Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 157
Invisible : 0
Total : 157
13200 membres inscrits

Montréal: 5 mars 03:02:50
Paris: 5 mars 09:02:50
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Ouvrir la fenêtre en prose Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
20 février
  Publié: 11 juin 2016 à 04:07
Modifié:  12 juin 2016 à 00:44 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Un soir, un matin, cinq minutes ou des heures, ouvrir la fenêtre sur un endroit qui me ressemble. Contempler un morceau d'espace, perdu sur l'immensité de la terre. Enroulée dans l'étoffe d'un silence.
Ici, l'herbe s'étend en son vert tendre dans la douce moiteur d'un printemps. Naturellement l'imaginaire vagabonde loin du tumulte du monde.

Les yeux mi-clos, l'esprit s'apaise, l'herbe disparaît, laissant place au paradis des sens qui se crée instantanément.
C'est une odeur de buis après la pluie dans un coin. le spectacle de gouttelettes qui perlent encore sur les arbustes.
Ici... Ce sera des suspensions. Bulles de couleurs, riches en sensations. Vibrantes sous la brise. Entonnant une musique légère, dans la lumière d'un soir.

Plus loin, des touches élégantes de schiste, d'ardoise. Galets blancs et fin gravier dessineront le paysage où minéral et végétal s'intégreront harmonieusement au tableau.
Le soleil léger donnera les reflets irisés à l'eau de la fontaine. Carte d'invitation à la méditation, le temps d'une pause...
L'esprit repart dans son labyrinthe.
Se profilera alors une tablée d'amis, dans les essences de bois qui envahissent l'espace. Poteries de terre émaillée, métal à effet rouillé donnant au lieu ce je ne sais quoi d'idéal, pour profiter, d'une agitation voulue dans un lieu qui semblait de prime abord figé.
La ballade se poursuit, douce, suave.
Tout près du champ bordant la maison, naissance d'un parterre sauvage, dissimulant bien son jeu. Sous cette apparence libre et exubérante une grande organisation se cache. Quelques vases colorés créeront un peu d'ordre dans cet espace, renforçant le côté vitaminé du lieu.
En cette fin de jardin ou de rêverie parviennent depuis la nuit des temps les senteurs chaleureuses
de plantes aromatiques, courant dans la rocaille, comme une caresse odorante sur une peau
Sur cette note, la fenêtre ...se referme

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Melina


En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d'en faire autant.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
58 commentaires
Membre depuis
20 février 2016
Dernière connexion
1er décembre 2018
  Publié: 11 juin 2016 à 04:50 Citer     Aller en bas de page

Comme quoi, chaque instant, même les plus subtiles d'entre eux, sont propices à nous "ouvrir" les yeux et à nous faire savoir contempler la beauté de notre Monde.

La beauté est dans l’œil de celui qui la regarde mais la laideur est aussi dans l’œil de celui qui la regarde. Alors merci de nous avoir partagé ton regard de ta fenêtre...Ou de tes yeux...Ou de ton âme...Ne dit-on pas "les yeux sont les fenêtres de l'âme"?

Bel envol Papillon!

  Soyez heureux.
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
10 février
  Publié: 11 juin 2016 à 15:51 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Papillonmystère,

Très belle prose !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
166 poèmes Liste
4902 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
9 février
  Publié: 11 juin 2016 à 15:53 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir

J'aime bien cette invitation à contempler son jardin; une manière très simple et très pure de retrouver sa place dans la nature.

AMICALEMENT

  Poésie, la vie entière
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
16860 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
3 mars
  Publié: 11 juin 2016 à 17:45 Citer     Aller en bas de page

très plaisante lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
20 février
  Publié: 15 juin 2016 à 09:06 Citer     Aller en bas de page


Melina
ODIN
sybilla
Ulm47
mido ben

Merci de vous être promenés dans mon bout de jardin.
Amicalement
PapillonM


  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
547 poèmes Liste
24348 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
5 mars
  Publié: 6 juil 2016 à 14:20 Citer     Aller en bas de page

Une fenêtre qui j'espère se rouvrira, car j'en ai pris plein les yeux, j'ai humé et je me suis sentie dans un monde de magie.
Merci PAPILLON, ce fut merveilleux
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
20 février
  Publié: 14 juil 2016 à 13:38 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Une fenêtre qui j'espère se rouvrira, car j'en ai pris plein les yeux, j'ai humé et je me suis sentie dans un monde de magie.
Merci PAPILLON, ce fut merveilleux
Bises amicales ODE 31 - 17



Merci ma tres chère Ode
Tu ne pouvais me faire plus plaisir en parlant de magie....Je suis resté une grande enfant qui continue d'aimer et d'explorer le monde magique ....

A bientôt amie cigogne

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1032 poèmes Liste
16673 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
17 février
  Publié: 3 août 2017 à 03:34 Citer     Aller en bas de page

Bonjour...

Ouvrir la fenêtre était déjà une bonne idée, mais partager avec nous par l'intermédiaire de cette prose descriptive sans être ennuyeuse en était aussi une excellente, d'idée....Tu as su nous faire nous imaginer à ta place, voir, sentir. L'espace d'un instant, nous sommes sortis de nous même, nous étions toi !
Parce que tu as su fort bien écrire.
Félicitations.
amitiés chaleureuses.
pyc.

 
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
20 février
  Publié: 3 août 2017 à 10:55 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi Pierre Yves
Pour ce commentaire charmant et généreux
Amitiés

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 836
Réponses: 9
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0233] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.