Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 99
Invisible : 0
Total : 101
· redtigers01 · Dukes
13210 membres inscrits

Montréal: 1er oct 20:12:07
Paris: 2 oct 02:12:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: La femme dans le silence vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 17 déc 2008 à 13:26
Modifié:  17 déc 2008 à 14:19 par Bestiole
Citer vertical_align_bottom

Pousse ma porte, ami, accroche ton manteau.
Assieds toi près de moi, le temps est au repos.
Entame le jambon, coupe toi donc du pain.
Et toi ma douce femme, apporte nous le vin.

Écoute-la, ami, ses mots, c’est du silence,
Un moment suspendu au centre d’une danse,
Sa parole se meurt avant que de paraître.
Ça n’est pas important, juste un peu de mal-être.
Regarde-la, ami, ses yeux sont des labours,
Les plaines de la Beauce y comptent à rebours
Son été finissant, grâce au vol d’une grive,
En automne doré qui doucement arrive.
Le blé y lèvera dès le prochain printemps
Dès le rire à venir, dès le premier instant
Où les fantômes noirs qui hantent son esprit
Quitteront à jamais le mitan de son lit.
Vois-tu dans son regard, c’est l’ombre d’un sourire
Qui disparaît souvent dans l’onde d’un soupir.
Mais il éclairera, un beau jour tu verras,
Son visage un peu triste. Un jour tu comprendras
Que chez nous, mon ami, point n’est besoin de fleurs
Sur notre cheminée. Mon bouquet, c’est son cœur.
Elle marche à petits pas, elle a peur de la foule.
Quelquefois elle pleure et quand sa larme coule,
Quand la peine l’étreint, la terre n’est plus ronde.
Je me sens si petit que là, je hais le monde
Parce que, mon ami, mais tu le sais déjà,
Je l’aime plus que tout, alors que ces gens-là
Lui demandent surtout, à elle si fragile,
Si peu elle, si peu, mais tellement docile,
Lui demandent surtout de penser tout comme eux.
Est-ce vraiment ainsi que l’on devient heureux?

Lève ton verre, ami ; trinquons à l’amitié
Et toi , mon bel amour, goûte un peu au rosé.
Le vin te met parfois des éclairs dans les yeux.
Mais il est vrai , ma foi, que tu en bois si peu.


 
Montaron Tran


Jouons!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
58 poèmes Liste
275 commentaires
Membre depuis
8 novembre 2008
Dernière connexion
27 mars
  Publié: 17 déc 2008 à 16:53 Citer vertical_align_bottom

Il me plaît bien ton poème, ami (poète)

Merci.

 
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 18 déc 2008 à 06:47 Citer vertical_align_bottom

Merci, mon ami. Levons nos verres à l'amitié , alors

 
fransua


Parce que les mots sont ma passion copyright00044468
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
899 commentaires
Membre depuis
19 mai 2008
Dernière connexion
23 mars 2011
  Publié: 22 déc 2008 à 11:59 Citer vertical_align_bottom

Il ressort une très belle émotion de tes mots et la chute est très réussie
Bravo pour ce poème qui chante l'amitié et l'amour tout en finesse

  Les amis sont des anges silencieux qui nous remettent sur nos pieds quand nos ailes ne se rappellent pas comment voler !
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 22 déc 2008 à 16:43 Citer vertical_align_bottom

Inspiré par Zola et ses oeuvres ?


Par certains côté j'ai l'impression... En tout cas j'aime très beaucoup...


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 23 déc 2008 à 09:45 Citer vertical_align_bottom

merci fransua et eriune de vos mots gentils

 
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 30 déc 2008 à 05:07 Citer vertical_align_bottom



Bonjour Joël, ton poème est magnifique, ... alors, oui, levons le verre... et buvons à l'amitié.. à la tienne !

amicalement

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 30 déc 2008 à 06:23 Citer vertical_align_bottom

merci Pierre. A ta santé. Merci de ton commentaire et bonne année.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1161
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0248] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.