Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 82
Invisible : 0
Total : 83
· cedric.zumsteg@gmail
13382 membres inscrits

Montréal: 15 juin 07:56:21
Paris: 15 juin 13:56:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Tu es laide Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
PaulMUR

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
190 commentaires
Membre depuis
17 avril 2019
Dernière connexion
8 avril 2020
  Publié: 22 nov 2019 à 13:17 Citer     Aller en bas de page

Tu es laide et pourtant quand je vois ton image
Comparées à ces belles qui encombrent les pages
Des journaleux pourris essayant de nous vendre
De la poudre de riz à des prix à nous pendre

Je me dis que le monde est composé d'idiots
Le ridicule tue même dit à mi-mots
Qu'est-ce que la beauté de femmes diaphanes
Chaque fleur à son heure et un moment se fane

On se choisit un chien pour la beauté du poil
Quand il mord, on le tue même mis sur la toile
Adulé et aimé on l'oublie quand même
Et l'on cherche un ami dans le monde des brèmes

La laideur a pourtant un parcours singulier
Chaque moment pour elle revient en régulier
Coupant le cœur en deux déjà coupé en quatre
Pourquoi se battre encore quand tous veulent l'abattre

On naît comme l'on est pourquoi en être triste
La laideur est un fait, le montrer est sinistre
Car beauté ou laideur ont ensemble un cœur
L'une rit de la vie, l'autre de sa rancœur

La laideur est un fruit qui comporte souvent
De douces mélodies que seul un être aimant
Peut découvrir enfouies dans un corps qui sans trêve
Fera de vous, petit, l'homme d'un nouveau rêve.

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13011 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 23 nov 2019 à 03:01 Citer     Aller en bas de page

Je comprends et j'apprécie ce que tu écris PaulMUR, mais j'avoue avoir du mal avec le titre ...

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
PaulMUR

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
190 commentaires
Membre depuis
17 avril 2019
Dernière connexion
8 avril 2020
  Publié: 24 nov 2019 à 10:26 Citer     Aller en bas de page

Maschoune, la beauté n'est pas toujours dans la photo. Il faut connaître les personnes pour les aimer. Et prendre le temps de connaître quelqu'un nous amène à des beautés qu'aucune photo ne saurait nous monter.

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
336 poèmes Liste
6083 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
14 juin
  Publié: 25 nov 2019 à 12:20 Citer     Aller en bas de page

La beauté, la laideur, notion relative, j'ai en mémoire dans les années 60 les femme d'Amérique du sud, brunettes au teint cuivré, se trouvaient laides toute voulait être blonde au yeux bleus comme l'exigeaient les critères de beauté des USA puissance économique dominante. On n'échappe pas à cette distinction la société, le système nous formate seule la maturité intellectuelle nous permet de voir au delà du visible superficiel.

Amitiés

Yvon

  YD
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 518
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0168] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.