Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 41
Invisible : 0
Total : 42
· QUOIQOUIJE
13382 membres inscrits

Montréal: 15 juin 09:05:52
Paris: 15 juin 15:05:52
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Le fils du président Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
PaulMUR

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
190 commentaires
Membre depuis
17 avril 2019
Dernière connexion
8 avril 2020
  Publié: 17 jan 2020 à 11:55
Modifié:  17 jan 2020 à 14:07 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Dès que le soir tombait, l'enfant s'en allait voir
Les étoiles briller, soleils dans un miroir
Comètes d'argent pur, galaxies de poussière
Chansons d'années-lumière dans leur jupe grossière
Il écoutait, heureux, chanter la nuit des temps
Et tympans bien lavés savourait le piment
De cette mélodie mille fois entendue
Pour laquelle son âme s'était tant morfondue
Mais comme il rattrapait tous ces instants perdus
Les larmes soutirées à coups de pied au cul
Ces lèvres découpées en serrement de dents
Ces haines du regard et, traité d'impudent
Ses ongles il enfonçait dans ses poings à dessein
Laisser sortir le sang plutôt que ses desseins

La nuit aux anges absents où mille ombres naïves
Rencontraient l'ennemi, ombres inoffensives
Comme elles. Des combats sanguinaires semblaient offrir
À l'enfant qui pointait son cœur à l'avenir
Une place au milieu d'eux. Lui, le combattant
Qui n'a jamais lutté que contre l'embêtant
Se voyait adjuger l'honneur de commander
Une armée de mendiants tous prêts à brigander
Il se voyait là-haut caché dans les étoiles
Avec son ramassis de frégates sans voiles
Attendant l'ennemi, vaisseaux inter-spatiaux
Remplis d'êtres humains emportant leurs joyaux
Pour les cacher des yeux sur de sombres planètes
Et quittant l'hydrogène par une issue secrète
L'enfant et ses tueurs faisaient sauter les têtes
Qu'il pendait à ses murs avec une étiquette
Où morbide, la date, de ses combats sanglants
Était écrite en rouge avec le propre sang
Des victimes. Les corps étaient mis en brochettes
Et servaient de repas à ces sombres vedettes

Quand repus de sa soif et tombant de sommeil
L'enfant à contre cœur laissait là ses soleils
Avant que de s'étendre sur son blanc matelas
Il ouvrait un tiroir, prenait un coutelas
Et de sa main de haine, de ses muscles ardents
Sur la photo du mur tuait le président

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 320
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0323] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.