Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 111
Invisible : 0
Total : 111
13208 membres inscrits

Montréal: 30 sept 19:37:22
Paris: 1er oct 01:37:22
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: La belle histoire vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] 2 :: Répondre
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 16 sept 2003 à 08:57
Modifié:  13 août 2010 à 15:20 par Lunastrelle
Citer vertical_align_bottom

-Papa, raconte moi la belle histoire.

Le geste a tant de délicatesse et une tendresse empreinte de tristesse. Il lui passe la main dans ses cheveux dorés et bouclés. Elle se blottit et se love en position fœtale, tout contre lui, la tête bien appuyée sur son poitrail, comme pour écouter chacun des battements du cœur. Il commence à faire bercer la vieille chaise de bois.

-Je pourrais changer d’histoire tu sais.

-NNNOONNN !!!!! dit-elle tout en douleur….

-Mais….

-Je veux la voir. Quand tu racontes ta belle histoire, elle vient et je la vois.

Pauvre enfant, pense-t-il. La voir…Voir tout simplement… Il désire tant qu’elle le puisse à nouveau…

*************************************

-Monsieur, laissez-moi vous expliquer… Biologiquement, physiologiquement, tout est en ordre. Il n’y a aucune anomalie. Mais…

-Mais pourquoi alors ne voit-elle plus bon sens ?

-Parce qu’elle refuse… C’est comme si son cerveau avait érigé une porte. Une porte bien cadenassée. Elle seule en possède la clef pour l’ouvrir. Mais elle ne veut pas… Elle a peur… Alors elle se protège derrière cette porte. Je crois qu’elle craint trop de perdre l’image qu’elle a de…

-Sa mère…

-Oui.

-Mais il n’y a rien que je ne puisse faire?

-Sûrement pas insister en tous les cas. Non, il faudra qu’elle accepte d’elle-même d’ouvrir la porte.

-Ce sera long vous croyez?

-Vous souhaitez vraiment que je vous réponde?

-Non.

***********************************************

Deux mois plus tôt. 14,27 hres , rue De la Grève. Une mère et sa fillette de 5 ans se promènent, le pas léger, sur le trottoir. Elle tient la main de sa petite princesse. Une soudaine bourrasque de vent. Un foulard qui, sous la force éolienne, se dénoue et virevolte vers la rue. Une mère laisse la main de son enfant pour le rattraper. Une mère qui fait quatre pas. Une mère qui fait ces pas en regardant le regard bleu de son enfant. Quatre pas de trop. Un camion dix roues surgit. Une fillette qui voit tout. Une fillette qui depuis deux mois garde en mémoire le regard doux de sa maman…

**********************************************

Comme à tous les matins, immédiatement après avoir été reconduire sa petite Amélia à la maternelle, il s’arrête au « Café des rêves ». Un petit endroit sympa fréquenté par une clientèle assidue. Il avait apprécié leur geste de tous se cotiser et d’offrir une couronne fleurie. Et leur soutien aussi. Depuis deux mois, un scénario quasi immuable.

-Bonjour Samuel, ça va ce matin?

-Oui, comme d’habitude.

-Alors hier soir, la petite?

-Comme d’habitude, je lui ai raconté la belle histoire et elle l’a vu encore. Je…

Cela fait deux mois qu’il garde tout au fond de lui. 61 jours à accumuler les larmes d’une mer de tristesse. Et ce matin, sans raison apparente, le barrage cède. Un déluge de pleurs inonde bientôt le comptoir. Il fallait bien que cela se produise un jour au l’autre. Et c’est ce matin que cela arrive…
Tous viennent l’entourer. Le Chef, un vieil ami, le serre fort contre lui. Sarah, celle qui l’accueille toujours avec le sourire, place sa main dans son cou.

-Pleure toutes les larmes de ta tristesse. Vide cette mer trop longtemps retenue.

Les autres clients, comme une chorale en sourdine, lui disent ; « Nous sommes là, Samuel ».

