Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 113
Invisible : 1
Total : 114
13208 membres inscrits

Montréal: 30 sept 17:43:50
Paris: 30 sept 23:43:50
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: Structure passive..( (duo Magik Rune - Papemich )) vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 30 jan 2003 à 20:26
Modifié:  2 avr 2011 à 07:26 par Lunastrelle
Citer vertical_align_bottom

Structure passive


Le lit passa du mode massage au mode activation des muscles. Une série de légères impulsions électriques savamment dosées parcoururent le corps de Richard Gordon, en vain. Il était un grand dormeur : non qu'il fut paresseux, mais bien un adepte de la somnolence. Enfin ; c’était ce que l’ordinateur central de la maison, le dernier modèle nec plus ultra de la série CP-HOME, avait déduit des informations recueillies par le lit. Il activa les bras mécaniques esthétiquement dissimulés au plafond.

Richard fut tiré de son lit et traîné dans la coupole de nettoyage. Il peinait à se déplacer ; son agenda annula ses deux premiers rendez-vous du lendemain, pour lui permettre de se reposer. Cet agenda, pure merveille de la nouvelle science bio-nanologique, pouvait, grâce à ses nanologs connectés en différents points neurologiques, analyser pas moins de 231 facteurs et ainsi déterminer l'état de l'individu. Mieux encore, il pouvait, en se basant sur ces données, exercer une gestion optimale de l'horaire de l'individu. D'où l'annulation des rendez-vous.

La coupole lui envoya quelques jets d’eau glaciale puis nettoya le corps à fond à l’aide d’un chiffon très doux. Gordon avait toujours eu la peau sensible, encore plus ces derniers temps. Probablement à cause du stress. L’agenda inscrivit une partie de golf, demain, à 9h00. Détente assurée. Certaines mauvaises langues rapportaient que c'était le 19ième trou qu'il préférait, mais en fait, le simple fait de jouer l'apaisait. Pour tout dire, il était fasciné de cette dualité presque paradoxale entre la force brutale que nécessitent les coups de départ et la quasi-tendresse des roulés sur le vert. Il adorait ce sport.

Oui, l'agenda, comme toujours, avait vu juste.

Richard fut séché à l’air chaud et rasé. Pas une coupure. Le robot lui appliqua de l’après-rasage et une double dose d’antisudorifique ; il dégageait une odeur désagréable. La coupole le parfuma d’une légère bruine de Fraîcheur de printemps, un arôme à la fois délicat et légèrement fruité. Utilisé par près de 89 % de la populace selon les derniers sondages. Voilà, il était fin prêt à commencer sa journée.

L’habit s’enfila et s’ajusta de lui-même, ni trop serré, ni trop ample. Les bras mécaniques aidèrent Gordon à s’asseoir sur la chaise mobile. Elle le mena jusqu'à la cuisine dans un agréable murmure bien huilé.

La cuisine ( où, plus précisément, la multitude de robots la composant ) lui prépara son café, n’oubliant pas son trente-trois millilitres de lait. La chaise, elle, créa une cavité et y enfonça la tasse chaude.

Richard Gordon ne déjeunait jamais. Le café lui suffisait. De toute façon, il ne l’aurait pas pu même s’il l’avait voulu ; le réfrigérateur, doté d'une IA série 3A4-Y23, ne contenait aucun aliment pour ce repas. D'ailleurs, ce dernier était presque vide. Pas de problème, l'appareil envoya un appel téléphonique au centre de commande informatisé de l’épicerie la plus proche. La livraison se ferait dans approximativement 1,3426 heure. Cela laisserait amplement le temps à la cuisine de concocter un bon mets. Car si Richard ne déjeunait pas, il adorait s'offrir un copieux festin au souper.

La chaise mobile conduisit son passager dans une petite alcôve pratiquée dans le mur du salon. Le sol s’effaça et le siège tomba dans une vertigineuse chute mais contrôlée pour ne point affecter sa pression sanguine. Gordon était bien habitué de ce manège ; il ne broncha même pas.

La chaise robotisée s’installa dans la voiture, à l’arrière, laissant au pilote automatique le soin de le conduire jusqu’au bureau. Richard aurait pu prendre le volant, mais pourquoi donc ? Le programme de pilotage automatique était réputé infailliblement sécuritaire. La AISE-FE 645 ( All Integrated Systematic Electronic - Full Equipement ) disposait de toutes les commodités inimaginables dans un véhicule. Interface vocale interactive, vision périphérique auto-rotative, climatisation contrôlée selon la température corporelle, bouclier électro-magnétique anti-chocs... En incluant même le dépôt automatique du journal du jour sur les genoux du passager. Journal qui s’ouvrit de lui-même à la page des sports, section que Gordon consultait toujours en premier. Une voix artificielle résuma les articles un à un, mais comme Richard ne demanda la suite à aucun d’entre eux, elle ne s’éternisa pas. Bien vite, le silence revint dans le véhicule.

