Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 11
Invisible : 0
Total : 11
13326 membres inscrits

Montréal: 28 févr 19:50:27
Paris: 1er mars 01:50:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: La plage du vide Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
836 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
28 février
  Publié: 6 mai 2019 à 04:46
Modifié:  6 mai 2019 à 10:09 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Jonas était plongé dans son monde, je savais qu'il nous écoutait d'une oreille distraite. On venait d'évoquer une partie de pêche, Grégoire était enthousiaste :
— M'sieur, m'sieur on peut y aller demain ?
J'étais le Mono de huit gamins, âgés de neuf à dix ans. Depuis que nous étions arrivés sur l'île, nous avions eu le temps de faire connaissance. Jonas était encore sous le choc car ses parents l'avaient parachuté dans cette colo.
Gaspard le têtard, surnom dû à cette habitude qu'il avait conservé de téter son pouce parlait doucement avec un amusant zézaiement. Tony et Fredy étaient des jumeaux turbulents. Perceval avait toujours une bêtise à faire. Tintin, qui ne disait pas un mot sans dire un — p'tin !
— P'tin la belle meuf !, p'tin la piaule ! et au réfectoire, p'tin encore des fayots !
Grégoire était toujours partant pour les activités, quelles qu'elles soient.
Le petit Vladislas , devait sans doute être un rescapé du Bolchoï, il ne tenait pas en place. C'était un sacré zigoto gigotant sans arrêt, une pirouette par-ci, un sautillement par là.

J'avais huit gamins à distraire avec un large panel d'activité. Ils aimaient les jeux d'approche que j'avais organisés dans la forêt, la construction de cabanes, il était temps de découvrir les rivages de l'île et la mer.
Après avoir obtenu l'accord du directeur, nous avions préparé avec fébrilité le matériel, la logistique ça ne s'improvise pas. Notre sortie fut prévue pour le lendemain après le repas du midi.

Le jour venu au cours du repas, les enfants s’étaient montrés de plus en plus impatients :
— M’sieur, qu’est-ce qu’on va utiliser comme appâts ?
— On a des vers de farine et du pain.
— M’sieur, dit Gaspard, moi z’aime bien le poisson, on pourra les manzer ceux qu’on va attraper ?
— Oui mon Gaspard, on pourra même les cuisiner.
— P’tin ! le chouette grayon qu’on va faire ! pensait tout haut tintin en se reléchant les doigts. Jonas, tout en balançant doucement sa tête d’avant en arrière marmonnait : — poisson, poisson, poisson… Vladislas, s’était écrié — Super ! on pourra les faire griller sur un feu près de la cabane. Autour de nous, aux autres tables toutes les discussions portaient sur le groupe qui allait partir à la pêche. Les autres enfants semblaient envieux.

Le repas terminé, on s’était préparé, on avait récupéré le matériel et nous étions partis en direction de la plage. Elle se situait près du port dans le village de pêcheurs. Tout près d'une jetée qui s'avançait assez loin en mer, j’y avais prévu notre séance de pêche, les pêcheurs y étaient souvent à l’œuvre.

