Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 164
Invisible : 0
Total : 164
13200 membres inscrits

Montréal: 5 mars 02:46:00
Paris: 5 mars 08:46:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Bord de mer Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
20 février
  Publié: 9 août 2020 à 03:51
Modifié:  11 août 2020 à 15:43 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Les yeux distinguent des cerfs-volants
Feu d'artifice de chatoyantes couleurs.
Ces tons vifs en deviennent aveuglants
Dans ce ciel bleu roi ressemblant à des fleurs.

Les pensées imaginent des kayaks orangés
Dans un bras de mer plus lointain
Si proche que je crois les toucher
Je rêve ce matin dans l'estuaire Girondin.

Les désirs sensuels s'accrochent dans ce lointain
Des muscles roulant roulant sous l'effort
Une peau hâlée qui me convient
Exacerbent mes sens plus encore.

J'aime à rêver sur la plage les matins
Jetant à la mer mes idées.
Elles me reviennent avec l'air marin
Comme les marionnettes de bois flotté.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
16860 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
3 mars
  Publié: 9 août 2020 à 12:30 Citer     Aller en bas de page

une belle inspiration
matinale

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
166 poèmes Liste
4902 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
9 février
  Publié: 9 août 2020 à 15:50 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir,

C'est un poème particulier et un peu mystérieux, plein d'une complicité aux choses et aux êtres; des sensations dans leurs fraîcheurs premières.
J'aime beaucoup.

Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
20 février
  Publié: 10 août 2020 à 02:40 Citer     Aller en bas de page

Mido
Merci de tes mots à bientôt de te lire
Amitiés


Jean Louis
Merci, oui des pensées sans fioritures des ressentis du moment comme ils viennent.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
547 poèmes Liste
24348 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
5 mars
  Publié: 11 août 2020 à 10:00 Citer     Aller en bas de page

C'est un agréable instant de lecture, se sentir bien parmi ce poème qui donne de la fraîcheur, on en a bien besoin.
Merci PAPILLON, j'aime beaucoup les derniers vers.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
673 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
20 février
  Publié: 13 août 2020 à 05:23 Citer     Aller en bas de page

Merci Ode
Les derniers vers le bois flotté peut être que tu aimes aussi cela j'ai vraiment l'impression de marionnettes qui auraient coupées leurs fils pour venir s'échouées sur les plages.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 303
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0194] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.