Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Les parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 97
Invisible : 0
Total : 98
· Dukes Forever
13295 membres inscrits

Montréal: 21 février 17:39:41
Paris: 21 février 23:39:41
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Ice cage vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Lykan


Scientia potentia est
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
1874 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
Aujourd'hui à 02:28
  Publié: 10 févr à 05:47 Citer vertical_align_bottom


Dans un recoin enchanté des Vosges

Ice cage

Comme un napalm gelé sur ta sensible peau
Se déposent les mots que l’amour a vomis,
A l’ombre ou dans la nuit, les vertiges promis
Ne sont plus qu’un vestige, un putride dépôt.

Je t’ai ensorcelée, te voilà, triste amante,
Prisonnière à jamais de ton cocon de vert,
Paralysée, transie, dans ce mordant hiver
Tu es vêtue de menthe, émeraude démente.

Sur ton cœur et le mien un blizzard a mugi,
A volé la chaleur de ton corps enflammé…
Il s’est nourri de toi ce bourreau affamé,
Transformant la romance en macabre élégie.

Quand la glace a saisi le végétal mourant,
La morbide beauté se fige en une stase,
Le temps lui-même dort en étirant l’extase
De l’emprise acérée du linceul transparent.


Lykan, le 10 Février de l’An de Grâce 2024, Deuxième Lune Morte de l'année

 
plume-éphémère


vivre,c'est faire de son rêve un souvenir
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
187 poèmes Liste
3196 commentaires
Membre depuis
13 septembre 2022
Dernière connexion
Il y a -299 minute
  Publié: 10 févr à 06:20 Citer vertical_align_bottom

le mordant de l'hiver a englouti la nature l'habillant de verre, elle paraît engoncée dans cet habit trop étroit, semblant à nos yeux avoir grossi, elle se réfugiera dans les bras salvateurs des rayons pâles d'un soleil hivernal...
là encore on est sublimés par la beauté de tes mots, un vrai régal de lecture
yann

  fleur du mâle tu es le parfum de mon âme qui est à fleur de peau et quand tu effleures ma peau s'affleurent nos âmes
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
241 poèmes Liste
17980 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
Il y a -298 minute
  Publié: 10 févr à 06:35 Citer vertical_align_bottom

Ça me donne l'image d'un coeur
Glacé par la tristesse
Un écrit superbe

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
7288 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
Il y a -288 minute
  Publié: 10 févr à 07:40
Modifié:  10 févr à 07:44 par rimarien
Citer vertical_align_bottom

Bonjour Lykan
J’avais décidé d’hiberner quelque temps, tu as le chic pour me faire sortir de ma tanière avec ce poème au summum du symbolisme avec deux éléments opposés qu’on retrouve tout au long du poème : la chaleur, le feu incarné par le napalm🔥 qui enflamme les corps et le froid qui les fige, en illustration cette sublime photo de stalactites végétales sans oublier tout le symbolisme de la cage de verre.
Je résume : fond et forme 👍
Celui qui a vu au moins une fois ces photos de la guerre du Vietnam avec ces villages bombardés au napalm, ne peut être insensible à la puissante symbolique de ce poème.
Je vais le mettre bien au chaud chez moi et surtout ne pas le classer comme un vulgaire fait divers !
Amicalement
JC

  Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
466 poèmes Liste
8242 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
Il y a -282 minute
  Publié: 10 févr à 08:43 Citer vertical_align_bottom

Le temps, lorsqu'il est de saison, en ce poème, l'hiver, a ce pouvoir de figer la nature, comme il le désire...

Les tiges vertes se transforment en stalactites, transparents et glacés...

Ton poème décrit bien cet état de fait, que l'on peut considérer comme proche de la mort...

Amicalement...

Hubix.

 
Mathilde


Nous mangeons tous du miel par le bout d'une épine...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
712 commentaires
Membre depuis
17 novembre 2023
Dernière connexion
Il y a -262 minute
  Publié: 10 févr à 16:18
Modifié:  10 févr à 16:23 par Mathilde
Citer vertical_align_bottom

Bonjour LYKAN 😉👍un texte d'une profondeur que j'adore... Waouh mais quel délice de lecture....
Le cœur gelée par un froid qui s'installe...
Tel un cœur mort en hibernation du mal...
Figé et tellement poétique...😉👍
Et cette illustration sublime qui nous montre une image des plus captivante et triste en même temps...
Comme ci le temps c'est arrêté....
Merci énormément pour ce merveilleux partage LYKAN et bravo 👏
Avec mes amitiés poétiques 😉👍
Bien à vous
Bise 😚
Mathilde.