Le temps était radieux ce jour-là, le soleil brillait dans un grand ciel bleu, nous marchions à l’ombre de la pinède le long du chemin qui menait au village. On entendait quelques mouettes qui riaient dans le ciel.
— Moi ze veux attraper des truites, zadore les truites bien grillées nous avait dit Gaspard.
— Moi je veux pêcher un requin s'était enflammé Vladislas qui sautillait et s’y voyait déjà.
— P’tin ! Pourquoi pas une baleine avait ajouté Tintin.
— Baleine, baleine, baleine avait repris en écho le petit Jonas.
Les enfants avaient accéléré le pas, Fredy et Tony faisaient un duel avec leurs cannes à pêche, je les avais rappelés à l’ordre, on arrivait à l’entrée du village de Saint-Martin. Les enfants s'arrêtèrent au bord du chemin près d'un poste téléphonique sur un poteau. On aurait dit une antiquité, il était écrit dessus « Secours Police ».
— P’tin c’est quoi ce truc ? Avait dit Tintin, j’avais répondu très sérieusement :
— Ça c’est pour... si jamais la baleine avale Jonas, on peut venir ici et appeler les secours. Les enfants avaient éclaté de rire puis on était entré dans le village. Les gens nous regardaient passer, il y avait quelques touristes et autochtones, sans doute d’anciens pêcheurs.
Aux abords du bistrot, quatre papis firent la réflexion :
— Alors les enfants, on va à la pêche ?
— Oui, on veut attraper la baleine.
— Moi je veux pêcher un requin.
— Moi ze veux attraper des truites .
— Baleines, baleines, baleines… répétait Jonas. Fredy et Tony faisaient de grands moulinets avec leurs cannes à pêche. Un des papis l’air goguenard fit la remarque : — Vous n’avez pas entendu l’avis de tempête ? La mer est démontée !
— P’tin ! n’importe quoi !
— Ben pour la peine, on vous z’en donnera pas de nos truites !
— Ni du requin.
— Ni de la baleine.
— Démontée, démontée, démontée…
— Bonne pêche les gamins ! (dans un éclat de rire)
On avait repris le chemin de la plage et traversé la place du village pour s’approcher de la jetée et voir la mer. Arrivé devant nous, Perceval avait pointé l'horizon du doigt, il semblait stupéfait comme s’il avait trouvé le Graal.
— P’tin c’est quoi ce délire ! ça chlingue !
— La mer est démontée !
— Wouahou Zai zamais vu ça !
— Ben ça alors, les poissons on va pouvoir les ramasser à la main.
— M’sieur, elle est où la mer ?
— Où la mer, où la mer, où la mer, marmonnait Jonas.
J’avais complètement oublié les marées, plus exactement la grande marée, la mer ne reviendrait pas avant plusieurs heures. À perte de vue on ne voyait que de la vase, une terrible odeur d’algues pourries venait du large. J’étais rouge de honte et le plus terrible était que nous allions devoir repasser devant le bar des papis pour retourner bredouille à la colonie.



 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
242 poèmes Liste
5845 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 février
  Publié: 6 mai 2019 à 10:11 Citer     Aller en bas de page

Ha ha ! Grand-guignolesque ! J'adore.

Je crois qu'on a tous vécu un truc comme ça dont on n'est pas vraiment fier... Peut-être raconterai-je la mienne un jour où la poésie le laissera en plan.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
3016 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
23 janvier
  Publié: 6 mai 2019 à 12:00 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Fried

Effectivement, la logistique, ça ne s'improvise pas ! Les heures des marées non plus elles devraient rentrer dans la logistique si... on veut vraiment pêcher !

Après, au-delà cette aventure sympathique, celui qui m'interpelle le plus est le petit Jonas, autiste ?! Si c'est le cas, bravo d'introduire un enfant comme lui dans un groupe de huit et de le faire participer. Et" re-bravo "aux autres enfants qui ne se moquent pas et ne relèvent pas les répétitions de Jonas. Peut-être suis-je dans l'erreur mais c'est ce que je ressens ! Déformation professionnelle peut-être, j'étais AF.

Merci pour ce beau partage burlesque et touchant.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
1703 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
15 février
  Publié: 6 mai 2019 à 14:21 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Fried au nez rouge
Ca sent le vécu tout ça! J'aime tes ambiances ludiques et bien vivantes! Une petite touche du P'tit Nicolas qui aurait quitté la capitale.

  SHElene
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
10 février
  Publié: 6 mai 2019 à 15:50 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Fried,

J'ai adoré te llire !
C'est plein d'humour !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
836 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
28 février
  Publié: 7 mai 2019 à 05:58 Citer     Aller en bas de page

Ah oui, In poésie il faut que tu racontes :-)
Hello Mawr, oui il avait des signes d'autisme le petit Jaunas.
Merci Shelene, des histoires style petit Nicolas j'en ai encore quelques unes comme çà :-) oui c'est des souvenirs de mes premiers job.
Merci Sybilla, amitié
Francis.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 674
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0256] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.