Ainsi soutenu, il lui faut quinze minutes pour se reprendre. Regagner une certaine sérénité. L’orage douloureux de la perte de celle qu’il chérissait depuis 12 ans est passé.

-Je…Je vous remercie tous… Vous êtes bons avec moi… Je m’excuse… Je…

-Samuel, tu n’as pas à t’excuser. Nous comprenons. Voyons…

-Je sais…

La porte du café s’ouvre. Une femme dans la trentaine entre. Un nouveau visage, au demeurant fort joli. Elle s’avance d’un pas gracieux. Elle observe le faciès endolori de Samuel. Un étrange regard. Un regard trouble. Un regard doux.

-Bonjour madame..

-Mademoiselle. Reprend-t-elle. Mademoiselle Jeanne. Vous pouvez m’appeler Jeanne.

-Excusez-moi…Jeanne. Je vous sers un café?

-Oui bien sûr, un cappuccino, mi-café,mi-crème,sans sucre.

Samuel la dévisage, ahuri. Elle s’assied près de lui.

-Vous savez Samuel, je sais votre peine. Je compatis.

Puis elle ajoute, sur un ton de confidence.

-Vous savez, quelquefois la vie nous fait terriblement souffrir. Mais quelquefois, elle nous réserve d’étranges surprises.

Samuel est sans mot. Éprouvant un sentiment qu’il a bien longtemps ressenti, il reste là, de plus en plus ahuri. Puis il s’entend lui demander.

-Je vous connais?

-Oh que oui….

Puis elle prend son cappuccino, mi-café,mi-crème, sans sucre, tenant l’anse de sa tasse entre son pouce et deux doigts.

***********************************************

-On dirait que tu es une anglaise de Londres.

-Mais les anglaises, ce sont le thé qu’elles sirotent Mon Cher. Pas un cappuccino, mi-café,mi-crème, sans sucre. Elle sourit…

-Peut-être, mais elles tiennent bien ainsi leur tasse, Ma Chère !!!

Ils sont jeunes, la vingtaine. Ils sont fous. Fous du bonheur qui les unit.

-Quoiqu’il en soit, avoue que … Que je suis loin d’être comme on dit que les anglaises sont…

Elle prononce ces mots sur un ton plein d’espièglerie avec une touche de sensualité.
- Heu… Je l’admets bien volontiers… D’ailleurs, on pourrait….

Le ton est à la fois admiratif et suggestif.

-Ho… Patience mon bel Adonis… Je termine mon café avant….

-D’accord… Je sais, ton fameux café… Tu dois bien être la seule au monde à boire ainsi un cappuccino…

Ils sont jeunes, ils sont heureux, en voyage de noces….

*********************************************

-Papa !!!

-Oh, désolé ma chouette. Papa pensait…Je te la raconte….

-Tu es le plus gentil des papas tu sais…

En guise de réponse, il lui fait un affectueux câlin…

-Il était une fois, dans les landes verdoyantes, une jolie princesse qui cueillait des marguerites au matin levant. Le soleil réchauffait le jardins secret de la jolie demoiselle.
Un jardin aux couleurs de l’arc-en-ciel. Il y fleurissait des roses rouges, des tulipes jaunes, des primevères blanches, des œillets orangés et des boutons d’or.
Elle était de toutes les filles du royaume, la plus belle. La plus gentille aussi. Et tous les sujets l’admiraient beaucoup.
Quand elle se promenait sous les remparts, les enfants venaient lui prendre la main. Avec elle, ils chantaient de belles chansons. Même des chansons d’amour…

Il viendra, il viendra bien un jour
Celui qui m’aimera, qui m’aimera pour toujours
Sur sa monture blanche, il me fera la cour, la cour
Et je lui donnerai tout mon amour, mon amour


Elle s’arrêtait quelquefois pour aider une vieille dame à transporter son sceau d’eau. D’autres fois, c’était un panier de fruits…Ah oui, elle était vraiment gentille.

