Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 22
Invisible : 0
Total : 24
· Jean Poupett' · ode3117
13211 membres inscrits

Montréal: 8 mars 07:46:27
Paris: 8 mars 13:46:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Douceur Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
20 février
  Publié: 9 mai 2020 à 02:44
Modifié:  9 mai 2020 à 05:56 par Emme
Citer     Aller en bas de page


Sous le chapeau léger
La chevelure blond blé
Disparaît, laissant s'échapper,
Quelques épis, sur la nuque hâlée.

Le ruban au ton orangé
Donne une note fruitée
De couleur identique
À celui ceignant, une taille, idyllique.

Ce dernier, se perd dans les plis
D'une robe de mousseline, blanche.
Où les nuances pastel de l'infini
s'accrochent, sur la transparence.

Debout, dos tourné, vers le pont de bois,
L'eau paisible, semble la contempler.
Un bouquet des prés, devant son buste droit
Cueilli, à même le parterre, d'où elle semble immerger.

De cette ambiance immobile, ressort une douceur
Fragile, anachronique, d'une certaine candeur
Qu'un simple frémissement de vent
Pourrait anéantir, instantanément.

Bien inspiré celui qui capterait ses pensées
Du moment, dans cette beauté statique
Fait-elle don de ces fleurs, à la nature,
Ou attend-elle une belle aventure ?

Nul ne saurait le dire, j'en conviens aisément,
Mais l’œil attentif de celui qui l'observe
Peut-être ! de l'autre côté de ce pont, se réserve-
T-il le privilège de l'admirer tout simplement...


  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
166 poèmes Liste
4902 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
9 février
  Publié: 9 mai 2020 à 04:32 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

Le titre sied bien à cette charmante scène et il ne manque plus que le photographe ou le peintre pour fixer durablement cet éphémère instant.

Amitiés
jlouis

" Peut être! de l'autre coté de ce pont, se réserve
T'il le privilège de l'admirer tout simplement…"
un étonnant rejet !

  Poésie, la vie entière
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
16864 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
7 mars
  Publié: 9 mai 2020 à 15:47 Citer     Aller en bas de page

très beau

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
20 février
  Publié: 16 mai 2020 à 10:54 Citer     Aller en bas de page

Merci Jean Louis
Le tableau me plait.

Mido
Merci mon ami.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 317
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0185] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.