  Les goûts, les couleurs, Ne se discutent pas, Pour les cœurs, À hautes voix, ou tout bas, Il n'y a pas d'amour sale, Certaines émotions , parfois banales, Peuvent heurter, un public averti, Par certains vers, de quelques écrits. Je touche ainsi tout domaines , Du triste, au
Dimitryet

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
45 commentaires
Membre depuis
27 mars 2019
Dernière connexion
Il y a -299 minute
  Publié: 12 févr à 03:28 Citer vertical_align_bottom

Dans le paradis d'Amour les fruits ne pourrissait pas, mais se transformaient en sol avec des aromes.
+
Mais la bête bêtise a pris possession de cela en partie pour l'humanité. Après on fait le choix entre le narcissisme et le narcisse de Saron du vrai paradis de Cantique des Cantiques.

 
Dominique Bouy

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
86 poèmes Liste
1545 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
Il y a -299 minute
  Publié: 12 févr à 05:52 Citer vertical_align_bottom

Beau texte transparent. Amicalement.

 
Bella de Vnirfou


Le bonheur à quatre (pattes).
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
1098 commentaires
Membre depuis
14 avril 2023
Dernière connexion
Il y a -110 minute
  Publié: 12 févr à 08:39 Citer vertical_align_bottom

Magnifique

  Gémir vaut mieux qu'un long discours.
Lykan


Scientia potentia est
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
1874 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
Aujourd'hui à 02:28
  Publié: 12 févr à 15:49 Citer vertical_align_bottom

Citation de plume-éphémère
le mordant de l'hiver a englouti la nature l'habillant de verre, elle paraît engoncée dans cet habit trop étroit, semblant à nos yeux avoir grossi, elle se réfugiera dans les bras salvateurs des rayons pâles d'un soleil hivernal...
là encore on est sublimés par la beauté de tes mots, un vrai régal de lecture
yann



Fidèle Yann, je te remercie à nouveau pour ton appréciation bienveillante.
Les pâles rayons d'un soleil hivernal sauront peut-être ranimer cette pauvre amante ensorcelée.
Juste le plaisir d'y croire, d'y voir un espoir, ça fait toujours du bien.

Citation de mido ben
Ça me donne l'image d'un cœur
Glacé par la tristesse
Un écrit superbe



Je ne l'avais pas vu ce cœur ! Cette plante m'avait fait penser à une mante religieuse mais vous avez raison, on peut y voir ce symbole d'amour.
Merci pour cette révélation.

Citation de rimarien
Bonjour Lykan
J’avais décidé d’hiberner quelque temps, tu as le chic pour me faire sortir de ma tanière avec ce poème au summum du symbolisme avec deux éléments opposés qu’on retrouve tout au long du poème : la chaleur, le feu incarné par le napalm🔥 qui enflamme les corps et le froid qui les fige, en illustration cette sublime photo de stalactites végétales sans oublier tout le symbolisme de la cage de verre.
Je résume : fond et forme 👍
Celui qui a vu au moins une fois ces photos de la guerre du Vietnam avec ces villages bombardés au napalm, ne peut être insensible à la puissante symbolique de ce poème.
Je vais le mettre bien au chaud chez moi et surtout ne pas le classer comme un vulgaire fait divers !
Amicalement
JC



C'est trop d'honneurs que d'être sorti de votre tanière pour exprimer vos ressentis et mettre ce poème dans vos favoris, j'apprécie pleinement.
J'aime beaucoup glisser des symboles dans mes écrits, certains y sont sensibles, d'autres non...
Je les ai vues ces images atroces du Vietnam et je ne pourrais plus y poser mes yeux mais elles sont en moi, éternellement, pour me rappeler que s'il y a du bon dans l'humanité, il y a aussi tout son contraire, hélas.
Mes amitiés en retour.

Citation de Hubix-Jeee
Le temps, lorsqu'il est de saison, en ce poème, l'hiver, a ce pouvoir de figer la nature, comme il le désire...

Les tiges vertes se transforment en stalactites, transparents et glacés...

Ton poème décrit bien cet état de fait, que l'on peut considérer comme proche de la mort...

Amicalement...

Hubix.



Je me sens honoré par vos mots sous les miens.
Entre la stase et la mort, il n'y a peut-être qu'une question d'échelle, ou de dimensions.
Les mystères de l'univers sont loin de nous appartenir...

Mes amitiés en retour.