-Papa, chante moi les mots de la chanson…

-Ho, mais papa ne sait pas chanter tu sais…

-Ce n’est pas grave, chante pour moi…

Il fredonne du mieux qu’il peut…. Puis continue à raconter.

Un beau jour, alors qu’elle jardinait sereinement sous le ciel bleu, elle entendit au loin une galopade. Elle leva les yeux pour voir ce qui causait ce bruit. C’est alors qu’elle vit un jeune homme qui venait vers elle. Sur un beau cheval blanc…

-Oh oui, c’est le jeune prince !!! Le beau jeune prince !!!!

-Hi…Hi…Hi…. Bien oui…

Le cœur de la princesse battait très fort. Il s’approcha vers elle, tout en prenant soin de ne point abîmer les fleurs du jardin. Il était si beau, dans ses habits majestueux. Il s’adressa à la princesse.

- Chère princesse, je vous présente mes hommages. Et de ce jardin, vous êtes la plus belle des fleurs.

- Mais comment avez-vous fait pour trouver mon jardin? Il est secret?

-C’est mon cœur qui m’y a conduit. Et moi je l’ai suivi. Car je vous l’avoue, je suis amoureux de vous.

- Oh… Quel est votre nom beau cavalier?


-Je me présente… Je suis le beau Prince de cette histoire et …

-l’amoureux de votre vie !!!

La petite aime toujours compléter cette réplique. Le papa, lui, prend à chaque fois un grand respire.

-Que vous soyez amoureux, cela est bien. Mais trouvez la manière de m’en convaincre… Et si vous m’en persuadez, alors mon cœur pourrait être vôtre.

Alors le Prince sort de son étui un luth et tout en jouant , il chante

Il viendra, il viendra bien un jour
Celui qui vous aimera, qui vous aimera pour toujours
Sur sa monture blanche, il vous fera la cour, la cour
Et vous lui donnerez tout votre amour, votre amour


Le papa, cette fois, n’attend pas que sa fille lui demande et il reprend le couplet en chantant, enfin si l’on peut dire…

-Hi..Hi..Hi…Tu es drôle papa quand tu chantes… Tu sais quoi…

- Non, quoi?

-Bien, si le Prince avait eu ta voix….Hi..Hi..Hi…je suis pas certaine que…

-Ho la la…Ça va hein les moqueries….Tu sais, quand on chante avec son cœur, c’est toujours beau…

- Je t’aime papa….

Il poursuit….

- Ah que voilà la bonne manière pour me séduire cher Prince.

Il est heureux. Elle aussi. Dans tout le royaume, la nouvelle se répand.
Et tous les habitants sont heureux de voir que leur princesse chérie a fini par trouver son bel amour.

Le soir des noces, tout le monde fait la danse et fête joyeusement. Le beau Prince et sa dulcinée se retrouvent, pour un moment seuls, sous la lune. Il la regarde et la trouve tellement jolie… Tellement jolie…

- Papa !! Papa !! Je la vois !!… Regarde !!… Là, derrière toi !!

- Mais, ma …

Elle ne lui laisse pas le temps de finir. Son regard est, ce soir, différent des autres fois. Il est comment dire, illuminé… Pétillant même…

- Elle a un visage différent !! Mais c’est elle !! Je te le dis papa !! Maman !!!!

Il ferme les yeux. Son cœur est comme déchiré d’une zébrure insupportable. Comment un père aimant peut-il supporter d’entendre ainsi sa fillette de 5 ans,qui ne voit plus, dire , crier ces mots…

- Maman, tu es revenue !! Viens me faire un câlin !! Papa, retourne toi !!

Il entend une voix. Une voix bien humaine et bien réelle. Une voix féminine. Une voix qu’il a entendue déjà. La voix d’une inconnue qui près de lui, ce matin, prenait un café cappuccino, mi-café, mi-crème, sans sucre.
Une voix qui chante.