La chaise sortie de la voiture à l’entrée du stationnement et se dirigea vers une alcôve similaire à celle qu’elle avait empruntée une vingtaine de minutes plus tôt. Elle détecta une autre chaise transportant une personne que Richard avait identifiée comme amie : les deux sièges s’immobilisèrent quelques instants à l’écart, pour que leurs passagers puissent se saluer convenablement. Les dix secondes réglementaires écoulées ( c’est Richard lui-même qui avait écourté de moitié le laps de temps par défaut de vingt secondes ), la chaise s’engouffra dans une des multiples alcôves. Elle fut aspirée vers le haut et aboutit, après quelques tours et détours, dans le bureau de Richard Gordon, directeur des ventes. Ce principe des alcôves était si fantastique. Plus de bousculades et de secousses comme au temps ( préhistorique, semblait-il ) des ascenseurs. Et quelle rapidité en prime... La nouvelle technologie avait ses avantages, indéniablement.

La chaise fit remplacer le café, que Richard n’avait pas touché. Pendant ce temps, l’agenda se connecta sur le répondeur et nota les rendez-vous de la semaine prochaine. Il tenta de réserver à Gordon le plus de temps libre possible.

Le téléphone ne cessait de sonner. Mais Richard ne répondait jamais. À quoi bon ? Le répondeur, un modèle type Fe, lui résumait la conversation qu’il aurait eu avec son interlocuteur. De toute façon, la plupart des appels étaient lancés par des robots ; il valait mieux laisser à un robot la tâche ingrate de répondre. C’est une simple question d’économie de temps. Un détail anecdotique, amusant même, était perceptible quant à ces échanges de boîte vocales. Lorsque les deux interlocuteurs numérisés étaient de type Fe ( Femelle ), la conversation durait en moyenne 6,34 minutes de plus que celle entre un modèle de type Fe et un de type Ma ( Mâle ). Reproduction technologique quelques peu stéréotypée ou loi de la nature ?

Après ses huit rendez-vous de trente minutes exactement chacun, Richard se fit reconduire chez lui. Son siège ( qu’il n’avait pas quitté une seule fois de la journée ) lui fit suivre le même itinéraire qu’au matin, mais en sens inverse.

Moins d’une demi-heure plus tard, il était chez lui, bien allongé sur son lit, entouré d’un cocon de musique douce et de murs aux apparences agréables et changeantes ; revêtus d'une toute nouvelle texture holographique, ils permettaient de visionner autant un coucher de soleil s'enfonçant dans une mer turquoise et chaude, une prairie verdoyante où galopaient de purs étalons, qu'une aurore boréale aux allures fantasmagoriques miroitant sur les glaciers éternels....

Mais Richard Gordon ne voyait et n’entendait rien de cela. En fait, il ne voyait et n’entendait plus du tout. Il était mort deux jours plus tôt, comme tous les habitants du continent, suite à l’explosion d’une arme biologique particulièrement puissante et efficace. Peut-être y avait-il quelques survivants, quelque part…

De toute façon, cela n'avait guère d'importance... La technologie s'assurant que la vie continue... Même sans elle....

Magik Rune - Papemich





A la mémoire d'un grand poète, qui n'est toujours pas oublié dans les coeurs, et qui sans doute nous regarde encore.


De la part de l'équipe de Gestion, nous tenons à célébrer ce jour qui aurait été son 50ème anniversaire en vous présentant ses œuvres les plus significatives. Si ce poème vous a plu, nous vous invitons à visiter sa liste de poèmes Ici


Un petit MP, ou simplement un petit mot, il le lira sans doute, depuis son propre jardin d'éden... Bon anniversaire Papemich !

  http://papemich.free.fr/
Magik_Rune


Il est toujours possible d'espérer, et c'est justement cela qui est désespérant.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2002
Dernière connexion
11 avril 2013
  Publié: 31 jan 2003 à 07:58 Citer vertical_align_bottom

Qu'est-ce que la technologie ( la robotique, en particulier ) sinon une imitation douteuse et même absurde de la vie ?

