Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 108
Invisible : 0
Total : 108
13210 membres inscrits

Montréal: 1er oct 21:08:26
Paris: 2 oct 03:08:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Oceano words vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 10 déc 2008 à 16:36 Citer vertical_align_bottom


Les mots sont des bateaux qui partent en voyage.
Certains, quittant le port, s’en vont pour un naufrage
Jamais ils ne verront les côtes attendues,
Sombrant dans les eaux bleues d’une vague perdue.

D’autres prennent le large et, la cale remplie
De messages d’amour, de paix, enfin de vie,
Ils espèrent toucher des plages abordables,
Ouvertes, pour le moins, aux accueils agréables.

Sur le quai du départ tous les espoirs agitent
Leur mouchoir, crient «bon vent» et les larmes hésitent
À se fondre aux embruns. Mais au noroît contraire,
La parole s’envole et invite à se taire.

Le verbe est déjà veuf, l’adjectif, inutile.
Ces deux-là se perdent en parole futile
Dans le roulis sans fin de l’incompréhension.
Les esquifs, eux, cinglent sans y faire attention.

Les mots sont des bateaux qui n’ont guère d’amarres
Et qu’on laisse voguer au plus grand des hasards.
Roses de Ronsard, ils ne vivent qu’un instant.
Au bout du voyage, hélas, nul ne les attend.



 
Daphn


Laisse moi croquer ton coeur... de pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
638 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2008
Dernière connexion
29 novembre 2011
  Publié: 10 déc 2008 à 19:18 Citer vertical_align_bottom

Très joli avec un rythme agréable. je n'aie qu'un mot à dire et je souhaite qu'il vive plus longtemps qu'un instant: Merci

  Que reste t'il de lui dans la tempête brève, qu'est devenu mon coeur navire déserté ? Hélas... il a sombré dans l'abime du rêve...
Ashimati

Administrateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
369 poèmes Liste
7757 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
1er octobre
  Publié: 12 déc 2008 à 10:24 Citer vertical_align_bottom

Bienvenu à toi
J'ai beaucoup aimé ton texte.
Tu as su me faire naviguer
Amitiés
Thierry

 
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 15 déc 2008 à 11:39 Citer vertical_align_bottom

merci à tous pour votre gentillesse

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19469 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
1er octobre
  Publié: 27 jan 2009 à 15:16 Citer vertical_align_bottom

"Jamais ils ne verront les côtes attendues,
Sombrant dans les eaux bleues d’une vague perdue.
"

tristement bien comptés tous ces mots jetés à l'amer

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1056
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0199] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.