Elle viendra, elle viendra bien un jour
Celle qui t’aimera, qui t’aimera pour toujours
Dans sa robe de dentelle, elle fera un retour, un retour
Et te donnera encore tout son amour, tout son amour


Papemich @ 16-09-2003

  http://papemich.free.fr/
Loup8084


Le Papesite est de retour.. Merci Lalain ) http://papemich.free.fr/
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
9633 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2003
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 16 sept 2003 à 09:24 Citer vertical_align_bottom

BOULEVERSANT !!!

Je suis sans mots....

Je reviendrai...

Loup

  http://papemich.free.fr/
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 16 sept 2003 à 10:46 Citer vertical_align_bottom

Très fort et très touchant, cher Papemich...

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Dark.Heart


Tendre amour ne soit pas je t'en prie simple legende...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
37 poèmes Liste
429 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2002
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 16 sept 2003 à 11:01 Citer vertical_align_bottom

Magnifique!!! renversant, boulevesant, fantastique ,...


C'est sublime!!!!

  Qui ne connut jamais l'amour , ne sais ce qu'est la peine et si pour pouvoir t'aimer je dois souffrir je suis prete a payer ce prix!
Lénaïs


"Il m'a fallu apprendre mot par mot la vie Comme on oublie." P.Eluard
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
270 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2006
Dernière connexion
13 décembre 2010
  Publié: 16 sept 2003 à 11:27 Citer vertical_align_bottom

C'est ... C'est ...

Woo ...

Terriblement émouvant, tendre, triste, beau ...

Je suis sous le choc de cette si belle lecture ...

Charlotte

 
Tempête


Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, mais moi, mais moi je suis déjà mort...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
105 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2002
Dernière connexion
20 mai 2005
  Publié: 16 sept 2003 à 16:13 Citer vertical_align_bottom

Wow!!
J'en ai le souffle coupé, c tellement bo!!
...
hommage!
Tempête

  On ne peut mourir d'aimer, mais on peut seulement mourir d'avoir espérer...
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 16 sept 2003 à 23:10 Citer vertical_align_bottom

Je suis heureux de la belle réception que vous lui faites.

Je vous remercie beaucoup.

Et je vous fais un aveu... J'ai particulièrement aimé l'écrire celle-là...

Merci, vous êtes fins...et fines bien sûr !!

Amitiés

Papemich

  http://papemich.free.fr/
Sims.
Impossible d'afficher l'image
Même le plus bel être u monde ne pourra donner que ce qu'il a.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
62 poèmes Liste
2606 commentaires
Membre depuis
7 novembre 2002
Dernière connexion
14 septembre
  Publié: 18 sept 2003 à 20:52 Citer vertical_align_bottom

Ho! Je suis tout retourner,
Je l'imprime pour le relire
et le faire lire à ma douce qui
apprécie toujour tes texte.
Serge.

  Sims.
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 18 sept 2003 à 22:37 Citer vertical_align_bottom

eh bien merci Vieux Frère...

Cela me fait plaisir de savoir que ta douce moitié apprécie

et pourquoi pas...

tu lui feras un bisou de ma part....

en guise d'appréciation....

hi..hi..hi...

Papemich

  http://papemich.free.fr/
ISOLA
Impossible d'afficher l'image
on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible à l'oeil
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
3148 commentaires
Membre depuis
6 octobre 2002
Dernière connexion
23 juin 2020
  Publié: 19 sept 2003 à 22:10 Citer vertical_align_bottom

Quel fabuleux conteur tu es ... tu nous transmet tellement d'émotions, de vie, d'espoir, à travers cette histoire...

Un bien beau regard qu'on nomine pour lui rendre hommage...


 
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 20 sept 2003 à 09:44 Citer vertical_align_bottom

Merci Isola...
avec ce beau commentaire que tu me laisses, eh bien, ma fin de semaine sera plus belle.....

merci sincère

amitié

Papemich

  http://papemich.free.fr/
Loup8084


Le Papesite est de retour.. Merci Lalain ) http://papemich.free.fr/
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
9633 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2003
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 23 sept 2003 à 16:51 Citer vertical_align_bottom

Je suis venue le relire...

