Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 14
Invisible : 0
Total : 19
· monthery · Dimitryet · Lachésis (Moirae) · JYL
Équipe de gestion
· Ashimati
13218 membres inscrits

Montréal: 8 déc 05:23:20
Paris: 8 déc 11:23:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Tout est noir vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 11 juil à 16:47 Citer vertical_align_bottom

La ville est noire de monde
Je ne vois plus tes yeux
Là, dans ces gouffres immondes
Je m'enfonce peu à peu

Les quais sont noirs de monde
Je ne sens plus ta main
Kilomètres à la ronde
Quand est-ce que tu reviens

La route est noire de monde
Je pisse mon chagrin
Quand la nuit vagabonde
Sur nos rêves incertains

Le ciel est noir de monde
Mais je voulais voler
Je recherche les ondes
Que ton corps a laissé

Tout est trop noir de monde
Et mon âme décline
À cette absence qui gronde
La frontière est trop fine.

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Syrille

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
643 commentaires
Membre depuis
25 août 2021
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 12 juil à 09:47 Citer vertical_align_bottom

...

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
704 poèmes Liste
28531 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 12 juil à 11:47 Citer vertical_align_bottom

La chanteuse Colette Deréal chantait "on se reverra un jour" cela conviendrait bien à ton désarroi
Bien amicalement
ODE

  OM
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
129 poèmes Liste
1283 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
10 novembre
  Publié: 13 juil à 14:35 Citer vertical_align_bottom

Un seul être vous manque et tout est... surpeuplé.

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
192 poèmes Liste
4182 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
4 décembre
  Publié: 14 juil à 10:23
Modifié:  15 juil à 01:59 par RiagalenArtem
Citer vertical_align_bottom

J'ai vu, j'ai lu mais je n'ai pas pu venir avant de le "dire", là je prends sur un break, comme d'hab' le temps de souligner combien j'apprécie cette écriture quand le "triste" ne "geint" pas...une "monocordie" qui n'est pas monotone dans le phrasé de cette nuit qui n'en finit pas.
Edit'...et je file...

Amicalement ...
Riagal....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 15 juil à 11:45
Modifié:  15 juil à 14:48 par Stegobulle
Citer vertical_align_bottom

Cyrille merci...
Ode, merci de ton passage, je ne connais pas cette chanson mais je vais l'écouter , après, se revoir un jour, oui sans doute, mais pas avant très longtemps...
AllantVers, quand j'ai cette envie de rester seul, je "déteste" tout le monde... pas méchamment.
RiagalenArtem, merci beaucoup pour ton avis, j'espère que la nuit en question s'est bien passée.

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 266
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0222] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.