Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 20
Invisible : 0
Total : 21
· Pichardin
13321 membres inscrits

Montréal: 25 févr 11:01:06
Paris: 25 févr 17:01:06
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Kamal, de Kaboul à Strasbourg Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
75 poèmes Liste
853 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
24 février
  Publié: 20 déc 2019 à 13:06
Modifié:  20 jan 2020 à 14:44 par AllantVers
Citer     Aller en bas de page

Kamal, de Kaboul à Strasbourg


Des cris, du sang et le tonnerre
La peur, le feu, il pleut des pierres.

Au nom de cette guerre
Pour un dieu déclarée
Quand la foi devient fer
Les enfants sont armés
Et les mères amères
Pleurent leurs fils tombés.

Je ne vis pas sur terre
Je ne suis pas damné
Pour éprouver l'enfer.
Je veux mes pas guidés
Sur des chemins ouverts
Par les cieux éclairés.

Dans un pays sans guerre
Je vivrai désormais.
Dans cet adieu mes frères
Mon cœur se serre mais
Je pars vers la lumière
Que l'on nomme la paix.

A mes enfants offert
Le droit de ne rêver
Que de paisibles terres
Où je ne suis pas né
Mais que je serai fier
De leur avoir données

Demain je serai père
D'un fils aux yeux dorés
Ses rires et chimères
Me feront oublier.
Ecoutez ma prière
Je ne veux plus qu'aimer.

Strasbourg et ses lumières
Louent la Nativité
Sur la Place Kléber
J'arrive accompagné
Aujourd'hui plus qu'hier
L'amour est partagé.

Car tous mes nouveaux frères
Fêtent cet "enfant né"
Les cœurs à découvert 
Ne cherchent qu'à donner.
Quand soudain tel l'éclair
Surgit le forcené.

Des cris du sang et le tonnerre
La peur, le feu, je suis à terre.


.
Réfugié afghan à Strasbourg, Kamal a été assassiné devant ses enfants
le 11.12.2018 lors l'attentat perpétré au Marché de Noël.










  MariePaule
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
502 poèmes Liste
10099 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
25 février
  Publié: 20 déc 2019 à 13:22 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Marie-Paule,

J'aime beaucoup le rythme de ce texte, très dynamique qui file vers un désir de liberté et de lumières.
Avec l'arrivée d'un nouvel enfant,nul doute que les yeux sont tournés vers l'avenir. Même le pays cher reste dans le coeur.

Bises
Catherine

 
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
846 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
24 février
  Publié: 20 déc 2019 à 13:31
Modifié:  20 déc 2019 à 13:33 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Marie-Paule, deux vers percutants d'où jaillissent des images-choc marquent le début et la fin de cette histoire triste et inacceptable, l'encadrent pour ne pas l'oublier. Le rythme soutenu s'accorde parfaitement à la situation. Bel hommage rendu à cet homme qui d'une certaine façon a été rattrapé par ce qu'il fuyait, le tout écrit avec une belle sensibilité. A bientôt, Lucie.

 
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
1703 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
15 février
  Publié: 20 déc 2019 à 14:37 Citer     Aller en bas de page

Superbe Marie-Paule, je pense que c'est important de laisser parler ses émotions après avoir été bousculé par ces évènements. J'ai mis du temps également avant de pouvoir les exprimer.
Bel hommage à cette famille afghane.

  SHElene
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
217 poèmes Liste
12761 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
25 février
  Publié: 21 déc 2019 à 06:48 Citer     Aller en bas de page

Touchée...

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
75 poèmes Liste
853 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
24 février
  Publié: 28 déc 2019 à 04:35 Citer     Aller en bas de page

Catherine, Lucie, Hélène, Isabelle, Georges
Merci à tous d'avoir été touchés par ces modestes mots.
Il me tenait à coeur de rendre un hommage à cet homme dont la fin est si tragiquement absurde, car je connais une petite fille aux grands yeux clairs qui a perdu son tonton...

A bientôt;

MariePaule

  MariePaule
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 617
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0227] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.