreilles » ai-je répondu. Sans doute un oubli, elle portait encore ses grosses boucles d’oreilles. Elle les a retirées, a ouvert le peignoir qui est tombé par terre, s’est approchée d’un pas décidé, son regard lascif me fixait. Comme un ver de terre, même pas un élastique pour retenir ses cheveux, debout devant moi, elle m’a demandé « à quoi tu penses ? ». Sans hésiter, j’ai dit « je pense à Kasparov ». Elle a brusquement tourné les talons, s’est rhabillée dans la salle de bain. En sortant, elle a claqué la porte.

Je ne crois pas avoir dit quelque chose de méchant. Bon, soit… J’ai ramassé mon peignoir bleu resté sur la moquette, l’ai raccroché à sa place. De retourner à mon échiquier, j’ai de nouveau réfléchi longuement sur cette ouverture « italienne ». Ah ce fou de cases blanches en C4, quelle puissance !

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
13049 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
30 juillet
  Publié: 6 mai 2017 à 11:03 Citer     Aller en bas de page

Ah Joker Joker qu'as-tu fait là ??? Malheureux que tu es ... Lulu était là, elle s'offrait, prête à t'offrir du plaisir et à en prendre, et toi ... pfff ...

Merci à toi (quand même )

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
155 poèmes Liste
733 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 6 mai 2017 à 12:36 Citer     Aller en bas de page

Tu as raison Maschoune, tout ça s'est terminé par un pfff lamentable. C'est ma faute.

J.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 13 mai 2017 à 17:06
Modifié:  13 mai 2017 à 17:06 par Varh
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Joker A

J'aurais aimé Lulu un peu plus joueuse... et elle aurait pu peut-être pousser une autre pièce afin de chercher l'échec et d'être victorieuse.... sur un autre damier...

Mon amitié sincère
Bises

Varh .T

 
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
155 poèmes Liste
733 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 14 mai 2017 à 04:23 Citer     Aller en bas de page

Tu as raison Varh T. Je suis sûre qu'une femme aurait trouver une autre chute à cette histoire. Les hommes manquent d'imagination dans ces situations.

Joker A.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1279
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0235] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.