Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 33
Invisible : 0
Total : 33
13674 membres inscrits

Montréal: 26 oct 07:34:18
Paris: 26 oct 13:34:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: De la vie et du temps.... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
348 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 11 juin à 20:20
Modifié:  20 juin à 01:43 par frank .T
Citer     Aller en bas de page

Il en est de nos vies comme du ciel changeant
De nuages un jour puis d’azur ruisselant
De larmes inextinguibles telles des pluies d’automne
De colères furies en langueurs monotones

Nous allons nez au vent, guillerets, sautillants
Du printemps à l’été, de la neige aux moissons
Et chaque jour s’ajoute à celui précédent
Et quand l’année s’achève reviennent les saisons

La ronde semble infinie, le jeu pourrait durer
Plus que la vie d’un homme peut-on imaginer
Nous avons tout le temps de vivre ces instants
Ils ne sont pas grand chose, presque rien, du néant

Mais les saisons reviennent de plus en plus souvent
Les secondes s’égrènent comme épis de froment
Sous le lourd poids des meules des moulins surannés
Et les heures sont mois et les jours des années

Et puis le temps nous use à force de passer
Alors nos souvenirs comme autant de regrets
Au lieu de nous porter à de pieux sacrifices
Laissent sur notre corps de sombres cicatrices...

  Au plaisir de vous lire...
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
751 poèmes Liste
15975 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 14 juin à 03:15 Citer     Aller en bas de page



Bonjour, che Frank...la vie nous offre ces jours un peu trop de soucis...rassemblons nos resources, utilisons notre créativité et...esperons. Toujours !

Bisoux

Lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
348 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 16 juin à 12:23 Citer     Aller en bas de page

Ciao Bella,
Malheureusement la vie n’est pas un long fleuve tranquille, Dieu sait si je peux en parler, mais, par les temps qui courent, elle est un peu trop souvent, une potion indigeste. Espérons en des jours meilleurs...même si le doute me hante
Tanti bacci 😘

  Au plaisir de vous lire...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 16 juin à 13:14 Citer     Aller en bas de page

Eh oui, Franck...c'est un lot très partagé...
Le vie un fleuve tranquille ? Certes non, mais à toutes époques, les harpies chagrineuses se sont déchaînées...nous n'en sommes pas à la première catastrophe, ce qui n'est pas une consolation.
Je hante ton doute mais je n'ai pas la formule pour l'apaisement. Sinon qu'il est de moments où l'on se surprend à être "hors réalité". Ou d'en douter. Un rire s'immisce...on ne sait pourquoi. On se laisse emporter par une ivresse naturelle qui tient de l'allégresse alors que tout se noie. En "up" and down".
Et la course folle est là pour se donner l'"air de", mine de rien...Parce que c'est un secret...juste en nous. Et qui n'est pas propre à notre volonté mais à un pouvoir inconnu...y'a pas de recette, y'a pas de prescription. Souvent, on s'use très jeune, ce qui ne nous empêche pas de jouer à la roulette russe.
Mais fi de , c'est bien écrit...


Amitiés...
Riagal...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
348 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 17 juin à 09:56 Citer     Aller en bas de page

Merci de votre lecture et de la bienveillance de votre analyse. Les harpies - ou plutôt les furies pour ce qui me concerne - subliment leur capacité destructive d’un parfum d’acharnement qui confine au nauséabond. Perdre pied n’est pas très grave si la tête demeure mais lorsque tout s’écroule autour de soi, lorsque s’en vont la terre et les pierres qui faisaient nos ancrages le malheur n’est pas loin et la tristesse règne.
Bien cordialement

  Au plaisir de vous lire...
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
601 poèmes Liste
26160 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 19 juin à 03:56 Citer     Aller en bas de page

C'est malheureusement une vie incertaine avec son flot de douleurs, de tristesse, d'incompréhension, il nous faut faire face à des esprits destructeurs, la baguette magique n'existe pas, alors faisons face, n'acceptons pas tout.
Le fleuve tranquille? J'en doute, comme les océans et les mers, les tempêtes, les cyclones nous submergent. Non la vie n'est pas cette eau dormante.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
58 poèmes Liste
829 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 19 juin à 11:49 Citer     Aller en bas de page

Bonjour, frank .T,

Bien dit, vous êtes un poète-philosophe. À cet effet, cette phrase d'un certain penseur : « La vie est une affaire qui ne fait pas ses frais. »

La solution ? La chercher... sans jamais s'identifier et ne jamais se perdre de vue, soi.



X.

  Je dis vague, donc je suis poète. ~Xuyozi
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
348 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 23 juin à 05:44 Citer     Aller en bas de page

Merci de votre passage et de la délicatesse de votre analyse.
La vie est complexe - c’est là certainement ce qui fait son charme - mais il est bon de se savoir compris.
Bonne continuation

  Au plaisir de vous lire...
hindou
Impossible d'afficher l'image
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible aux yeux
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
13 commentaires
Membre depuis
26 janvier
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 6 juil à 06:32 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Frank

Superbe poème qui décrit merveilleusement bien le temps qui passe, impassible, immuable et étranger à notre condition humaine de mortels torturés !

Merci

 
hindou
Impossible d'afficher l'image
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible aux yeux
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
13 commentaires
Membre depuis
26 janvier
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 6 juil à 06:32 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Frank

Superbe poème qui décrit merveilleusement bien le temps qui passe, impassible, immuable et étranger à notre condition humaine de mortels torturés !

Merci

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 316
Réponses: 9
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0282] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.