Merci Gérald. Cette nouvelle est surtout une critique de la société actuelle ( comme la plupart des bons récits de SF, d'ailleurs... ), comme tu as su le voir...

Ça me semble intéressant cette nouvelle dont tu parles... Si jamais tu te souviens de l'auteur et du titre, dis-le moi, je ferai des recherches...

Guillaume

  À force de brûler de désir, l'être se carbonise, et les cendres viennent assécher les larmes...
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 2 févr 2003 à 10:48
Modifié:  Il y a 0 minute par Lograth
Citer vertical_align_bottom

Hé, hé, hé, fantastique (c'est le cas de le dire!) cette histoire... J'avais même pas deviné cette fin... Bravo pour ce "duo" une fois de plus...

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 4 févr 2003 à 05:15 Citer vertical_align_bottom

merci Lograth et Fantasia...
c'est fin de votre part.
Vous savez, l'idée originale cette fois est de mon ami Magik Rune. Non seulement il a un talent fou, mais aussi une imagination débordante. Cela a été vraiment super de travailler avec lui sur ce projet...

papemich

  http://papemich.free.fr/
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 4 févr 2003 à 16:57 Citer vertical_align_bottom

J'en doute pas... Il y a de magnifiques talents sur ce site...

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
souffle


Un contenu, un contenant. Une enveloppe entre dehors et dedans.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
1422 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2002
Dernière connexion
16 janvier 2010
  Publié: 4 févr 2003 à 21:55 Citer vertical_align_bottom

Passionnant. Je ne suis pas une fan du genre mais j'ai bu les mots avec délectation.

à vous deux.

  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ça qui m'a rendu le plus heureux. Jules Renard
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 4 févr 2003 à 22:15 Citer vertical_align_bottom

oh que oui....comme toi par exemple Lograth...

merci Souffle
content de voir que cela t'a plu...

papemich

  http://papemich.free.fr/
Magik_Rune


Il est toujours possible d'espérer, et c'est justement cela qui est désespérant.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2002
Dernière connexion
11 avril 2013
  Publié: 5 févr 2003 à 07:45 Citer vertical_align_bottom

Merci Lograth, Fantasia et Anne !

Comme je te disais, la nouvelle ne serait pas de ce niveau sans ta contribution, Michel

Guillaume

  À force de brûler de désir, l'être se carbonise, et les cendres viennent assécher les larmes...
Mordre le ciel


Si tu viens à pleurer, je secherais tes larmes. Si tu viens à crier, je chasserais tes peurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
343 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2003
Dernière connexion
20 janvier 2005
  Publié: 10 jan 2004 à 12:08 Citer vertical_align_bottom

Ah non!!! Je veux pas finir comme ca! Triste futur pour le monde et l'humanité...
Vite, réagissons! Donnez moi deux silex et des petits bouts de bois, que je fasse un feu a l'ancienne! Mais...
AAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH!!!!!!!
Mon Dieu...j'utulise un ordinateur là!! Au secours!! Maman!!
Arg! Je finis ce message et je le jette! (l'ordinateur, pas le message) Une plume, du papier de bambou, retournons aux bonnes vielles valeurs!


Bon, serieusement, elle est cool cette nouvelle. Ca me rappelle euh...attendez, je vais retrouver le titre...Les Exilés d'Eden...Nan, pas ca. Mais si, vous savez, l'histoire du gars qui doit rebrancher une sorte de matrice et qui se fait tuer par les rebels...Rho!!! Bon, ce que je veux dire, c'est que c'est du même genre quoi. J'ai bien aimé!

Bravo Papemich (Michel, si j'ai bien tout saisit...)
et Guillaume. Vous faites un bon duo.

  Une ame est plus grande qu'un monde
Magik_Rune


Il est toujours possible d'espérer, et c'est justement cela qui est désespérant.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2002
Dernière connexion
11 avril 2013
  Publié: 10 jan 2004 à 19:38 Citer vertical_align_bottom

Tu me fais trop rire, Pauline ! Merci pour le commentaire

Et la nouvelle, c'est "Les phares de l'esprit" T'as raison, ça se ressemble.

Merci à toi aussi Julie. J'attend ta prochaine nouvelle avec impatience !

Paulinistiquement à l'une et amicalement à l'autre,

Guillaume

  À force de brûler de désir, l'être se carbonise, et les cendres viennent assécher les larmes...
Mordre le ciel


Si tu viens à pleurer, je secherais tes larmes. Si tu viens à crier, je chasserais tes peurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
343 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2003
Dernière connexion
20 janvier 2005
  Publié: 11 jan 2004 à 14:12 Citer vertical_align_bottom

je sais, je suis trop drole...
Je vais peut etre fonder ma secte moi aussi...