Citation de Mathilde
Bonjour LYKAN 😉👍un texte d'une profondeur que j'adore... Waouh mais quel délice de lecture....
Le cœur gelée par un froid qui s'installe...
Tel un cœur mort en hibernation du mal...
Figé et tellement poétique...😉👍
Et cette illustration sublime qui nous montre une image des plus captivante et triste en même temps...
Comme si le temps s'est arrêté....
Merci énormément pour ce merveilleux partage LYKAN et bravo 👏
Avec mes amitiés poétiques 😉👍
Bien à vous
Bise 😚
Mathilde.



Oui Mathilde, vous avez tout ressenti comme moi.
C'est cette photo qui m'a inspiré ces mots.
Le temps n'existe pas... il peut donc en effet s'arrêter.

Mes amitiés poétiques en retour.

Citation de Dimitryet
Dans le paradis d'Amour les fruits ne pourrissait pas, mais se transformaient en sol avec des aromes.
+
Mais la bête bêtise a pris possession de cela en partie pour l'humanité. Après on fait le choix entre le narcissisme et le narcisse de Saron du vrai paradis de Cantique des Cantiques.



Je connais mieux la physique quantique que le Cantique des Cantiques, mais ils doivent avoir en commun ce côté inaccessible au commun des mortels.

Citation de Dominique Bouy
Beau texte transparent. Amicalement.



Merci Dominique pour cette appréciation appréciée.
Mes amitiés en retour.

Citation de Bella de Vnirfou
Magnifique



Venant de votre brillante plume, je rougis un peu...
Merci !

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
220 poèmes Liste
4626 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
Il y a -297 minute
  Publié: 12 févr à 15:53 Citer vertical_align_bottom

Non seulement la photo (fusion de la pourriture de ces plantes dans leur gangue de glace, une cryogénie pour l'éternité en attendant - pas Godot - mais la fonte mortifère ?) est en parfaite adéquation avec ce poème qui à la lecture jette ses brûlures et ses glaciations à même les sens, à même la peau (comme un "never more", à propos de Poe).
Ok, la forme est aux sommets (du glacier). Mais ce qui est plus important à mes yeux d'eau cobalt, ce sont les sonorités et ici :

"Je t’ai ensorcelée, te voilà, triste amante,
Prisonnière à jamais de ton cocon de vert,
Paralysée, transie, dans ce mordant hiver
Tu es vêtue de menthe, émeraude démente."
Là, chapô, Lykan. J'ignore pourquoi mais j'adore ce vers rongeur.
(p'têt parce que je suis rongé aussi...)...émeraude démente vêtue de mante ou de menthe. Fallait le "fer" qui a cogné sur mon Mono-neurone ici là mais si las !

C'est tout...(mon com' est brut de décoffrage...)
Amicalement...
Riaga.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Syrille

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
1063 commentaires
Membre depuis
25 août 2021
Dernière connexion
Il y a -255 minute
  Publié: 12 févr à 16:16
Modifié:  12 févr à 16:24 par Syrille
Citer vertical_align_bottom

Bonsoir Lykan,

De très belles rimes font résonner ces alexandrins parfaits; on reconnaît ici tout le brio de leur auteur.

Puissance d'évocation, certes, mais nuance du propos; j'ai cru y lire des accents baudelairiens pour qui la beauté peut naître du mal - ici de relents de putréfaction.

À travers l'allégorie végétale, on aimerait lire ou entendre ce que dit cette amante émeraude - joyau tel un soleil noir qui brille sous la glace?

C'est comme si votre plume ne la faisait non plus parler, car les mots se déposent sur elle sans réponse, mais agir cette amour défunte à la manière d'une prosopopée, figure de style qu'affectionnait le poète "maudit".

Toute paralysée, elle ne s'épanouit pas moins dans l'esprit de ceux qui sont toujours là pour recueillir sa promesse.

Bravo!

Amitiés

 
Lykan


Scientia potentia est
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
1874 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
Aujourd'hui à 02:28
  Publié: 13 févr à 10:55
Modifié:  13 févr à 10:56 par Lykan
Citer vertical_align_bottom

Citation de RiagalenArtem
Non seulement la photo (fusion de la pourriture de ces plantes dans leur gangue de glace, une cryogénie pour l'éternité en attendant - pas Godot - mais la fonte mortifère ?) est en parfaite adéquation avec ce poème qui à la lecture jette ses brûlures et ses glaciations à même les sens, à même la peau (comme un "never more", à propos de Poe).
Ok, la forme est aux sommets (du glacier). Mais ce qui est plus important à mes yeux d'eau cobalt, ce sont les sonorités et ici :

"Je t’ai ensorcelée, te voilà, triste amante,
Prisonnière à jamais de ton cocon de vert,
Paralysée, transie, dans ce mordant hiver
Tu es vêtue de menthe, émeraude démente."
Là, chapô, Lykan. J'ignore pourquoi mais j'adore ce vers rongeur.
(p'têt parce que je suis rongé aussi...)...émeraude démente vêtue de mante ou de menthe. Fallait le "fer" qui a cogné sur mon Mono-neurone ici là mais si las !

