Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 39
Invisible : 0
Total : 39
13206 membres inscrits

Montréal: 7 oct 02:03:49
Paris: 7 oct 08:03:49
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Familiar territory vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Tizen

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
108 commentaires
Membre depuis
16 mars 2009
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 19 juin 2020 à 12:32
Modifié:  19 juin 2020 à 15:49 par Tizen
Citer vertical_align_bottom


Les mains froides. Les jambes aussi.
Les yeux brûlants. Ça oblige à les fermer.
Je connais. Je le reconnais.
Tommy vient prendre le projecteur.
Je ne lui avais jamais donné un nom, pourtant on se connaît depuis longtemps tous les deux.
C'est celui que je deviens quand la lumière du monde s'éteint.
Tommy ne vous craint pas.
Il vous connaît aussi bien que moi mais il ne cède jamais à l'espoir.
Les choses, les temps changent, dit-on. Les gens aussi paraît-il.
Tommy ne change pas.
Vous arriverez peut-être à me faire aimer un nouveau bruit.
À m'enlever certains souvenirs, à soulager certaines névroses.
Peut-être même toutes.
Vous ne m'enlèverez jamais Tommy. Il faudrait me tuer pour ça.
Il est celui que je cherchais en chacun de vous.
Ce monde n'aurait dû être qu'une forêt de Tommy.
Il prend le projecteur quand je l'appelle. Il sait.
Il a peu d'appétit et il est calme.
Moi, je trouve qu'il a de l'humour.
Parfois j'ai l'impression qu'il est omniscient.
Tout devient épidermique. Il est sensible, susceptible comme une fleur fâchée.
Ne le provoquez jamais, je ne lui connais pas de limites.
Les battements, dans le cou, les poignets.
Le sang qui passe sur les doigs, et les tempes.
Quand je suis lui, vous n'êtes plus dangereux.
Je deviens insubmersible. Il me recouvre.
Tommy est rarement heureux. Et ça vous déçoit souvent.
Il prend sa force ailleurs.

"The dreams in which I'm dying are the best I've ever had"*

Il est mon dernier costume possible ; je ne vous crains pas. Aucun de vous.
Personne n'a blessé Tommy sans le payer un jour. Personne.

Qui que vous soyez, je vous souhaite d'avoir un Tommy en vous.
Peut-être que Tommy ne relâche jamais vraiment le projecteur.
Peut-être juste qu'il le prête un peu à d'autres pour me faire souffler.

Ce serait bien son genre. Il est fort quand je deviens faible.
Ne le jugez pas trop hâtivement ; il est le meilleur moi que j'ai jamais rencontré.



plusieurs sentiments ici sont inspirés de "The Minds of Billy Milligan" de Daniel Keyes (même si je ne l'ai jamais lu)
* Les rêves dans lesquels je meurs sont les meilleurs que j'ai jamais eus mad world

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
188 poèmes Liste
4122 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 août
  Publié: 21 août 2020 à 14:26
Modifié:  21 août 2020 à 14:40 par RiagalenArtem
Citer vertical_align_bottom

Pour la découverte (j'adore cet écrit et pas mal de ceux que j'ai lus) et parce que[size=1]…(même si le mien ne porte pas le même nom)…[/size]
Tommy est une force, il est sans complaisance, regard pointu, cynique parfois jamais cruel….et dans cette écriture hors marge, c'est tout un univers qui a rejoint le mien…

Merci, Tizen….
(and thxs for the vid')

Riagal….


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19474 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
3 octobre
  Publié: 1er nov 2020 à 16:56 Citer vertical_align_bottom

Quelle puissance dans ce texte, une ténacité dans le personnage.
Puisse ce Tommy te révéler au monde, aussi fort que cette plume.
N'est il pas l'enfant dans chacun de nous ?

Merci encore une fois de m'avoir fait vibrer

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Tizen

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
108 commentaires
Membre depuis
16 mars 2009
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 7 juin à 06:08 Citer vertical_align_bottom

> RiagalenArtem : ce texte très personnel alors il est toujours étonnant et touchant que d'autres s'y retrouvent. Puisse ton Tommy t'être un refuge aussi vital qu'il a pu l'être pour moi.
Merci d'avoir formulé ces quelques mots sous celui-ci.

> Bestiole : tous ces enfants que nous étions. Que nous avons perdus. Que nous avons déçus. J'écris sur ça en c'moment justement. J'écris peut-être tout le temps, que sur ça, finalement. Merci d'être venu là. J'te souhaite d'arriver encore souvent à converser avec l'enfant qu'il reste en toi.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1313
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0195] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.