Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 79
Invisible : 0
Total : 79
13565 membres inscrits

Montréal: 16 sept 11:48:46
Paris: 16 sept 17:48:46
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: L'automne Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
IciOuLa

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
1474 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2004
Dernière connexion
9 septembre
  Publié: 19 sept 2015 à 03:02
Modifié:  23 juin 2016 à 00:20 par IciOuLa
Citer     Aller en bas de page

Avant que juillet ne file
Le chat est retourné
A sa place

 
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 19 oct 2015 à 16:03 Citer     Aller en bas de page

Quel bon vent a dépouillé l'arbre de ton inspiration de toutes ses feuilles? Ah! Sacré IciOuLa. Ou peut-être que le vrai poème est ce qui vient après les mots, comme la vraie musique est ce qui nous reste en tête après le concert. Le chat est retourné à sa place. Nouvelle page ou retour à la normale? Qui vivra verra, I guess.

À bientôt!

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
IciOuLa

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
1474 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2004
Dernière connexion
9 septembre
  Publié: 14 mai 2016 à 14:17
Modifié:  14 mai 2016 à 14:42 par IciOuLa
Citer     Aller en bas de page

Pour une fois, et à ta demande Andjik, je vais commenter un de mes textes... Exercice délicat.

Ce texte nous parle d'une personne, le narrateur, qui regarde un chat.

Il nous dit que le chat est revenu à une place qui lui est manifestement habituelle - sa place, qu'il avait quittée et à laquelle il est revenu. Cette personne remarque que le mois de juillet tire à sa fin - mais il ne fait pas de doute que le chat n'en sait rien. Seul le narrateur le sait ; seul des deux, il sait ce que juillet signifie. Voire. Car le chat revient à une place précise ; et il y revient à ce moment précis. Le chat ne sait peut-être pas que juillet s'en va, mais il sait sans doute que quelque chose est fini. Et il sait que le temps est venu de retourner à sa place. Le chat était parti mais ce n'était pas définitif et il est retourné à une place qui lui était habituelle. Il a peut-être tenté quelque chose : l'a t-il réussi, avait-il raison de se déplacer pour cela ? Aucune indication, nous n'en savons rien. Le temps, semble-t-il, lui commande de rentrer. Et ce moment rejoint les pensées du narrateur regardant le chat, pour qui juillet est en train de filer. N'est-ce pas l'automne pour lui qui bientôt se profile ? Ne ferait-il pas mieux de retourner à sa propre place ?

Que dire de plus ? Ce texte bref nous parle à la fois du temps qui passe et de la fugacité de nos actions. De leur inanité peut-être. De l'illusion de nous-mêmes et de la flèche implacable du temps. Une sorte de néo-haïku... Et peut-être un écho au poème "Juin qui revient" publié quelque temps plus tôt ?

Vulnerant omnes ultima necat.

 
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 2 jan 2017 à 01:57 Citer     Aller en bas de page

Vulnerant omnes ultima necat

Chaque heure blesse. La dernière vous assassine. Puisse le chat être à sa place en 2017 et que cette année te soit un long printemps ininterrompu grand frère IciOuLa.

Amicalement!

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
19047 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 28 déc 2019 à 18:37 Citer     Aller en bas de page

Si le maître pouvait revenir regarder son chat et nous écrire de nouveau des poèmes ...

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
IciOuLa

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
1474 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2004
Dernière connexion
9 septembre
  Publié: 20 nov 2020 à 16:35 Citer     Aller en bas de page

Voilà.

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
19047 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 24 nov 2020 à 07:32 Citer     Aller en bas de page

Merci

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1521
Réponses: 6
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0229] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.