Loup

  http://papemich.free.fr/
Marine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
4952 commentaires
Membre depuis
14 septembre 2002
Dernière connexion
23 mars 2015
  Publié: 24 sept 2003 à 13:39 Citer vertical_align_bottom

C'est rempli de tendresse et d'amour avec un regard vers demain tout en douceur...
C'est une belle histoire et une belle rencontre
Il y a aussi les entre lignes


Marie

 
Linda_nuit_blanche


Et pour que notre histoire ne sois jamais finie J'épouserai ton âme au seuil du paradis..Y.D.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
2083 commentaires
Membre depuis
14 août 2002
Dernière connexion
4 février 2019
  Publié: 26 sept 2003 à 18:29 Citer vertical_align_bottom

Elle se blottit et se love en position fœtale, tout contre lui, la tête bien appuyée sur son poitrail, comme pour écouter chacun des battements du cœur. Il commence à faire bercer la vieille chaise de bois.

Comme j'aimerais y être....là sur son coeur.

Magnifique histoire qui nous chavire et nous rends si nostalgique.

Bravo Michel...

Bizoux
Linda

  Faites moi du bien , pour me consoler que vous me faites mal....
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 27 sept 2003 à 23:35 Citer vertical_align_bottom

Loup, Marine,Gé,Linda

merci pour vos beaux mots...

un peu de nostalgie, un peu d'espoir...
La vie quoi...

encore une fois, merci chaleureux

amitiés

Papemich

  http://papemich.free.fr/
Magik_Rune


Il est toujours possible d'espérer, et c'est justement cela qui est désespérant.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2002
Dernière connexion
11 avril 2013
  Publié: 23 nov 2003 à 11:04 Citer vertical_align_bottom

Une fillette emprisonnée dans un ultime instant...

Touchant.

Que dire de plus, Michel ? Touchant.

Amicalement,

Guillaume

  À force de brûler de désir, l'être se carbonise, et les cendres viennent assécher les larmes...
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 9 jan 2004 à 21:13 Citer vertical_align_bottom

merci Guillaume...

si je t'ai touché, c,est que tu es un type sensible.

merci encore

Michel

  http://papemich.free.fr/
¦¬¤¤MARIE¤¤¬¦


La tristesse et l'amertume me brise le coeur
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
43 poèmes Liste
348 commentaires
Membre depuis
25 mai 2002
Dernière connexion
15 août 2020
  Publié: 26 jan 2004 à 16:58 Citer vertical_align_bottom

oufff tout a fait troublante comme nouvelle littéraire mais j'ai adoré Bravo!

Je nomine

Marie

  J'aurais voulu que l'anneau ne vient jamais à moi!
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 27 jan 2004 à 22:23 Citer vertical_align_bottom

merci Marie pour le très beau cadeau que tu me fais de cette nomination.

C'est un plaisir qui me fait chaud au coeur que mes mots ne te laissent pas indifférente.

amitié
Papemich

  http://papemich.free.fr/
Loup8084


Le Papesite est de retour.. Merci Lalain ) http://papemich.free.fr/
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
395 poèmes Liste
9633 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2003
Dernière connexion
5 juin
  Publié: 2 juin 2004 à 18:25 Citer vertical_align_bottom

  http://papemich.free.fr/
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19467 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 28 juin 2004 à 12:54 Citer vertical_align_bottom

Je me suis laisser enchanter une fois de plus ...
Merci vraiment pour cette histoire, toi qui de là haut je suis sure nous voit et nous entend

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 6574
Réponses: 25
Réponses uniques: 16
Listes: 2 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Antre-temps (Autres)
Auteur : Amandarine

 

 
Cette page a été générée en [0,0345] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.