Ravie de t'avoir fait rire Guillaume!

Guillaumistiquement,

Pauline.

  Une ame est plus grande qu'un monde
Magik_Rune


Il est toujours possible d'espérer, et c'est justement cela qui est désespérant.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2002
Dernière connexion
11 avril 2013
  Publié: 11 jan 2004 à 19:42 Citer vertical_align_bottom

Cool, Julie, j'y cours...

Pauline, qu'entend-je ? Une menace de rebellion de ma gourou en second ?

Tu me déçois là...



Paulinistiquement ,

Guillaume

  À force de brûler de désir, l'être se carbonise, et les cendres viennent assécher les larmes...
Mordre le ciel


Si tu viens à pleurer, je secherais tes larmes. Si tu viens à crier, je chasserais tes peurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
343 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2003
Dernière connexion
20 janvier 2005
  Publié: 13 jan 2004 à 00:40 Citer vertical_align_bottom

Ah t'as le chic pour briser mes reves de gloire toi...
Bon, tres bien, etant donné que ma devotion a Guillaumisme est totale et absolue, je renonce a projet de fonder ma secte... Mais pitié dis-moi que t'es plus deçut Grand Gourou Adoré!


Guillaumistiquement,

Pauline.

  Une ame est plus grande qu'un monde
Magik_Rune


Il est toujours possible d'espérer, et c'est justement cela qui est désespérant.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2002
Dernière connexion
11 avril 2013
  Publié: 13 jan 2004 à 08:33 Citer vertical_align_bottom

Bon, je ne suis plus déçu, mais je vois que toi tu l'es... Et ça me déçois

Alors, mais c'est seulement parce que c'est toi... Je te fais une offre...

Tu n'es plus gourou en second. Tu es co-gourou ( partenariat ! ).

Si tu veux, tu peux même renommer la filiale française du Guillaumisme le "Paulinisme". Pcq au fond, ça revient au même

Qu'en dis-tu ?

Paulinistiquement,

Guillaume

  À force de brûler de désir, l'être se carbonise, et les cendres viennent assécher les larmes...
maevane


ma plus grande joie au tombeau sera de ne pas t'avoir laissé ce monde pourri en héritage
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
1370 commentaires
Membre depuis
14 janvier 2003
Dernière connexion
3 avril 2021
  Publié: 13 jan 2004 à 13:42 Citer vertical_align_bottom

Franchement je ne m'y attendais pas à cette fin...
cest délectable...

 
Magik_Rune


Il est toujours possible d'espérer, et c'est justement cela qui est désespérant.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2002
Dernière connexion
11 avril 2013
  Publié: 13 jan 2004 à 14:05 Citer vertical_align_bottom

Et bien, merci Melissande

C'est très gentil !

Amicalement,

Guillaume

  À force de brûler de désir, l'être se carbonise, et les cendres viennent assécher les larmes...
Mordre le ciel


Si tu viens à pleurer, je secherais tes larmes. Si tu viens à crier, je chasserais tes peurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
343 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2003
Dernière connexion
20 janvier 2005
  Publié: 13 jan 2004 à 14:11 Citer vertical_align_bottom

Ouaaaaaiiiiiiiisssss!!!!!!!!!!!!
Ma filiere rien qu'a moi toute seule!!!!
Merci, merci, merci Grand Gourou Adoré et Vénéré!!!

Guillaumistiquement,

Pauline.


  Une ame est plus grande qu'un monde
Magik_Rune


Il est toujours possible d'espérer, et c'est justement cela qui est désespérant.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2002
Dernière connexion
11 avril 2013
  Publié: 13 jan 2004 à 14:19 Citer vertical_align_bottom

Ça fait plaisir Pauline

Paulinistiquement,

Guillaume

  À force de brûler de désir, l'être se carbonise, et les cendres viennent assécher les larmes...
Loup8084


Le Papesite est de retour.. Merci Lalain ) http://papemich.free.fr/
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
9633 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2003
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 18 août 2004 à 10:43 Citer vertical_align_bottom

  http://papemich.free.fr/
Loup8084


Le Papesite est de retour.. Merci Lalain ) http://papemich.free.fr/
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
9633 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2003
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 2 avr 2005 à 15:46 Citer vertical_align_bottom

  http://papemich.free.fr/
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2777
Réponses: 19
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0329] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.