C'est tout...(mon com' est brut de décoffrage...)
Amicalement...
Riaga.



Mono-neurone mon oeil ! Plutôt un réseau hors du commun où des connexions improbables se font et se défont...
J'ai trouvé ce "com brut de décoffrage" comme tu l'écris très intéressant, des impressions captées et partagées sur le vif, ça donne un autre aperçu de ce que l'on peut ressentir du côté lecteur.
Je vais essayer de faire de même sur le prochain commentaire que je vais te laisser, j'espère qu'il sera à la hauteur lui aussi (je parle du commentaire bien entendu).

Merci pour ton passage toujours apprécié.
Mes amitiés en retour.

Citation de Syrille
Bonsoir Lykan,

De très belles rimes font résonner ces alexandrins parfaits; on reconnaît ici tout le brio de leur auteur.

Puissance d'évocation, certes, mais nuance du propos; j'ai cru y lire des accents baudelairiens pour qui la beauté peut naître du mal - ici de relents de putréfaction.

À travers l'allégorie végétale, on aimerait lire ou entendre ce que dit cette amante émeraude - joyau tel un soleil noir qui brille sous la glace?

C'est comme si votre plume ne la faisait non plus parler, car les mots se déposent sur elle sans réponse, mais agir cette amour défunte à la manière d'une prosopopée, figure de style qu'affectionnait le poète "maudit".

Toute paralysée, elle ne s'épanouit pas moins dans l'esprit de ceux qui sont toujours là pour recueillir sa promesse.

Bravo!

Amitiés



Cher Syrille,

Je suis toujours sensible à tes remarques éclairées, elles sont réfléchies et pertinentes.
Les références au "maudit" c'est bien vu, je n'ai pourtant pas essayé de le copier, car je sais son talent inégalable.
J'ai toujours les Fleurs du mal sur moi, en version papier, et où que j'y pose mes yeux, au hasard d'une page, je ressens à chaque fois l'incroyable gouffre qui sépare son talent de celui de tous les rimailleurs dont je fais partie et que l'on peut lire actuellement.
C'en est presque désespérant mais on écrit aussi pour la satisfaction personnelle, pour la magie de combiner les mots à la manière qui nous semble la plus belle...

Là, l'inspiration est vraiment venue de la photo qui m'a fait penser à ce fameux insecte impitoyable. De la mante à l'amante il n'y eut qu'un pas et je trouvais originale l'idée de la transformer en plante gelée. Ce n'est donc pas autobiographique, ouf, je n'ai ensorcelé personne !!

Un grand merci pour le temps que tu as pris pour ce poème.

Reçois mes amitiés en retour.

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
796 poèmes Liste
16904 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
Il y a -225 minute
  Publié: 13 févr à 13:05 Citer vertical_align_bottom


De la grande classe dans le choix de la photo et puis des vers crées por la rendre "vivante" à nos yeux aussi.

lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Lykan


Scientia potentia est
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
1874 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
Aujourd'hui à 02:28
  Publié: 13 févr à 15:04 Citer vertical_align_bottom

Citation de Galatea belga

De la grande classe dans le choix de la photo et puis des vers crées pour la rendre "vivante" à nos yeux aussi.

lilia



Très heureux Lilia que tu aies aimé cette photo et le poème qu'elle a inspiré.
Merci beaucoup pour tes mots sous les miens, j'apprécie vraiment.

 
Mystic4Ever


Aux plumes bien dotées, le talent n’attend pas le nombre de poèmes!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
768 poèmes Liste
10559 commentaires
Membre depuis
21 mars 2005
Dernière connexion
Il y a -293 minute
  Publié: 16 févr à 12:36 Citer vertical_align_bottom

Chaque vers est une invitation à l'extase mélancolique, les mots sont finement brodés et le rythme lancinant emporte plein d'émotions propre à chaque lecteur. Même si la tristesse nous gagne c'est en tout cas beau de chez beau, chapeau bas

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 144
Réponses: 15
Réponses uniques: 13
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0318] secondes.
 © 2000 - 2024 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.