Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 27
Invisible : 0
Total : 30
· Pichardin · Personne
Équipe de gestion
· Ashimati
13321 membres inscrits

Montréal: 25 févr 10:49:24
Paris: 25 févr 16:49:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Éphémères Déc 20_D'HeurtsenHeurts_Topinambour :: Dans mes vertiges Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
75 poèmes Liste
853 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
24 février
  Publié: 12 déc 2020 à 15:43
Modifié:  2 jan à 02:06 par AllantVers
Citer     Aller en bas de page

Dans mes vertiges

Trois petits cochons pendus
Aux trapèzes de l’enfance.
Souvenirs raccommodés de fil rouge
Histoire repassée au fer rouge.
De heurts en heurts, épouvantail familier.

Calciné sur le bûcher du temps
Le chevalier de corde et de carton
A jamais parti en fumée.
Paix à son âme en papier.
Aux oubliettes enfin aux fins fonds.

Sur la terre ferme du présent, pourtant
Tourne encore ce vertige
De l’amour, ou du vide.
Donnez-moi l’Un, contre l’Autre
Inséparables contraires, la médaille et son revers.

Les bleus au cœur n’ont qu’une couleur
Les heures s’ombrent et marinent en pensées
Quand l'immédiat est sensoriel.
Le mot chien ne mord pas
Je n’avalerai pas cette couleuvre.

Aux heurts passés les seuls remèdes
J'en trouverai dans mes vertiges
De l’amour, ou du vide.
Donnez-moi l’Un, contre l’Autre
La différence sera soldée.



  MariePaule
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
327 poèmes Liste
5937 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
19 février
  Publié: 13 déc 2020 à 06:08 Citer     Aller en bas de page

Je rejoins Georges - un texte troublant - pas facile d'appréhender le véritable sens.

Amitiés
Yvon

  YD
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
75 poèmes Liste
853 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
24 février
  Publié: 13 déc 2020 à 06:12 Citer     Aller en bas de page

Citation de Tychilios
Bonjour Marie-Paule
Un texte troublant, des douleurs qui résonnent encore, des souvenirs qui s’entrechoquent dans l’attente désespérée d’une rémission. Amitiés, Georges



Les résonances ne sont que résonances, très lointaines qui plus est.
Et l'attente de rémission n'est pas désespérée, elle est comblée : d'amour et de vide, inséparables opposés que presque rien ne différencie..
Avec les flonflons.
Merci pour ton passage, Georges.

  MariePaule
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
75 poèmes Liste
853 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
24 février
  Publié: 13 déc 2020 à 06:19 Citer     Aller en bas de page

Citation de Y.D
Je rejoins Georges - un texte troublant - pas facile d'appréhender le véritable sens.

Amitiés
Yvon


Pardon, nos messages se sont croisés.
C'est un texte un peu hermétique, oui, car il aborde quelques mystères... troublants.
Merci d'être passé.
MariePaule

  MariePaule
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
118 poèmes Liste
5904 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
23 février
  Publié: 14 déc 2020 à 05:04 Citer     Aller en bas de page

Vivre ce n'est qu'apprendre à perdre,
On tricote tous comme on peut entre amour et vide.
Belle introspection

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
502 poèmes Liste
10099 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
25 février
  Publié: 14 déc 2020 à 11:49 Citer     Aller en bas de page

Bonjour MariePaule,

Ben comment dire... je vais répéter ce terme de troublant. J'ai l'impression de mieux comprendre habituellement. Ceci dit, les vers sont prenants et emportant dans un tourbillon où l'on est bien vivant.

 
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
846 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
24 février
  Publié: 17 déc 2020 à 08:03 Citer     Aller en bas de page

Une poésie aux images fortes qui garde sa part de mystère, avec cette empreinte d'un passé douloureux qui semble incrustée dans le présent... Amour ou vide, les deux peuvent donner le vertige, mais l'amour offre quand même de belles prises pour se raccrocher à la vie... Ton poème s'imprègne un long moment après lecture... Lucie

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
294 poèmes Liste
18783 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
24 février
  Publié: 28 déc 2020 à 16:46 Citer     Aller en bas de page

Il faut beaucoup de force pour écrire un tel texte.
Je le trouve très fort et suggestif, peut être un de ceux que je ressens comme le plus expiatoire des tiens. J'espère qu'il t'a soulagé autant que cela me semble a la lecture. La poésie sert aussi à ça, à montrer ses différentes facettes. Je me sens étrangement plus proche de ce texte que d'autres, contrairement à la majorité des autres commentateurs

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
75 poèmes Liste
853 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
24 février
  Publié: 20 jan à 15:04 Citer     Aller en bas de page

Merci Lacase, Catherine, Lucie, Vinie, d'être venus commenter... J'essaierai de faire plus clair pour les prochains, promis !
Bibises
MariePaule

  MariePaule
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 283
Réponses: 8
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0302] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.