Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 10
Invisible : 0
Total : 10
13334 membres inscrits

Montréal: 16 avr 21:30:24
Paris: 17 avr 03:30:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Le rocher des supplices Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
121 poèmes Liste
3537 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
22 mars
  Publié: 31 oct 2020 à 12:10
Modifié:  31 oct 2020 à 13:12 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Le rocher des supplices

Silencieusement, sur une mer obscure,
Comme un sombre fantôme avançait le drakkar.
Au milieu des vikings aux immenses carrures,
Thorgal était plongé dans un long cauchemar.

Einar-le-fou, colosse aux manières brutales,
Devant lui, brusquement, poussa le prisonnier.
Ils firent quelques pas dans la mer glaciale
Où se dressait un noir et lugubre rocher.

Une chaîne enserrait les poignets de Thorgal
Qui avait les deux bras attachés dans le dos.
« Avance, chien bâtard ! lui criait l'animal,
En tes poumons bientôt vont pénétrer les flots ! »

Einar passa la chaîne dans les deux anneaux
Fixés dans le rocher. C'était le lieu fatal
Où mouraient les captifs, comme des animaux,
Et c'est là que la mer engloutirait Thorgal...

Hélas ! à la merci de la montée des eaux,
Angoissant phénomène, effroyables prémices,
Le poète est pareil à ce noble héros
Que la bêtise enchaîne au rocher des supplices !





_____________________________________

2020

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1147 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
16 avril
  Publié: 31 oct 2020 à 14:36 Citer     Aller en bas de page


Bonsoir Georges-Alain,

Votre poème où s'accentue une peur montante nous donne à penser aux temps barbares que nous vivons de plus en plus, tapis dans les moindres recoins du monde occidental.
Les drakkars, aux proues sculptées d'effrayantes figures, apparaissaient pour les populations envahies, tels des monstres sortis tout droit des enfers ou de l'Hadès en crevant les brumes scandinaves. Et les vikings, eux aussi, sculptés en leurs corps ainsi que des athlètes, et guerriers implacables, faisaient peu de quartiers durant leurs razzias. Cependant combien de légendes nous ont-ils laissées.
J'ai beaucoup apprécié ma lecture en vivant l'aventure de Thorgal cet Ulysse nordique. Et le dernier quatrain de votre poème épique est une pierre lancée par le poète à ceux qui ont "des yeux et ne voient pas et des oreilles et n'entendent pas." Tout jugement de valeur exclu.



" Hélas ! à la merci de la montée des eaux,
Angoissant phénomène, effroyables prémices,
Le poète est pareil à ce noble héros
Que la bêtise enchaîne au rocher des supplices."

Merci Georges-Alain. Portez-vous bien et réjouissez-nous encore par votre talent de conteur.

Amitiés.
JMJ

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
234 poèmes Liste
16931 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
16 avril
  Publié: 1er nov 2020 à 11:34 Citer     Aller en bas de page

Heureux de te lire
de nouveau

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
LE PASSANT


La plume peut être l'arme de nos révolte comme son encre peut être l'arme de notre conscience THOMAS
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
124 poèmes Liste
3012 commentaires
Membre depuis
9 août 2006
Dernière connexion
23 décembre 2020
  Publié: 1er nov 2020 à 12:42 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Poète tu as bien réussi à faire monter l'angoisse, tu nous décris fort bien la scène, c'est ce que j'ai beaucoup aimé...

Merci Poète

Mes amitiés Yvon

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
166 poèmes Liste
4903 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
3 avril
  Publié: 1er nov 2020 à 13:12 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Le Poète,

Vous êtes si rare depuis deux ans que l'on viendra toujours lire vos poèmes, si tristes soient-ils. Cette incursion scandinave que je qualifierai d'apologue me fait retrouver intacte votre éloquence.

Amicalement
jlouis

  Poésie, la vie entière
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
121 poèmes Liste
3537 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
22 mars
  Publié: 1er nov 2020 à 13:49
Modifié:  1er nov 2020 à 13:55 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Chers amis, merci pour vos commentaires, qui me touchent beaucoup :

Jacques-Marie JAHEL

Merci pour votre commentaire, lui-même empreint de romanesque quand vous décrivez les drakkars, "monstres sortis tout droit des enfers ou de l'Hadès en crevant les brumes scandinaves". Merci d'avoir aussi bien perçu cela, à partir de quelques mots. Une description qui dépasse le poème !
Merci d'avoir perçu Thorgal comme un Ulysse nordique, ce qui est tout à fait vrai.

A bientôt

Mido,
merci ; content de te retrouver également.

Yvon
Merci d'avoir bien perçu cette scène, avec cette marée menaçante... (D'ailleurs, je ne sais plus comment Thorgal parvient à s'en sortir...)

Jean-Louis
Merci d'avoir assisté à cette scène angoissante, au coeur de la Scandinavie, où sévit la brutalité vikingnienne !



  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
1680 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
5 avril
  Publié: 23 févr à 14:21
Modifié:  23 févr à 14:22 par Flora Lynn
Citer     Aller en bas de page

Le Poète Masqué,
Un magnifique poème qui frappe notre imaginaire en décuplant la corpulence des Vikings qui paraissent être des géants sortis d'un mythe, ce qui donne à Thorgal une apparence particulièrement fragile comme s'il n'était qu'un jouet entre leurs mains et qui les fait ressembler aux forces du destin qui parfois nous imposent des événements contre lesquels on ne peut lutter.
Amitiés sincères

  Flora Lynn
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
121 poèmes Liste
3537 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
22 mars
  Publié: 27 févr à 06:26 Citer     Aller en bas de page

Citation de Flora Lynn
Le Poète Masqué,
Un magnifique poème qui frappe notre imaginaire en décuplant la corpulence des Vikings qui paraissent être des géants sortis d'un mythe, ce qui donne à Thorgal une apparence particulièrement fragile comme s'il n'était qu'un jouet entre leurs mains et qui les fait ressembler aux forces du destin qui parfois nous imposent des événements contre lesquels on ne peut lutter.
Amitiés sincères



Bonjour Flora Lynn,

Merci d'avoir aussi bien perçu le poème, et d'avoir laissé ce commentaire.

A bientôt

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 302
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0251] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.