Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 26
Invisible : 0
Total : 26
13329 membres inscrits

Montréal: 2 mars 08:44:46
Paris: 2 mars 14:44:46
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémères 2020 (semaine 8) : "La valse des saisons" :: Nos saisons Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
16 février
  Publié: 10 août 2020 à 03:24
Modifié:  10 août 2020 à 05:01 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Combien de saisons nous séparent
Combien de saisons nous rapprochent
Tout ce temps sans anicroches
Un mot, un désir et tout repart.

L'hiver nous réchauffe avec la cheminée
Les braises de nos baisers nous allument
Sous la couette ou en pensées
Nous évoluons dans nos volutes.

Le printemps nous assure montée de sève
Les robes se font plus légères
Et remonte en nous doucement la fièvre
A tout moment des frissons dans l'air.

L'été nous cueille à bras ouvert
Sur les plages de sable ou de galets
La femme encore un peu plus se dévêt
L'homme dans cette saison se plaît.

L’automne nous apporte couleurs de feu
Balade bucolique main dans la main
Ses tons chatoyants nous rendent amoureux
Profitons des saisons et oublions demain.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
242 poèmes Liste
5845 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 février
  Publié: 13 août 2020 à 00:23 Citer     Aller en bas de page

Agréable lecture pour l’étalage des quatre saisons.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
16 février
  Publié: 13 août 2020 à 05:29 Citer     Aller en bas de page

Gégé
Merci de ta venue sous mes lignes
Chaque saison nous apporte quelque chose de nouveau, de beau, j'aime ne regarder que la beauté des chose et des gens ça nous permet de ne pas s'appesantir sur ce qui l'est beaucoup moins.


In Poésie
L'étalage des saison à autant de couleurs et de saveurs que l'étal d'un marché ce qui pimente la vie
Merci à toi

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Night Dream

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
9 commentaires
Membre depuis
2 mai
Dernière connexion
30 novembre 2020
  Publié: 16 août 2020 à 20:13 Citer     Aller en bas de page

Je vis dans un pays où il n'y a que deux saisons. La saison chaude et la saison froide (saison sèche, saison humide) c'est pour cela que j'ai bien aimé lire votre poème qui parle de ce que je ne peux qu'imaginer.

 
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
16 février
  Publié: 25 août 2020 à 09:25 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous .

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 550
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0237] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.