Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 13
Invisible : 0
Total : 15
· Sidonie · Lilium
13355 membres inscrits

Montréal: 18 oct 02:33:36
Paris: 18 oct 08:33:36
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amitié :: Pierre de Jade Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Cαlliσpee


«La porcelaine, le soleil et l'azur qui s'échappent d'entre vos lèvres.»
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
89 commentaires
Membre depuis
8 mai 2008
Dernière connexion
7 juin 2013
  Publié: 3 août 2008 à 22:59
Modifié:  26 mai 2010 à 16:14 par Cαlliσpee
Citer     Aller en bas de page




Je te ferai en strophes.

Peintes de racines de Sépia.

Puis en petits pois roux sur blanc.

Aux pointes bleues.


*

Une tapisserie rousse étiolée,

Derrière un cadre de ses nuits en une teinte.


On y avait fouillé,

C’était peint en petits pois rouges sur blanc.

*

De l’amour roux.

Léger et froissé.

Vivant d’un pays imaginaire,

Où l’on ne joue pas un rôle d’adulte.



Nos chairs y sont teintées de couleurs acryliques.

Diluées d'eau.




*



Et dans un pays lointain de merveilles,

T’es un sourire.


Celui vaporeux du Cheshire cat.


Et je suis ton éclat d’Aliss.

Ton amour naïf.


*



T'es une bleue aux pointes d'une rousse.

Ma cerise à croquer.

Sur un fond blanc uni.

Et de toiles de sépia.


Et je t’y peins d’Arcs-en-ciel.

Ma folle aimée.

Éclat de Pierre.

Tes parures sont de Sépia.



*


(Gueuse.)



*


Puis que tes mèches y marquent les partitions.

D’où jouent tes musiques de libertés.

T’oses tant les fredonner.


*

Soupir.

*



On en a coupé tes cordes au dos.

T’es la marionnette sans fil du théâtre.

Ton dripping poinçonne les rideaux.

De taches de rousseur sur un fond de peau.


*

Pour un cinquième acte.


*


Et que tu défiles parmi les belles,

On pourrait se passer d’elles,

Mais qu’on ne se lasse pas de la rouquine.


La rousse, muse de toute créature.

Tout élément.

Toute brindille psalmodiant.

Tout cri de jouissance.

Tout ton de couleur.



Et que de spasmes on se perd en toi,

Tout homme ou toute femme que l’on peut être.

En mots volubiles.

Soigneusement,

En un hurlement assouvi.

*

Et que tu traverses les couches de secondes,

Et que tu défiles dans la stratosphère,

Que tu planes,

Que tu t’émousses,

Que tu te fanes,

En graines de rousseur.

En poussières de poèmes.

De nos trois saisons.

De ta toison miel.

De tes parures.


Que nous sommes épris de toi.

**


Jade.


**

Que nous sommes pris de toi.

(Que nous sommes pris en toi.)

*


Que tu évoques le baume de nos déchirures.

Que nos plaies soient réparées de jade.

Nos rideaux fermés sous le soleil lunaire.

Que nos plaies soient réparées de rêves.

En se moquant de la réalité.

Ridiculisant cette fausse catastrophe.

Nos épaves échouées sur tes cils lunaires.


Et que l’on t’aime.

Nos corps flasques échoués dans la réalité.

Et que l’on t’aime.

Délicatement.


Et que l’on s’aime.


***

Nos chairs déposent leurs cœurs.

Au coin de tes sourires.

À l'angle de tes songes.

En plein solstice de ton souffle.



Sur tes épaules.


***



**

À Jade,
À Pierre,
À Mr. Pierre,
À cinq,
À Aliss,
À Peter pan.
À moi.

Pour vous.

Merci.


*

  Cαlliσpe℮. Irréєlle, vαgabonde.
Mademoiselle Phébus


Just let me fall out the window with confetti in my hair. (Tom Waits)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1548 commentaires
Membre depuis
9 mars 2005
Dernière connexion
8 mars 2020
  Publié: 6 août 2008 à 00:31 Citer     Aller en bas de page

je t'aime et j'ai le coeur trop gros à porter tes mots.

merci, mon amoureuse, à la folie.

  (Là-haut l'absence entière et le bleu charbonnant.) Par le jour se levaient des géants tristes, un violon en carton-pâte sous le rêve. (Fernand O. -Le Soleil sous la mort)
Vaayou


Schön ist die Jugend aber sie ist tot
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
352 commentaires
Membre depuis
14 mai 2008
Dernière connexion
17 juillet 2013
  Publié: 4 oct 2009 à 23:39 Citer     Aller en bas de page

Celui la je le relirais jusqu'à mourir d'une overdose de douceur...

  il n'est point de bon vent pour celui qui ne sait ou il va
Cαlliσpee


«La porcelaine, le soleil et l'azur qui s'échappent d'entre vos lèvres.»
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
89 commentaires
Membre depuis
8 mai 2008
Dernière connexion
7 juin 2013
  Publié: 6 oct 2009 à 20:48 Citer     Aller en bas de page

Mais merci! J'apprécie vraiment vos beaux commentaires! J'aimerais, moi aussi, mourir d'une overdose de douceur... L'écriture n'en est qu'un aperçu...

  Cαlliσpe℮. Irréєlle, vαgabonde.
Cαlliσpee


«La porcelaine, le soleil et l'azur qui s'échappent d'entre vos lèvres.»
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
89 commentaires
Membre depuis
8 mai 2008
Dernière connexion
7 juin 2013
  Publié: 14 mai 2010 à 22:24 Citer     Aller en bas de page


Mais... merci encore à toi! Je suis heureuse de constater que ces racines ne s'attaquent pas seulement à moi...

  Cαlliσpe℮. Irréєlle, vαgabonde.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1397
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0180] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.